Log In

Mélenchon, Cahuzac et les croisés du mariage…

Deux thèmes me font prendre la plume aujourd’hui. Enfin la plume, je ne parle pas de celles que nos gouvernants essaient de nous mettre dans le fondement pour nous bercer du mirage du carnaval permanent, non, non. Je parle de la plume, mais ce serait plutôt un poil, qui me reste après la tonte du rasage gratis organisée par nos esclaves de la finance internationale. Après avoir trempé donc mon poil dans l’encre acide de ma réflexion, j’y vais… Je me lâche…

 

anti-mariage-pour-tous.jpg

 

Tout d’abord juste un mot du duel fratricide, qui s’est joué devant les caméras de France 2 lundi soir, entre Cahuzac et Mélenchon, les frères ennemis de la politique française. C’est étrange, j’ai eu l’impression de voir un combat de coqs, aux ergots acérés, entre un politicien de droite face à un autre de gauche. On voyait immédiatement la différence d’origine sociale entre ces deux bretteurs, l’un issu d’une famille de classe moyenne supérieure et l’autre venant d’une famille beaucoup plus modeste. On voyait assez bien l’arrogance de la bourgeoisie de province s’opposer à la vindicte fougueuse et populaire de ceux qui connaissent, ne serait-ce que par géniteurs interposés, la vie chiche des classes inférieures. Je dois avouer que ma sympathie fut acquise plus facilement par Mélenchon que par son adversaire, pour quelles raisons ? C’est assez simple, je préfère les réactions naturelles, même empreintes de violence verbale et tonique, aux sens de la mesure empreints de mépris et d’arrogance comme dit ci-dessus. Les deux combattants sont bien entendu des vieux briscards de la politique politicienne et il était évident qu’ils usaient de leurs expériences respectives pour tenter de déstabiliser l’homme d’en face.

Cahuzac était politiquement comme son président et je trouvais même Mélenchon aimable en le traitant de social libéral, pour ma part, Cahuzac, comme tout le gouvernement, est de droite. Son libéralisme est celui prôné par tous les adeptes de la croissance et du productivisme, et, ce n’est pas le semblant de justice qui s’est établi dans la répartition des impôts imaginée par Culbuto 1er qui change la justice en socialisation. Que les riches paient plus que les pauvres est preuve de justice mais certainement pas de qualification sociale. Pour être sociale, une politique doit avoir en tête et de façon permanente, la distribution générale des mêmes avantages et des mêmes inconvénients à tout un chacun. Quand, dans notre pays, on constate que seuls les enfants issus des familles les plus aisées, des classes moyennes et supérieures, sont en mesure de suivre des études supérieures et ont plus de chances de trouver des débouchés ensuite, on voit bien que le « versant social » n’est pas respecté. On attendait autre chose de Hollande et son orchestre. Inutile de s’appesantir sur Cahuzac, égal à lui-même et empêtré dans son histoire de compte suisse, aucun intérêt tout comme l’équipe à laquelle il appartient. En revanche Mélenchon m’a étonné sur un point. Il s’approche de plus en plus de la décroissance. Bien entendu, il ne peut pas le dire clairement ni l’avouer discrètement, la décroissance étant victime de la décrédibilisation générale, y compris de lui. Mais on sent bien que quelque part, le mot lui a brûlé les lèvres à quelques reprises. C’est bien parce que c’est une des voies les plus sûres pour sortir de notre torpeur assujettie aux desiderata des banquiers sanguinaires.

Conclusion

Débat nul, les guerriers en présence étant des mercenaires, il était impossible d’en voir un se distancer par rapport à l’autre. Ils avaient trop d’intérêts à défendre, pas les mêmes mais tout un tas chacun. Seul point positif, on est certain maintenant que ni la gauche communiste ni la droite gauchiste, ou gauche droitiste, de Culbuto 1er nous sortiront de la crise. Leurs recettes sont éculées et ne feront que faire durer une vie artificielle et sous assistance médicale lourde sans nous mettre à l’abri d’une mort retardée mais inéluctable.

 

Mon second point est celui dont se repaissent les journaleux de tout poil, qui continuent à essayer de nous faire prendre leurs propos insipides pour de l’information, il s’agit de la manifestation des « réfractaires au mariage pour tous » dimanche prochain. Il me semble que la France est un pays laïque et que depuis 1905 la religion est définitivement exclue du débat et de l’arène politique. Alors que viennent faire ces prêtres, ces évêques, ces grenouilles de bénitier qui surgissent en permanence sur nos écrans, ces lanternes magiques de la médiocrité intellectuelle outil des gens de pouvoir et d’argent. La droite n’a-t-elle pas d’autres arguments à faire valoir que ceux qui touchent à la religiosité ou qui les utilisent pour augmenter le nombre de participants à cette manifestation des « bon chic bon genre » de Neuilly et de Passy. Il est vrai qu’en mettant le débat sur le créneau scolaire et en tentant d’opposer, une fois de plus, le public au privé, la foule sera présente. Mais, premièrement la religion n’a pas à avoir la parole en dehors de son domaine d’activité ou sinon uniquement dans ses locaux professionnels, c’est à dire les synagogues, les mosquées, les temples et les églises. Qu’ils parlent à leurs ouailles et les convainquent de manifester, pourquoi pas, mais qu’ils le fassent dans leurs sermons durant la célébration de leurs cultes respectifs. Qu’ils ne participent pas à un désordre qui ne s’apparente pas à la liberté mais à la plus négative des anarchies. La religion n’a rien à faire dans la politique. Quand j’entends les curés parler de la famille et des nécessités pour les enfants d’avoir des parents de sexes différents, je ne peux m’empêcher de penser aux milliers d’enfants, dans le monde entier, violés et caressés par des ecclésiastiques dont la hiérarchie préféra garder le secret et couvrir ces immondes et abjectes membres de leur caste plutôt que de les dénoncer et les punir. Quand le pape nous donne des leçons de vie après avoir été membre des jeunesses hitlériennes, je me dis que l’église a manqué beaucoup d’occasions de fermer sa grande gue… bouche à l’haleine putride.

 

Alors, je n’irai pas manifester, vous devez vous en douter. J’espère tout simplement qu’il va faire un froid à pierre fendre dimanche prochain, que ces braves culs bénis en aient justement l’arrière train gelé qui ne sifflera plus trois fois…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

    1. Point de Vue Incorrect Répondre

      Merci de ce soutien qui flatte mon égo tout en m’attristant car j’aurais aimé ne pas avoir raison dans ce cas.

      Spaciba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com