Log In

Partis ? Oui, mais où ?

Si nous faisions un petit état des lieux des partis politiques en France. Quand je dis en France, je vais tout de même faire un tri quelques semaines avant la prochaine déculottée que vont prendre les socialistes, pardon les sociaux-démocrates. Nous allons voir quels sont les partis qui ont plus de 1 % des voix au dernières élections pestilentielles… oups… présidentielles. Il n’y en a pas beaucoup et bien entendu, certains sont parfaitement inconnus du grand public lobotomisé que nos édiles prennent pour des imbéciles mais qui ne le sont pas.

 

carte-partis-politiques-francais.jpg

 

Les plus connus, et ceux qui ont été pris la main dans le sac nauséabond des tripatouillages et autres emplois fictifs et fonds en espèces pour financer des campagnes électorales, sont bien entendu, par ordre décroissant à l’assemblée nationale, PS, UMP, UDI, EELV, PRG (radicaux de gauche), Front de Gauche (PCF, PG, divers), MRC (Mouvement Républicain et Citoyen), FN et RBM (Rassemblement Bleu Marine), MoDem, PCD (Parti Démocrate Chrétien), MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais), DLR (Debout La République), UDB (Union Démocratique Bretonne), MUP (Mouvement Unitaire Progressiste), RDM (Rassemblement Démocratique Martiniquais), PPM (Parti Progressiste Martiniquais), GUSR (Guadeloupe Unie, Socialisme et Réalités), MPLR (Mouvement pour la Réunion), MPF (Mouvement pour la France), LDS (Ligue Du Sud), ND (Nouvelle Donne), ouf… Tous ces partis ont au moins un élu à l’assemblée nationale.

 

Le premier constat est que les régions sont mieux représentées, en terme de nombre de partis, que la nation dans son entier. Je veux dire que sur les 21 partis qui ont au moins un député, six sont des partis à implantation régionale et la plupart du temps dans les DOM-TOM, presque un tiers des partis présents dans le dortoir près de la Concorde. Si tous les grands partis qui se partagent le pouvoir depuis des décennies ont tous, sans exception, des tas de casseroles qui courent après eux, que ce soit par prise illégale d’intérêts, emplois fictifs, détournements de fonds publics ou toutes les autres galéjades auxquelles ils nous ont habitués, les petits ne semblent pas encore touchés par le phénomène de corruption. S’il était besoin d’en faire la preuve elle est faite, c’est donc l’usage du pouvoir qui rend ceux qui le détiennent prévaricateurs… corrupteurs et corrompus. On a souvent reproché à la République précédente sa domination par les partis politiques mais, à bien y regarder, trouvez-vous que la cinquième soit différente. Des partis se sont arrogés le droit de gouverner à tour de rôle, sans aucun partage ni participation des petits partis qui ont aussi, forcément, quelques idées et certains idéaux qui ne sont pas plus ridicules ou insignifiants que ceux des grands partis monolithiques qui nous polluent les esprits. Comment peut-on être certain que nos opinions sont les meilleures, qu’elles soient simplement bonnes ? Quand on entend critiquer les nouveaux candidats par les anciens, le premier reproche qui leur est fait est leur manque d’expérience. Mais à la vue des catastrophes que les anciens nous font vivre à longueur d’année, en quoi leur expérience les aide-t-elle à prendre les bonnes décisions si toutes celles prises par eux sont presque exclusivement mauvaises. Imaginez-vous ce que seraient les décisions prises par les mêmes sans expérience, nous serions déjà tous morts de faim dans un pays riche à profusion. Je ne crois pas que l’expérience soit nécessaire pour diriger le pays ou une de ses régions ou communes, le bon sens suffit mais de bon sens nos hommes et femmes politiques ne sont pas pourvus.

 

La professionnalisation de la politique l’a rendue prisonnière de ces gens, fonctionnaires de haut vol, qui ne savent en fait rien de ce qui est utile pour la vie simple de leurs mandants, pour leur vie quotidienne, faite de petits soucis comme gérer des fins de mois difficiles, les études des enfants à financer, les jours, tous identiques, où ils vont travailler sans amour de leur tâche et sans respect d’eux-mêmes ni de leurs véritables objets d’intérêt. Ces gens, nous, sommes devenus des machines inexpressives de nos fins profondes, de nos buts particuliers, de nos objectifs personnels, nous marchons, l’esprit vide de notre domicile à notre lieu de travail et nous revenons, la tête encore plus vide chez nous pour regarder une télé qui nous dit que c’est bien et que nous devrons faire la même chose demain. Quelle vie, grâce à ces faquins qui nous font prendre nos vessies pour des phares d’Alexandrie…

 

En conclusion, l’avenir est entre les mains des gens de bons sens qui n’ont aucune expérience mais sont de bonne foi et qui veulent l’intérêt de tous. Y a-t-il quelqu’un que cela intéresse ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

4 Commentaires

  1. michel-la-six Répondre

    Y a-t-il quelqu’un …? Dur. Le bon sens est subjectif. Trop de gens sont crédules. On « croit », non seulement, encore, aux faussetés risibles des vieilles religions, toutes, qu’il suffirait de
    nier, d’abolir totalement pour nous faire vivre mieux, mais on entre en croyance dans des dogmes nouveaux, tout autant imposteurs, révérant des dieux « verts », « libéraux », « mondialistes »,
    « politiquement corrects », « tiers-mondialistes », « dividendiers », « boursiers », « gauches-droites », « droites-gauches », « anti-discriminatoires » et
    tous-les-ceusses-qui-vont-nous-faire-baisser-la-mer-et-sauver-la-planète-en-ignorant-l’histoire-d’une-tout-autre-échelle, j’en oublie forcément. Tout ça pour dire enfin qu’il faudra du courage,
    mais Vous n’en manquez pas. Et puis c’est en semant qu’on va à la récolte.

         Continuons, gardons nos grandes lignes communes, d’abord, et à plus tard le reste.. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com