Log In

Mort programmée des Pharaons ?

C’est des larmes plein les yeux que j’écris ce matin. L’Egypte que j’aimais, que j’aime et que j’aimerai toujours souffre ; son peuple meurt lentement mais sûrement de la bêtise des hommes de pouvoir et des religieux qui se trouvent souvent être les mêmes ou complices. Au début des évènements du 25 janvier 2011, j’étais un des rares à prédire la fin dans le sang de cette envolée lyrique post soixantehuitarde, ivre de liberté mais dans l’ignorance de sa manipulation…

 

Egypte.jpg

 

Tous mes amis égyptiens sont en péril, les coptes comme les musulmans car ils ne font pas partie des hordes de fanatiques endoctrinés et remplis d’une haine inextinguible des autres, des gens différents, des personnes qui ne partagent pas la façon de ces brutes de pratiquer une religion qui ne vient en rien demander de pareilles conduites. Il en est ainsi lorsque vous faites rêver une population illettrée et sans culture, à qui on a interdit de réfléchir depuis des dizaines d’années, et est soumise aux diktats de chaînes de télévision où tous les acteurs croulent sous les riches accessoires qui attestent de leur pseudo bonheur. Portés par ces faux espoirs et bercés des litanies des gens de pouvoir, qui se suivent et se ressemblent dans leurs intentions cachées, qui ne font que répéter à l’envi que demain ils raseront gratis, ce peuple lobotomisé ne peut détourner son regard de ce futur magnifique qu’on leur promet mais qu’ils n’auront jamais. Une de mes relations à Luxor, Mara, une Irlandaise qui a créé une maison d’hôte dans cette ville magnifique et riche d’histoire source de notre occident, nous fait part de son ressenti ici. Passant d’une dépression fulgurante mais heureusement très courte en temps, elle nous parle de ces émotions, je vous laisse lire, en Anglais, celles-ci, pleines d’espoir.

 

Les frères musulmans, longtemps sous le joug des présidents de cette Egypte révolutionnaire de Nasser à Moubarak, ont toujours été organisés, c’était la seule force du pays qui savait que son implantation nationale payerait un jour ou l’autre. Elle a payé, ils gagnèrent des élections avec l’aide des forces armées et la connivence des états qui les financent, les USA, le Qatar, L’Arabie Saoudite, etc. Si tôt que le pouvoir leur avait été donné, ils s’empressèrent de rétablir une ambiance dictatoriale mais cette fois à leur profit. C’est comme cela que des kidnappings, des interrogatoires dont certains se terminaient par la mort, des meurtres furent commis depuis leur élection jusqu’au renvoi dans ses murs de l’équipe dirigeante menée par Mohamed Morsi. Chassez un dictateur pour en mettre un autre encore plus dangereux à sa place était la conséquence de l’inconséquence des hommes puissants qui veulent depuis quelques années déjà déstabiliser le monde arabo-musulman.

 

Aujourd’hui le nombre des victimes de ces dernières 48 heures varie de 200 à plus de 500 selon les sources. Connaissant un peu l’Egypte, j’y suis resté en tout presque 11 ans, je sais que les chiffres annoncés, que ce soit par l’administration Moubarak, celle de l’armée, ou encore celle des frères musulmans, ne sont pas seulement fausses mais sont toujours arrangées en fonction de leurs désirs et du message qu’ils veulent transmettre. C’est comme les élections, après celles truquées de Moubarak, celles des frères étaient aussi loin que possible de ce que nous appelons des votations libres et démocratiques. Les habitudes, bonnes et mauvaises, perdurent toujours, cependant je crois que les mauvaises, par leurs résultats, se voient plus que les bonnes. Suite à tous ces mouvements de troupes, ces massacres de gens, certes excessifs dans leur foi et leur manière de la pratiquer, mais qui ne sont que des marionnettes suspendues à des fils de moins en moins invisibles, les couvre-feux et état d’urgence ont été rétablis au grand dam des habitants dont la vie a basculé et devient de plus en plus difficile.

 

Le premier sinistre égyptien, Mohamed El Baradaï, prix Nobel de mes genoux, encore des magouilles façon monde occidental avec arrangements entre amis, vient de démissionner, arguant du fait que les décisions qui furent prises n’étaient pas les siennes. Quel talent, quel courage, quelle vision d’un avenir radieux pour sa future présidence de la république égyptienne, ce pleutre est bouffi d’ambition. Fort de son soutien, inapparent mais réel au régime qu’il décria après son départ, il essaya de jouer un rôle dans l’Egypte pré-électorale de 2011 et 2012, mais sans jamais prendre aucun risque de participer à une coalition qui aurait nui à son avenir à moyen terme. Sa vision était juste, s’il voulait devenir président un jour, il ne pouvait pas se mettre en avant dans un climat aussi troublé. Maintenant les choses sont plus claires, l’armée va gentiment continuer à épurer l’Egypte des frères devenus gênants pendant que les politiciens professionnels mettent en place un régime semi autoritaire qui va s’apparenter à celui de la famille Moubarak. Et tout ça n’aura servi à rien.

 

La démocratie est un sport de riche à qui il faut à la fois du temps et des moyens pour s’instituer. Nous sommes en pseudo démocratie depuis 1789, soi-disant, et nous ne pouvons éviter les méandres des hommes qui la manipulent. Notre démocratie, façon grecque antique adaptée, n’est rien d’autre qu’un régime oligarchique entre les mains de gens avides et cupides. Nous devrions cesser de vouloir donner des leçons au monde sur les droits de l’homme et son rôle humanitaire, nous ne sommes que la version camouflée des régimes que nous décrions tant et que nous imposons partout, comme aux dernières élections maliennes, où la poupée française vient de prendre le pouvoir pour le plus grand bien d’Areva et de Total.

 

Quel exemple pourrions-nous donner à nos amis égyptiens si ce n’est celui de la parodie démocratique ? Je crois que nous avons loupé une occasion de fermer nos gueu… oups… bouches… dégoûts…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com