Log In

Le soufflé est tombé… Boum !

 

Ce qu’il y a de bien avec les soufflés c’est qu’ils se dégonflent aussi vite que vous ne le souhaitez pas. Toutes les baudruches se gonflent et se dégonflent à loisir. Et, quelques unes d’entre elles le font si souvent que nos yeux, bouffis d’espoir en un avenir meilleur, finissent par pleurer de déception pendant que d’autres parties de nos anatomies gonflent et dégonflent au même rythme (je parle de mes camarades garçons bien sur)… Le problème majeur des baudruches repose sur le fait que ce qui y entre comme ce qui en sort n’est que du vent !

 

sarkozy.jpgJe ne me joindrai pas aux commentateurs à la solde des partis en place et en particulier de celui du locataire temporaire de l’Elysée. J’ai laissé retomber le soufflé, que cette grand messe coûte une fortune, qu’elle stigmatise une fois de plus les arguments facilement trouvés par Sarkozy dans la panoplie de la Le Pen pour capter les voix de celle-ci à sa barbe et à son nez, tout cela n’a pas beaucoup d’intérêt. Si les Français n’étaient pas des lobotomisés amnésiques, ils enverraient paître le petit pour ne pas avoir fait le dixième de ce qu’il avait promis durant les 5 ans où il n’a défendu que ses intérêts et ceux de ses amis. Et il ne fera pas plus ce qu’il promet maintenant et s’efforcera d’oublier même les cantines dans lesquelles il déjeune une fois tous les cinq ans pour jouer au beauf qui se cache dans son tréfonds. Ce qu’il dit n’a aucun intérêt, il pêche en eaux troubles des arguments qui ne sont pas les siens et qu’il n’appliquera jamais comme nous l’avons déjà vu. Pour finir, sa diatribe sur Kadhafi et son fils ne fait pas illusion, le dictateur en question était dans les bras de notre petit président il n’y a pas si longtemps. Et notre président, pour encore quelques jours, ose faire l’impasse sur les fonds distribués par tous les pays d’Afrique comme ceux des pays du Golfe et bien d’autres dont ceux de Kadhafi qui ont été distribués en 2007 comme auparavant à beaucoup de candidats et surtout ceux de droite. Ce n’est pas parce que les preuves manquent, on n’en a même plus besoin, nous savons que lorsqu’ils disent non c’est oui et vice versa. L’histoire qui devrait le plus retenir l’attention de nos politichiens est celle de « Pierre et le loup » car la morale les intéresserait au plus haut point ; à force de mentir, on n’est plus jamais cru… Passons à autre chose.

 

Pour moi, ce qui était choquant, c’était son regard, ses formulations, le pathétique de ses mouvements faciaux et de ses gesticulations incontrôlées car incontrôlables. Vous savez cette petite lueur terne, comme une chandelle en train de s’éteindre, qui surgit dans les yeux de ceux qui savent que leur échec est patent et que la fin d’une aventure est proche. J’ai connu cette lumière diaphane qui embrume la vue si ce n’est les méninges. J’ai eu la chance de tout perdre une fois dans ma vie, et je peux vous assurer que je revois mes yeux lors de cette triste fin lorsque je regarde notre président faire son numéro de funambule, sans balancier sur un fil qui ne supportera pas son poids de toute façon, pour essayer de donner le change et faire croire que lui-même y croit, ce qui n’est plus complètement vrai. On voyait que, dans son for intérieur, ce petit homme souffrait et que ses cris de ralliements étaient plus des appels au sauvetage. Non, je ne me moque pas, je pense qu’il souffre vraiment comme je le fis moi-même et tout ceux qui connurent pareille mésaventure. Il ne faut jamais tirer sur les ambulances mais il ne sert à rien non plus de vouloir guérir un malade trop mal en point qui souhaite voir sa fin devenir paisible et volontaire. Donc, je ne me moque pas mais je ne l’excuse pas non plus, il nous a trompé et ne mérite pas de seconde chance, c’est trop tard mon grand, passe ton chemin et continue ta vie sans faire de bruit.

 

Cela va lui faire du bien de perdre ce à quoi il tient le plus au monde, SA présidence… Oui, cela fait du bien, cela nous apprend la relativité des choses et des comportements des gens, que nous appelons nos amis et qui ne sont finalement que des opportunistes dans leur grande majorité.

Les erreurs ont deux aspects positifs et c’est ce qui donne toute sa richesse à celui qui se trompe. La première est la connaissance ; sans erreur, sans le risque de faire fausse route, l’expérience n’en serait pas la résultante de tout un apprentissage qui nous coûte parfois fort cher mais qui est indispensable pour être sur d’avoir vécu sa vie pleinement au moment de la quitter. La seconde est une conséquence de la première importance, de l’erreur née l’obligation de recommencer ce sur quoi nous avons commis l’erreur en question. Cela crée la ténacité sans laquelle nous n’avons pas l’obligation de refaire ce qui a généré un échec et ainsi de suite jusqu’à la réussite. Donc, il est bon de se tromper, cela nous renforce par l’expérience et l’envie de réussir.

 

Donc, monsieur Sarkozy, nous sommes heureux d’avoir causé votre plus gros échec et vous voilà ravi à l’idée de vous enrichir de cette nouvelle expérience, pas autant que nous je vous rassure… Bonne et longue vie monsieur l’ex-président en devenir…

 

Nous sommes heureux de vous avoir été utiles…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com