Log In

Palme-moi de moi, y a que ça qui m’intéresse…

Un autre exemple de la médiocrité de nos gouvernants, et, comme la meilleure esquisse est donnée par le Maître, nous allons prendre notre glorieux faiseur d’aéroport, notre jovial germanophone, notre inénarrable comique, s’il en est, l’auguste du cirque qui mène la France à la catastrophe après qu’elle eut été martyrisée par un nain de jardin, je présente le menteur en chef, le traître parmi les traîtres, Jean-Marc Zéro… Oups, Ayrault…

 

palme.jpg

 

Le Canard Enchaîné reprend le thème, fort pratiqué par les verts un temps, par Yves Daudigny à un autre lorsqu’il a voulu sauver la sécurité sociale en mettant une taxe d’importation de 300 % sur l’huile de palme, pour amener une nouvelle preuve de la servilité de notre chef de gouvernement aux industries et aux multinationales de la malbouffe, comme de la banque, comme de l’automobile, j’en passe et des meilleures… Ces mêmes ministres et autres clampins qui vivent à nos crochets nous font régulièrement la morale en parlant de « principe de précaution », mais uniquement lorsque cela les arrange. En clair, cela signifie qu’ils nous en parlent, de ce fameux principe qui ne fait, comme l’arbrisseau qu’il est, que mal cacher une forêt, mais surtout ils ne l’appliquent pas. Tout d’abord parce que cela demande de l’intérêt pour nous et qu’ils n’en ont pas, ou seulement avant chaque consultation électorale. Ensuite parce que cela remet en question les intérêts qu’ils défendent, celui des faiseurs de profits à gogo, même et surtout lorsque c’est au détriment de notre santé à moyen et long terme. Comment se faire financer les campagnes électorales, comment se faire inviter, se faire régaler s’ils soumettent leurs bailleurs de fonds à des souffrances auxquelles ils ne sont pas habitués et pour cause. Que nous retrouvions cette huile néfaste dans beaucoup de produits industriels de grande consommation ne gêne pas nos gouvernants, eux ne se nourrissent que dans les restaurants étoilés du guide Michelin, lesquels ne fonctionnent qu’avec des produits frais et sélectionnés pour leurs qualités sanitaires et gustatives. Je ne vous cache pas que les smicards ne peuvent s’offrir cette joie, du simple fait que le kilogramme de ces fruits, viandes, légumes et autres truffes, se font payer à prix d’or et qu’ils ne pourraient manger qu’une ou fois dans le mois s’ils devaient sustenter leurs familles avec de tels produits.

 

Ne croyez pas que c’est par jalousie morbide que j’en veux à nos gouvernants et que mon rêve est collectiviste avec distribution de caviar dans les soupes populaires, non. Il s’agit simplement de décence, de respect. Comment ces favorisés outranciers peuvent laisser empoisonner leurs propre peuple sans rien dire, en gratifiant leur invité, premier sinistre malaisien, qui détruit une forêt qui est un des poumons de notre planète, pour y cultiver intensivement un produit dont tout le monde sait qu’il n’est pas cher, mais, qu’il vaut encore moins qu’il ne coûte par les risques qu’il engendre pour ses consommateurs. C’est de ce mépris de leurs électeurs, de ceux qui les ont porté au pinacle où ils vivent au crochet des résignés que nous sommes, que je parle, de cette indifférence intéressée qu’ils ont envers leurs véritables patrons, les citoyens de ce pays de cocagne. Qu’ensuite un ponte du lobbyisme organise pour les producteurs de cette huile destructrice de nos santés, un super voyage avec visite d’usine, discussions avec des villageois qui ne pensent qu’à défendre leur maigre revenu qui leur permet d’être aussi lobotomisés que nous, promenade au milieu des orangs-outans, tout cela afin de bien ficeler les élus qui bénéficieront de ses largesses et éventuellement se verront attribuer chacun une escorte personnelle qui sera chargée de bien les border avant de dormir… et plus si affinité… un peu comme le Carlton de Lille avec notre satyre bien aimé… Vous croyez que j’exagère ? Vous êtes encore loin du compte, j’ai fréquenté assez longtemps pour les connaître ces milieux d’affaires influents, ces cercles d’initiés dans le pire sens du terme. Vous êtes à mille lieues d’imaginer ce dont ils sont capables pour arriver à leur fin, faire toujours plus d’argent et donc de pouvoir.

La ministre de la santé, Marisol Touraine, devrait s’occuper de cette huile maudite dans son projet de loi sur la santé publique si elle a plus de courage que notre gonflant professeur d’allemand. J’en doute, les ordres sont les ordres et personne ne doit toucher aux financiers de la campagne électorale pour les municipales d’abord et européennes ensuite. Mais, on ne sait jamais, des fois que cette femme, qui usent ses adjoints de cabinet à la vitesse de la lumière, à tel point que le dernier ne dura que six mois, peut-être donc que cette femme se sera faite greffer l’appareil génital de son premier ministre ce qui lui donnera l’enthousiasme de défendre ceux qui la font vivre, nous en l’occurrence.

 

Pour vous en assurer, regarder bien si elle peine à marcher les jambes serrées, si oui c’est tout bon, sinon c’est qu’on va une fois de plus trinquer à la bonne santé des bouffons qui nous dirigent.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com