Log In

Pellerin, Moscovici… Des vautours ? Oui !

Vendredi dernier notre sinistre du commerce extérieur, Fleur Pellerin, avait refusé de s’installer au quai d’Orsay, chez l’antiquaire du gouvernement qui n’a jamais payé l’impôt sur la fortune, Laurent Fabius appelé Fafa par tous les collectionneurs d’objets d’art ancien ou moderne ayant échappé, comme lui, à la taxe ci-dessus évoquée. Elle avait choisi un coquet petit hôtel particulier qui lui seyait mieux et convenait mieux à son teint, souvent hâlé, comme tous les gens bien payés pour ne pas faire grand-chose à part de la représentation.

 

Fleur-Pellerin.jpg

 

Par ailleurs nous apprenons que le groupe des sept nains, qui pilotaient le navire de Bercy avant le dernier remaniement, avaient prévus, pour eux comme pour les directeurs de service, plus de 750 000 euros de frais de bouche. Toutes ces mannes qui tombent du ciel sont de vrais miracles pour ces habitués aux grands mets, pour ces gourmets sur compte d’autrui, ces abuseurs de confiance aux bouches remplis du caviar dont ils sont pourvus, pour la plupart, dès la naissance. Mais était-il besoin de le répéter, ces gens vivent à nos crochets, ils dépensent notre sueur, et ne font rien de bien en échange, rien et c’est cela le plus triste. Imaginez-vous ce qu’ils demanderaient si leurs décisions portaient des fruits où le peuple pourrait mordre à pleines dents et se gaver comme ils le font alors qu’ils sont nuls et nous enfoncent chaque jour un peu plus profondément dans notre misère, relative, mais misère tout de même pour bon nombre d’entre nous. Bien sûr ils ont tous des excuses, des bonnes raisons qui les poussent à agir ainsi mais est-il raisonnable de laisser aller à volo les dépenses du faste inutile de notre gouvernement quand celui-ci n’arrête pas de parler et de nous administrer des sacrifices qui deviennent de plus en plus lourds à digérer ? Comment peut-on imaginer que ces barons de la politique politicienne, qui, je le répète, n’apportent aucun résultat probant et bénéfique pour les citoyens de notre pays, dépensent les ¾ d’un million d’euros juste en victuailles, mêmes pas cuisinées, après il va falloir payer le personnel qui va préparer ces mets raffinés dont nos édiles se repaissent. Cinq millions de chômeurs et plus, dont 3.4 n’ont aucun emploi du tout, tous ces gens en bout de course, en fin de droits, qui ne peuvent plus payer de loyer et qui se retrouvent à la rue pendant que ces messieurs et mes dames les socialistes, oups, les sociaux-démocrates, alliés des communistes, se livrent à des gaspillages qui les déshonorent, eux en premier lieu, mais nous aussi qui les laissons faire. Je m’étais amusé, jadis, à parcourir les comptes de la Nation. Vous seriez étonnés de voir toutes les frasques de nos dispendieux gouvernants, les budgets énormes alloués aux parties qu’ils organisent, aux cocktails où chacun retrouve celui ou celle qui l’avait invité la semaine passée et avec qui des services sont échangés, uniquement par sympathie, loin de moi l’idée d’une corruption quelle qu’elle soit, d’ailleurs si nos dirigeants étaient corrompus, cela se saurait et les journaux en parleraient, n’est-ce pas ?

 

Le gâteau est trop beau et trop bon, ils veulent le garder pour eux, rien que pour eux. Dès que l’un d’entre eux est balancé du siège électif dont il était le locataire à titre précaire, on lui retrouve vite une place dans les sociétés amies, soit celles où l’état peut jouer les patrons comme celles dirigées par les bailleurs de fonds des campagnes passées, présentes et à venir. Ils ne perdent absolument pas de pouvoir d’achat après s’être fait renvoyés chez eux, ces gens-là, non, leurs amis, sachant qu’ils reprendront un jour le siège qu’ils ont quitté précipitamment aujourd’hui, les dorlotent pendant la période « difficile », celle où ils doivent au moins faire semblant de travailler pour gagner leur pain. Ces snobs, sur compte d’autrui comme je disais plus haut, ne le seraient pas s’ils devaient payer ce qu’ils dépensent avec leur propre argent. Mais tant que c’est le nôtre, pas de souci, un peu de TVA par ci, moins de retraite par-là, des baisses de salaires généralisées et des rémunérations nivelées par le bas grâce aux travailleurs détachés et aux clandestins et le tour est joué. De toute façon, leur déficit budgétaire ne pourra jamais diminuer tant que ces gabegies continueront à perdurer. L’état est partout et fait mal tout ce dont il s’occupe, c’est vous dire dans quelle panade nous sommes. Aucun autre moyen ne pourra intervenir dans cette imbroglio volontaire réalisé par la droite comme la gauche. C’est dans les situations compliquées que ces gens peuvent nous piller plus aisément et sans que nous nous en rendions trop vite compte. C’est pour cela qu’ils organisent tant de forums, de commissions, de conférences, tous aussi inutiles et malfaisants les uns que les autres mais qui justifient leurs emplois du temps chargés et semblent aider à résoudre les problèmes que ceux qui y participent ont réalisés. Comment voulez-vous que nous nous en sortions, ce n’est pas possible.

 

Seule, une révolution des habitudes, des us et le respect des habitants de notre belle France pourraient nous sauver des griffes de ces lamentables vautours, ces hyènes de la République, ces profiteurs, ces escrocs qui ne sont jamais rassasiés des monceaux de viande qu’ils arrachent des flans. Nous n’avons pas fini de souffrir.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

6 Commentaires

  1. djefbernier Répondre

    Sinon qu’imbroglio est un nom masculin je ne vois rien à redire. Ah si, il est bien malheureux pour nous, et bien commode pour Flore, que ceux qui ont le moins de moyens et le plus de raisons
    d’aider au changement se laissent mourrir sous la Cloche ou téléguider par un attirail toujours plus lourd, et la sacroTélé. Je croise les doigts pour ce printemps, qu’il soit le dernier du
    NicklaFrance.

    PS: je ne commente pas pour des remerciements mais pour matérialiser mon lien avec la velléité révolutionnaire. Eventuellement pour qu’on me rende la politesse sur les sujets qui me font suer du
    caractère

    1. Point de Vue Incorrect Répondre

      Je ne remercie pas par politesse mais par reconnaissance. Tout ce qu’on me dit me permet de réfléchir et donc de progresser dans mon évolution si tant est qu’elle existe. C’est pour cela que je
      vous dis une fois de plus merci et vous promet d’en faire autant pour vous, n’est-ce pas là le début d’une révolution ?

      Bonne journée.

  2. djefbernier Répondre

    Il m’est avis que chacun dans son pti coin de conscience trouve mieux à faire que fendre périls, mieux vaut l’enfer qu’on connaît. Nous connaîtrons mille et mille développements de la bêtise et
    de l’impuissance. Si révolution il doit y avoir pour les pauvres français à réformer ce ne sera rien de plus qu’un énième spectacle télévisuel et castrateur. Oui bonne journée, encore
    une 

    http://mk-polis2.eklablog.com/… un peu de Smith family, vidéo mais tant pis, le montage est bien fait, si fait qu’on est récompensé de tenir jusqu’au bout.

  3. michel-la-six Répondre

    Des mots durs mais pas du tout exagérés. Dommage qu’une si jolie photo couvre le domaine du diable, qu’on le fasse masculin ou d’un genre dit plus faible, l’écriture est ici, plus que pour
    l’orthographe, faite pour exprimer un souci de recherche, bien au delà, quant à la vérité, de toute orthodoxie de règle, dans la dénonciation de ce que l’on déplore et qui permet déjà
    de mieux s’en approcher. J’ai plaisir à Vous lire.

               michel-la-six.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com