Log In

Le Hollande… Sans les tulipes…

L’avantage majeur des culbutos repose sur le fait de leur incapacité à se poster autrement que debout, après de longs moments d’oscillations c’est vrai, mais ils terminent toujours par se retrouver droits comme des I devant les yeux des enfants esbaudis. Il en est de même de notre président qui, tel un culbuto, oscille, va et vient, mais finit toujours, à l’instar des chats qui chutent, par retomber sur ses pieds dans une situation verticale qui lui donne l’apparence humaine.

 

cp-hollande.jpg

 

Sur la forme

Comme je le disais hier, les raisons de cette conférence de presse étaient plurielles. Notre nouveau roi, Culbuto 1er a tenu une promesse de plus et c’était une promesse qui en contenait d’autres. C’est ce que j’appelle une promesse à tiroirs, un peu comme les commodes de nos ancêtres, qui cachaient des tiroirs secrets à l’intérieur d’autres que nous voyions sans effort. Je dois avouer qu’il m’étonne, qu’il m’épate, il a un réel talent et il nous en a fait une brillante démonstration durant plus de deux heures de conférence de presse bien menée de sa part, un peu moins de la part des intervenants journalistes qui manquaient un peu d’agressivité. Bravo Hollande.

Pour être sérieux, c’est une conférence de presse réussie pour notre président, je le félicite de tout cœur, il nous a dit, sur un ton proche de la sincérité, si tant est qu’elle existe en politique, ce qu’il a prouvé hier, tout ce qui a caractérisé son action de début de mandat. Oui, il a réussi son examen de passage et il ne sera plus possible de le traiter de capitaine de pédalo, de mou, de président fantoche au désir de se dissimuler derrière des paravents de comités, commissions et conseils. Bravo Monsieur Hollande, vous m’avez conquis. Votre solennité et votre prestance verbale vous a fait passer du stade d’amateur à celui de professionnel de la présidence. De quoi faire taire vos détracteurs, bien souvent incapables de faire mieux que vous et déjà dans l’échec de vous avoir ravi le poste que vous occupez à la tête de notre état.

 

On peut évidemment vous reprocher votre ton jésuitique, Monsieur le président, mais cela rassure de vous sentir assumer pleinement votre responsabilité, qu’elle soit celle du guide spirituel de la nation, ou même celle d’avoir choisi l’itinéraire chaotique sur lequel vous nous faites cheminer. Votre pédagogie a été sans bavure, claire, explicite et seuls les ringards de droite, incroyables insatisfaits par nature, trouvent encore à redire alors que vous avez abondé dans leur sens tant au niveau économique que purement politique. La social-démocratie que vous nous faites connaître, à laquelle vous nous avez préparé depuis six mois, et dans celle où nous allons baigner pour le reste de votre quinquennat, même si elle existait en filigranes depuis toujours au PS est maintenant une religion révélée. Je vous remercie d’avoir fait de son avènement un accouchement sans forceps, en douceur, sans autre violence que celle imposée par les marchés financiers qui ne nous aideront jamais, ils ne sont pas faits pour cela. Encore toutes mes félicitations pour cette prestation de qualité et l’enseignement prodigué.

 

En revanche, nos frères ennemis de l’UMP, les Marx Brothers de la politique de l’échec, n’admettent toujours pas leurs défaites multiples et montrent leurs crocs élimés en guise de colère. Quand un Fillon se moque de Hollande et lui fait des reproches qu’il ne mérite pas, pour une fois, il se décrédibilise lui-même, comme le fait son jumeau Copé qui ne sait pas quoi inventer pour montrer son animosité à l’égard de Hollande mais encore plus à l’intention de l’ancien premier sinistre de Sarkozy. Leurs commentaires à chaud étaient navrants et sans queue ni tête, à répéter sans cesse les mêmes litanies ils finissent eux-mêmes à en perdre leur latin. Hollande, dans la défense de son ministre de l’intérieur au sujet de l’incident ayant eu lieu à l’assemblée nationale hier, a ridiculisé Fillon, demandeur de la démission de Valls. Là aussi, la réponse présidentielle fût sans bavure, quand la politique française arrêtera-t-elle de se contenter de faire des bons mots assassins en guise d’arguments ? Le terrorisme n’est-il pas une cause où tous les partis pourraient se rejoindre ? Tout comme la sécurité du peuple français ?

C’est là que les Copé-Fillon ont encore une fois manqué le coche. Ils auraient pu accorder, à leur président, le crédit de ses choix économiques qui sont proches, pour ne pas dire identiques aux leurs. Mais il faut toujours surenchérir, détruire l’adversaire, même s’il dit et fait ce que nous aurions fait de même. Quelle honte pour notre droite stupide et stérile ! Est-ce si difficile d’admettre que l’avenir du pays est plus important que nos ambitions personnelles ? Oui est la réponse de ces deux guignols !

Pour la gauche extrême, les communistes et le front de gauche, bien entendu, les propos de Hollande ont été pris pour l’annonciation de la trahison dont ils avaient déjà entrevu les prémices et les avaient dénoncés comme encore aujourd’hui dans leur manifestation…

Enfin de toute façon, le président a été brillant et cela ne sera pas l’extrême gauche ou la droite qui pourront changer cela…

 

Sur le fond

Mais, Monsieur le président, vous n’avez pas été élu pour accomplir ce que vous avez fait depuis six mois ni pour continuer sur la voie annoncée hier.

Le changement ce n’est plus maintenant… C’est jamais !

 

Dommage de gâcher autant de talent pour faire l’inverse de ce que les électeurs attendent de vous et de ce pour quoi ils vous ont élu. Vous m’aviez conquis, vous m’avez perdu !

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com