Log In

Le fantôme de l’Opéra… Pardon… du débat !

Le-fantome.jpgEn n’étant pas là durant le fameux débat, mon flair ne pouvait se priver de sentir son omniprésence… Arnaud Montebourg, l’Arsène Lupin des urnes des primaires socialistes… Sacré Arnaud va ! Il est sympa ce gars là, très sympa et il parle un langage nouveau fait de sang et de feu, un vrai révolutionnaire comme je les aime, propre sur lui et tête de premier de la classe. Mais au fait, que veut-il ?

 

La révolution ? Vous croyez vraiment ? Oui, il est le plus à gauche des six candidats des primaires mais est-il vraiment un révolutionnaire ?

 

·         Ce n’est pas une révolution que de demander aux banques de faire leur métier, c’est logique. Ce n’est pas la logique de ceux qui s’enrichissent à enrichir les banquiers et qui sont nombreux dans le gouvernement français, bien sur que non. Mais c’est cependant logique.

·         Ce n’est pas une révolution de parler de protectionnisme européen, l’extrême droite le fait depuis longtemps même si pour elle, dans sa grande ignorance, les limites de l’Europe sont circonscrites à celles de la France. Non, ce n’est pas une révolution, ce n’est pas même nouveau. La frilosité et la peur de l’autre entrainent généralement ce réflexe chez les gens qui manquent d’assurance et doutent d’eux-mêmes pour pouvoir mieux douter des autres ensuite.

·         Ce n’est pas une révolution de vouloir passer de la Vème à la VIème République, c’est l’accueil favorable des Français à une nouvelle Constitution. C’est un acte politique voulu et réfléchi par une majorité d’élus qui n’hésitent pas à faire valider leur proposition de nouvelle République au suffrage direct d’un référendum des citoyens français. Dans tous les cas, c’est ce type de bouleversement qu’Arnaud préconise puisque, dans sa bonté extrême, il ne parle pas de mettre à mort les gens qui ne sont pas de son avis via une vraie révolution.

 

Non, Arnaud n’est pas révolutionnaire, il est emporté…

 

Pas révolutionnaire, d’accord, mais il aborde la politique avec un langage nouveau, plus frais, moins ressassé et aussi plus marqué à gauche que les sociaux-démocrates socialistes ne le sont. En fait, le PS a changé… Le PS est devenu un mandarin de la social-démocratie après avoir été réellement novateur à l’apparition de François Mitterrand à l’Elysée. Que le début du premier septennat de Mitterrand soit bon ou pas ne dépend que de nos opinions mais ce début était à gauche, vraiment à gauche… Maintenant, personne au PS n’envisagerait un tel chambardement… Dommage, si la gauche n’est plus la gauche, où allons-nous ? Chez Arnaud, la nouvelle gauche…

 

Ce garçon est un sécessionniste, il va bientôt faire bande à part du PS qui le limite trop dans son développement personnel comme dans ses ambitions révolutionnaires… car lui se croit révolutionnaire. Reste à prouver !

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com