Log In

Le foot féminin met les voiles…

Un « homme du milieu » fait de la résistance… Pendant que la FIFA se fait influencer sur ses choix d’habillement par des caciques de la femme cachée, un arbitre de football préfère ne pas faire jouer le match. Cet « homme du milieu » de terrain fait valoir son droit au refus d’obéissance, si tant est que celui-ci soit un droit. Mais si tous les soldats du monde avaient refusé de tirer sur leurs voisins d’en face, peut-être n’en serions-nous pas là…

 

Football-feminin-voile.jpgDans notre époque si riche en informations de tous genres, surtout dans les plus inutiles voire les plus stupides, cette petite anecdote sportive marque par son étrangeté. Pourquoi cet arbitre, qui aime le football à coup sur, n’a-t-il pas voulu jouer ce match ? Parce que l’équipe féminine Montpelliéraine du Petit Bard s’est présentée, à Narbonne, sur le terrain avec les têtes toutes couvertes de foulard… Oui, oui… Les foulards sur les têtes de joueuses de foot, ou d’autre chose d’ailleurs, vont certainement faire florès après cet incident qui a cependant le mérite d’exister. Tout d’abord je n’y ai pas cru et ensuite j’ai lu et vu que cela vient de la FIFA qui a décidé de réfléchir à cette décision avant de donner sa réponse définitive le 2 juillet prochain, après avoir réalisé «un examen accéléré de toutes les questions liées, notamment sur le plan de la santé et de la sécurité». Mais il faut savoir que le conseil d’administration, « the Board » en Anglais, a déjà donné son avis favorable, donc notre arbitre fait de la résistance réelle.

 

Là est le fait, celui-ci soulève un certain nombre de questions qui touchent au sport, à la religion, à l’économie, à la politique et plus si affinité…

 

Le sport

Faut-il que notre société de consommation nous ait pourri tout ce qu’elle a touché pour en arriver là. La FIFA, pour se remplir les poches, et Dieu sait au travers de quelle corruption,  a choisi le Qatar pour la coupe du monde en 2022. Un des plus petits pays du monde qui ne connait du foot que la monnaie qui lui permet d’acheter joueurs, clubs et fédération. Un pays qui n’a aucune racine sportive, un pays qui n’a pas besoin d’une compétition internationale de premier ordre pour son avenir économique, un pays qui ne va pas aussi bien qu’il le dit en son propre sein… Un pays qui n’a même pas de pelouse naturelle…

Faut-il que le sport s’apparente plus à la prostitution qu’au moyen physique de permettre à l’homme de se surpasser, d’aller au-delà de lui-même. Où est la noblesse d’un sport qui s’avilit et se laisse corrompre comme un vulgaire bandit pour les millions des retransmissions vendues à Al Jezeerah ? Pauvre de nous, vous voyez bien que le sport n’est pas à l’abri du mercantilisme outrancier, de la violence financière qui est le pire des terrorismes. Quand un sport devient réputé et donc commercial, il tombe dans la boue et y reste pour longtemps.

Le rugby est un sport de voyous joué par des gentlemen alors que le foot est un sport de gentlemen joué et dirigé par des voyous. Le rugby en devenant professionnel suit le même itinéraire.

 

La religion

En Islam, il est interdit aux femmes de se montrer à des étrangers sans se couvrir les cheveux, les bras et les jambes. Il est recommandé de ne pas montrer ses formes. Toutes ces restrictions n’ont qu’un seul but, celui de ne pas attiser la convoitise ou développer l’esprit de stupre chez les hommes qui pourraient les croiser et les voir. Dans cette mesure, comment les fidèles de sexe féminin peuvent-elles envisager de faire du sport. On va voir leurs jambes ou dans tous les cas leur forme. Je pense que la meilleure façon de  régler ce problème est d’interdire le sport aux femmes ou le restreindre à des compétitions à huis clos pour éviter tous ces problèmes. Mais ce n’est pas ce que veut l’émir du Qatar. Aidé en cela par le roi d’Arabie Saoudite, ce que souhaitent ces milliardaires en pétro et gazo dollars, c’est faire preuve d’un prosélytisme exacerbé, la conversion à l’Islam de façon industrielle grâce à une pénétration des sociétés laïques et permissives empêtrées dans leur volonté de se montrer ouvertes et antiracistes. Le politiquement correct chez nous, en Europe, c’est d’être tolérant au-delà des limites du tolérable, c’est la défense du nouvel arrivant par l’accusation du plus ancien dans sa volonté de garder ses préceptes au lieu d’adopter ceux des nouveaux venus.

Nos préceptes ? Lesquels ? La laïcité par exemple, la fraternité, la liberté de chacun de vivre comme il l’entend sans déranger les autres et en respectant cette même liberté qui est un bien réservé à tous dans la République. Demander à faire taire les cloches d’une église à Montpellier et prier sur son parvis comme les musulmans le font dans les mosquées, ce n’est pas respecter la liberté des autres de la part de ces prosélytes fanatiques musulmans qui cherchent l’affrontement pour pouvoir utiliser la victimisation de leur pauvre communauté minoritaire.

C’est cela que veulent nos belliqueux princes et rois du Moyen Orient, nous convertir de gré ou de force. Moi, étant musulman, je ne crains rien mais vous, pauvres chrétiens majoritaires mais prisonniers de votre politiquement correct, vous êtes perdus. Ces roitelets ne savent pas qu’ils sont les jouets des organisateurs de la dernière croisade, qui aura lieu dans quelques temps, et qui verra le monde mis à feu et à sang pour des questions qui ne valent même pas la peine d’être posées et qui concernent la religion.

 

L’économie

Les moyens colossaux, mis dans cette conquête religieuse souhaitée par les benêts à couronnes des pays du Golfe, sont tels que nous en sommes tout émerveillés, en Europe comme partout. Cet or qui brille devant nos yeux est comme une bouée de sauvetage envoyée au malheureux en perdition au beau milieu d’une tempête. Nous espérons sauver nos économies moribondes par la vente de nos plus beaux fleurons de l’industrie comme des services français. Les roitillons s’emparent de nos clubs de football, le PSG par exemple, de Lagardère qui appartient pour plus de 12 % au Qatar, ils achètent des hôtels. Ils accaparent tout ce qui peut à la fois rapporter de l’argent mais aussi servir de courroie de transmission vis-à-vis du petit peuple, facile à manipuler et qui sera conquis par tant d’adresse de la part de ces gentils musulmans qui viennent au secours de leurs vies misérables.

Notre économie est morte, notre concept de société de consommation est décadente et sa descente aux enfers nous y entrainera aussi si nous ne réagissons pas en nous adaptant aux temps nouveaux. Profitant de leurs fortunes, ces rois mécréants font durer un système révolu en nous donnant l’espoir d’une nouvelle croissance, d’un sursaut technologique qui répondra à tous nos problèmes et qui nous fera nous accommoder de la disparition de matières premières, de la couche d’ozone, de la biodiversité. Notre système économique, qui épouse parfaitement les stratégies de ces combattants d’arrière-garde de la croissance exponentielle, n’est plus la seule solution, il ne l’a jamais été. Cependant, nous ne sommes toujours pas prêts à changer nos habitudes et à perdre notre confort, et, surtout, nous avons perdu les sens du sacrifice et du devoir que nous devons à nos enfants.

 

La politique

La politique de ces rois d’opérette repose sur ce qu’on appelle la fuite en avant. Ils ont maints problèmes chez eux et ont du mal à gérer leurs soucis sociétaux, alors la recherche d’un exutoire est obligatoire pour brouiller les cartes de leurs opposants locaux et mettre un écran de fumée vis-à-vis de l’international. Ils trouvent chez nous de quoi occuper leurs contradicteurs et sujets.

En notre civilisation du plaisir à outrance, la politique touche à l’économie, faire de la politique aujourd’hui se résume à énoncer une théorie économique et à essayer de prouver que c’est celle-là même qui donnera le plus de plaisir à la population.

En politique, avant tout, nous devrions parler de philosophie, d’utopie, de rêves qui génèreraient une Cité meilleure où ses habitants connaîtraient le « Bonheur total ». La politique est l’organisation des rapports entre tous les membres de la Cité. Mais maintenant, la politique se résume aux petites phrases cinglantes qui stigmatisent tel ou tel des points faibles de l’ennemi. Nos gouvernants ne savent pas parler de ces choses spirituelles et gratuites, ils ont oublié ce qui sous-tend toute action politique, l’intérêt général. C’est pas gagné quand on voit la campagne présidentielle, on peut se poser des questions…

 

Alors, vendez tout à ces milliardaires véreux et vénaux, vos clubs de foot, vos têtes pour y mettre des foulards, enfin tout quoi… Ils vous remercieront comme ils savent le faire…

Demandez à leurs populations… Vous risquez d’être surpris !

 

Bon courage à tous. Moi je retourne vomir…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com