Log In

Paysans ! A vos mouchoirs…

MonsantoUne de mes relations a attiré mon attention sur un fait qui va, comme par enchantement n’attirer l’attention de personne. Je voulais faire un article sur la décision du conseil d’état concernant les OGM et le MON 810 et Pascale (c’est son nom) en avait fait un sur les semences de ferme qui sont, comme personne ne le sait à part les intéressés, les prélèvements faits dans leurs récoltes par nos paysans afin de semer les graines prélevées lors des prochains semis, pour la récolte suivante.

 

L’article du monde qui inspira Pascale est assez éloquent sur le problème posé. C’est à croire qu’on rêve… http://pascalezugmeyer.wordpress.com/2011/11/30/hadopi-de-vache/

Ce que je voulais écrire sur Monsanto, et son organisation criminelle à moyen et long terme, relevait de l’autorisation qui leur était rendue d’exploiter leur MON 810 sur notre territoire au su que « les risques sanitaires n’étaient ni prouvés ni avérés » selon les gracieux fonctionnaires du conseil d’état… de boue. Monsanto possède des armes de destruction massive et de pollution définitive et personne ne lui envoie des bataillons de guerriers, étrange non ? C’est vrai que là il n’y a rien à gagner à faire la guerre à un grand corrupteur devant l’éternel, à un investisseur potentiel qui vient pourrir nos sols afin de rendre ses produits indispensables pour longtemps.

 

Monsanto ouvre des usines partout dans le monde avec une nette préférence pour les pays pauvres (émergents ne veut rien dire, ils émergeraient de quoi, du colonialisme où nous les avons cantonnés jusqu’à ce jour, surement pas) mais il est présent en France. La résistance des écolos éprouvent les nerfs de ces industriels de la mort à terme, la mort triste et lente de nos terres arables et de leur richesse incroyable. Ils éprouvent peut-être leurs nerfs mais ces méchants ont les moyens de se payer des lobbyistes (terme anglais signifiant magouilleur d’opinion, corrupteur actif et intermédiaire véreux) de première qualité avec l’argent qu’ils gagnent de par le monde en y créant un racket durable et sans pitié pour pérenniser leurs profits.

Je suppose que Monsanto a été heureuse de voir l’UMP adopter le projet de loi sur les COV, certificat d’obtention végétale, ça vaut bien une aide pour la campagne de Sarkozy qui crie à qui veut l’entendre qu’il fera tout son possible pour garder interdite l’utilisation du MON 810 qui vient d’être blanchi par le conseil des gras… pardon… des tas… pardon encore… d’état. Mais on ne le croit plus Sarkozy surtout qu’il dit ça le jour où son parti adopte la loi qui permettra à Monsanto de continuer à nous empoisonner. Non, mon petit, tu mens trop, on ne peut plus te croire, rentre chez ta mère ou ta Carla mais ne nous pollue plus de ton haleine fétide de menteur sans vergogne.

 

Regardez le documentaire « Le monde selon Monsanto » et vous verrez de quoi je parle. Même si seulement 10 % de ce documentaire est vrai, ce qui n’est pas le cas après des vérifications personnelles, ce serait suffisant pour arrêter tous les administrateurs de cette société et de les accuser de crime contre l’Humanité, mais là on parle de l’humanité toute entière. C’est à faire frémir. Et nos politiciens qui acquiescent et accèdent à toutes les demandes de cette pieuvre aux tentacules innombrables et aux ventouses venimeuses. Je vais même vous dire que le syndicat d’agriculteurs FNSEA, qui devrait défendre la survie à long terme de ses adhérents, trouve finalement que tout ça est plutôt joli voire très intéressant pour ses membres… Je rêve, il est fou ce gars là… Et le président de cette organisation, Xavier Beulin, n’est même pas paysan, c’est le patron de SOFIPROTEOL, société qui détient des participations financières chez les plus grands semenciers français (Euralis Semences, Limagrain…) et qui, donc, vend les mêmes cochonneries. La boucle est bouclée, tout est vérolé et le défenseur des paysans n’est autre que celui qui veut les mettre à sa merci. Quand je pense que le bon sens paysan était la marque distinctive de ces gens qui nous nourrissent depuis des générations, c’est fini, même eux ont été contaminés, ils recherchent le profit à tout prix sans tenir compte de la dimension humaine de leur fonction professionnelle. Bien évidemment je ne parle pas ici des petits agriculteurs, ceux qui se font saisir leurs fermes parce qu’ils n’arrivent plus à survivre, je parle des industriels de l’agriculture, de ceux qui élisent un chimiste pour défendre leur corporation parce qu’il défend leurs colossaux profits, de ceux qui cultivent des étendues de terre sans fin où plus aucune haie ou bouchure ne trouve grâce à leurs yeux boursouflés d’avidité.

 

Alors voilà, lisez l’article du Monde et voyez le documentaire cité ci-dessus et vous aurez tout compris, on n’a fait que commencer à bouffer de la m… Et cela ne va pas s’arranger si nous continuons à vouloir nous gaver au lieu de manger moins mais bon. J’en viens encore une fois au vrai coupable, nous en l’occurrence, nous voulions de la viande à tous les repas, des fraises en décembre et des oranges en juin, nous les avons. Tous ces produits viennent de pays où les contrôles sanitaires et l’usage d’engrais, fertilisants et pesticides ne sont même pas envisagés, alors oui, nous nous gavons, mais de quoi ?


Et de plus, toutes les semences seront bientôt brevetées et donneront lieu à un racket terrible…

« Sur les quelque 5 000 variétés de plantes cultivées dans le commerce, 1 600 sont protégées par un COV. Ces dernières représentent 99 % des variétés cultivées par les agriculteurs », explique Delphine Guey, du Groupement national interprofessionnel des semences (GNIS). Ceci veut dire que les paysans doivent payer des royalties ad vitam aeternam pour toute utilisation des produits COV et cela comprend les éventuels prélèvements qu’ils feraient sur leurs propres récoltes. C’est à dire que vous achetez les semences et vous les semez. La récolte est censée vous appartenir puisque vous avez payé les graines au départ. Mais non, et si vous en utilisez une partie pour ensemencer l’année suivante il faudra repayer… Ubu est-il toujours notre roi ?

 

La question que je me pose est :

 

Y a-t-il un secteur d’activité protégé des malfaisants et des chercheurs de profit à tout prix ?

La réponse est : je ne crois pas mais je l’espère de toutes mes forces…

 

Haroun.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com