Log In

Limitation à 70 km/h ?

La limitation à 70 km/h du périphérique est-elle une sage décision ? Bien évidemment, les Gaulois que nous sommes commencent à rouspéter au lieu de débuter une réflexion qui peut générer, parfois, des surprises. Quel est l’intérêt de prendre cette décision maintenant et de toute façon sera-t-elle considérée comme applicable par le conseil d’état ? Vous noterez les minuscules à conseil et à état… Tellement petits dans l’esprit de nos dirigeants qu’ils ne méritent pas les majuscules dont ils sont parés dans nos quotidiens…

 

limitation-a-70-km-h.jpg

 

Cette proposition, portée par Delanoë, qui ferait mieux de retourner sur son arche, n’est qu’une façade politique qui ne représente que le mépris de nos politiciens pour leurs électeurs. En effet, l’équipe de la mairie de Paris a à son actif nombre de décisions anti écologiques mais très productives de subsides dont les besoins deviennent plus pressants au fur et à mesure que les élections municipales approchent. Ils ont massacré l’écologie durant leurs mandats trop longs et aujourd’hui, comme par enchantement, l’écologie reprend ses droits. Voici une autre preuve de l’indifférence dont nous sommes victimes en permanence. L’abaissement de la vitesse de 10 km/h ne fera rien changer, ni la pollution de l’air ni celle de nos oreilles. 1 % de baisse de particules dans l’air et 1 décibel au niveau des nuisances sonores, voilà les résultats d’une idée qui aurait due être appliquée depuis fort longtemps dans des proportions nettement supérieures. Mais là encore nous touchons au courage de nos gouvernants qui, pour être certains de leur reconduction à la tête du pouvoir qu’on leur a temporairement confié, ménage à la fois la chèvre et le chou. L’intérêt immédiat de ce type de décision repose sur les conséquences qu’elle procure sur le bien-être des gens. Bien entendu certains seront contents et d’autres pas, c’est le risque de vouloir représenter les gens que nous sommes avec nos opinions versatiles et égoïstes. D’expliquer ce que ces idées représentent serait le moins que pourraient faire nos édiles, mais comme ils nous prennent pour des benêts, pourquoi perdre un temps important à expliciter ces mêmes idées à des imbéciles qui ne comprendront rien à rien.

 

Une décision qui s’impose depuis longtemps est la mise à l’écart très rapidement des voitures dans les villes. Une autre décision qui parait revêtir autant d’intérêt serait la restructuration du parc automobile français où le diesel est un vrai problème de santé. Il est à noter que dès que l’état se mêle de quelque chose, ses motivations étant peu claires et souvent électoralistes, les résultats sont à l’inverse de ce qu’ils prétendaient obtenir. Ce n’est pas d’hier que nous connaissons les nuisances du diesel mais il valait mieux satisfaire des besoins électoraux immédiats plutôt que de préparer un futur moins désagréable pour ne pas dire plus radieux. Les gouvernements successifs poussèrent le diesel au maximum et aujourd’hui nous sommes empêtrés dans une pollution qui tue des milliers de gens sans le dire, en toute discrétion générée elle-même par la stupidité de nos politiques. Tout le problème repose sur le courage et les réelles intentions de ceux qui doivent décider pour nous. Nous ne sommes pas capables de prendre ces décisions à leur place parce que nous n’avons pas toutes les informations que nos élus possèdent et qu’ils ne regardent même pas. Ce qui les fait décider dans tel ou tel sens ne vaut que par les conséquences immédiates que cela entraine sur leurs carrières politiques et leur réélections putatives.

 

Encore une fois, nous sommes victimes de la professionnalisation de la vie politique française, mais c’est vrai partout. Si nos élus n’avaient pas à penser à garder leurs mandats, peut-être auraient-ils plus de courage ?

 

Les décisions qui s’imposent sont le transport en commun gratuit et surmultiplié, les carburants à des prix sensiblement plus élevés, des stationnements payants pour les voitures comme pour les motos plus chers et des amendes multipliées par dix pour tout ce qui touche à la vitesse et au respect de la sécurité générale. Par ailleurs, la disparition des véhicules en ville semble à terme rapide inéluctable, tout autant que la baisse des vitesses autorisées sur tout type de route. Bien évidemment je ne serai jamais élu avec de telles propositions mais est-ce là le problème ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com