Log In

Oups, j’ai un Qatar dans la gorge…

La coupe du monde de football de 2022 fait encore parler d’elle, si l’encre que l’on a déversée sur cette compétition depuis 2010 était rassemblée, cela pourrait, en la revendant, payer les obsèques et les primes de risque des Népalais qui sont sacrifiés sur le chantier des stades quotidiennement. Les Qatari sont des gens gentils, ils financent à tour de bras les pays pauvres comme la France, les USA et bien d’autres encore. Par ailleurs, en plus de leurs investissements intelligents, ils savent embaucher les bonnes personnes, pleines de compétences, de qualités personnelles riches et avariées, comme le fils de Platini et bien d’autres conférenciers bien connus de Liliane Bettencourt…

 

qatar-2022.jpg

 

Ces émirs, qui nous font rêver en lisant les contes des mille et une nuits, sont beaucoup moins sympathiques dès qu’il s’agit d’argent, de pouvoir, de manipulation et de stratégies d’invasion, pacifiques mais bien réelles. Pendant que Culbuto 1er invente tous les stratagèmes possibles pour nous spolier de nos retraites, en toute discrétion, avec la complicité des syndicats et des partis politiques, et de pousser toujours un peu plus vers une retraite via des fonds de pension privés, les fans de foot regardent s’écharper les vedettes du ballon rond sur les stades franchouillats. Ils rêvent tous, ces tristes fans, d’avoir la chance de s’offrir des places pour la finale de la coupe du monde, où qu’elle ait lieu, c’est le rêve fou de tout fan de radis… oups, de foot. Mais celle de 2022 est certainement la première à faire jouer et regarder des matchs dans des espaces climatisés, alors que la température extérieure sera de 50°C voire plus. Les Qatari n’y vont pas de main morte, ils ne rechignent pas aux dépenses pour montrer au monde entier leur suprématie, leur puissance, qu’elles soient financière ou financière car peu nombreuses sont leurs réelles compétences qu’ils sont obligés d’acheter de leurs millions dans tous les pays corrompus où ils investissent. Ils en explosent de bonheur, ils en pètent de joie, or, quand ça pète c’est que ça gaze… Et le gaz, ils en ont à vendre et à revendre. La revanche de la nature contre les bourreaux qui la détruisent repose sur sa générosité avec ceux qui souhaitent, inconsciemment, la mort des états qui se sont moqués d’eux depuis des générations. C’est ainsi que les matières premières sont globalement plus réparties dans les pays pauvres que dans les pays riches, qui, la plupart du temps, les ont ponctionnées à outrance. Quelques pays émergents, comme ils disent, je préfère dire les pays nouveaux riches, ont la chance d’avoir à la fois les matières premières, la main d’œuvre encore bon marché et des environnements politiques assez laxistes sur le social tout en étant rigoureux quant aux environnements politiques assez éloignés de la démocratie.

 

Ainsi donc, les pays pauvres devenus riches peuvent narguer, se moquer des pays qui, pour autant que ce fut vrai, étaient riches et colonisateurs de longue date. Cette vengeance ne traduit que le complexe d’infériorité que les peuples, anciennement soumis à nos règles, subissent encore du fait de générations passées habituées à être traitées comme de vulgaires objets. Je trouve agréable cette vision des choses où le mauvais est puni par des mauvais, où les méchants sont maltraités par des méchants, où l’arroseur est finalement l’arrosé. Là où je ne ris plus c’est quand je vois des anciens pauvres, des ex colonisés, des esclaves libérés, user et abuser des techniques, autrefois utilisées contre eux, sur des plus malheureux qu’eux, sur des êtres sans défense qui ne cherchent qu’à nourrir leurs familles. Qu’un esclave affranchi maltraite un esclave qui lui appartient tient pour moi au nec plus ultra de la médiocrité et de la sauvagerie. Déjà qu’un ex esclave en possède un actuel me parait plus qu’abjecte, mais qu’en plus il le fasse souffrir, voire mourir à la tâche, est proprement inadmissible. S’il est vrai que nous avons, les Européens et même tous les occidentaux, en son temps, donné les pires exemples de ce qu’il ne fallait pas faire, massacres religieux, guerres internationales, esclavagisme à grande échelle, j’en passe et des pires, j’espérais que la leçon aurait pu porter, que les hommes en tireraient des lignes de conduite un peu moins stupides et beaucoup moins violentes, surtout de la part des hommes ayant souffert de ces maux. Mais non, l’homme est certes un roseau pensant, mais il est surtout un animal d’une sauvagerie sans égale dans la nature, d’une violence sans limite et d’une bêtise aussi grande que son intelligence. Alors que les Qatari poussent à la mort leurs employés népalais, qu’ils se paient les plus grands champions corrompus par l’argent qu’ils déversent à flots, qu’ils fassent mettre le genou à terre à des nations autrefois riches et puissantes qui leur doivent leur survie financière actuelle, cela va dans le sens de la logique humaine, cette logique qui génère dans le cadre de son développement les racines de sa destruction. Notre absence de sens commun, notre égo surdimensionné, notre avidité permanente ne nous poussent pas à la réflexion, à l’introspection, nécessaires à l’analyse et à la compréhension de notre passé pour en tirer des conséquences positives pour notre avenir.

 

Les Qatari, aussi ridicules soient-ils avec leur bling-bling, ne font que répéter ce que nous faisions nous-mêmes il y a peu. Ma question est simple, quand l’être humain se servira-t-il de ses méninges autrement que pour nuire à ses congénères et à la nature à qui il doit la vie ?

 

Jamais ! Bon courage…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com