Log In

Pétage de plombs…

Qu’est-ce que la politique ? La polysémie de ce mot magique, qui fait briller les yeux avides des technocrates et de leurs amis qui les financent pour mieux se gaver ensuite, rendrait dubitatif n’importe lequel de nos candidats tellement ils sont éloignés du sens ou plutôt des sens premiers de celui-ci. Pour eux la politique est la meilleure façon de se doter de grands pouvoirs sans prendre de grands risques… Surtout si on est le fils ou la fille d’un politicien déjà connu…

 

La_fete_du_slip.jpgJe suis certain de ne pas être le seul à avoir constaté que la politique, comme les arts, les médias, enfin tous les supports de l’argent et du pouvoir, était héréditaire. Etre le fils de quelqu’un vous permettra toujours de bénéficier des relations et des réseaux de votre papa et de votre maman, voire plus si dynastie. Comme si le talent était héréditaire, comme si le génie était transmis de père en fils, comme si le fait d’avoir un chanteur dans la famille donnait de la voix à tous ses membres. Que nenni…

Vous êtes journaliste réputé, star de cinéma, chanteur sans voix à la mode… Alors, vous pouvez y aller de votre livre, de votre CD, de votre interprétation de personnages de cinéma ou de que sais-je encore… C’est à croire que ces gens ont la chance d’avoir tous les talents… Et leurs enfants ont la même chance qu’eux pour peu qu’ils sachent en profiter, et là ils peuvent, en plus, écrire sur la vie de leurs parents ou faire des « best of » remastérisés, etc…

En politique c’est exactement la même chose et c’est comme cela qu’il y a des familles où on ne travaille pas depuis des générations, si tant est que faire de la politique n’est pas travailler…

Nous avons parfois, si ce n’est souvent, l’impression que le domaine politique appartient à cette caste de politiciens, à la fois héréditaires et professionnels, qui connaissent les arcanes du pouvoir et l’art de courber l’échine, la flagornerie et tous les stratagèmes qui permettent de manipuler les hommes par leurs travers au lieu de développer et mettre en valeur leurs bons côtés, quand ils en ont…

 

Reprenons de zéro, qu’est-ce que la politique ? Wikipédia nous donne trois sens possibles.

– La politique en son sens le plus large, celui de civilité ou Politikos, indique le cadre général d’une société organisée et développée.

– La politique, au sens de Politeia, renvoie à la constitution et concerne donc la structure et le fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d’une communauté, d’une société, d’un groupe social.

– Dans une acception beaucoup plus restreinte, la politique, au sens de Politikè, ou d’art politique se réfère à la pratique du pouvoir, soit donc aux luttes de pouvoir et de représentativité entre des hommes et femmes de pouvoir, et aux différents partis politiques auxquels ils peuvent appartenir, tout comme à la gestion de ce même pouvoir.

 

Lorsque j’étais au lycée, mon professeur de philosophie nous avait dit que la politique était l’art d’organiser et de gérer la Cité. Bien évidemment, on ne parle pas ici de la cité de HLM qui voit ses véhicules brûler tous les premiers de l’an ou lors de règlement de compte entre bandes rivales ou entre bandes et police. Nous parlons ici de la cité avec un C majuscule, dans le sens de société, groupe ou communauté d’êtres. En fait, il me semble que nous n’avions pas autant de finesse dans les définitions et que celles-ci sont, maintenant, à la fois plus nombreuses et plus compliquées. Normal, moins les jeunes sont instruits plus on complique le vocabulaire pour être sur de les éliminer du jeu justement politique.

Avez-vous remarqué aussi le peu de mots que les jeunes utilisent dans leur vocabulaire quotidien ? N’est-ce pas un problème d’après vous, allez réfléchissez, ne jouez pas les lobotomisés que vous n’êtes que si vous l’acceptez… Un petit effort… Oui, ça y est… c’est bon et oui, bravo… C’est effectivement un problème… Et en quoi je vous prie, Monsieur le malin ?

Très simple, si on sait que Victor Hugo disposait de 25 000  mots pour pouvoir s’exprimer, on comprend mieux qu’il ait pu parler en alexandrins. Et si on sait que les jeunes des banlieues ne jouissent que de 250 à 800 mots, comment s’étonner que ces jeunes en question parlent avec les mains et de façon monosyllabique. La violence est un mode d’expression complémentaire qui vient remplacer le vocabulaire manquant, c’est aussi clair et parfois plus… frappant !

Donc, nous avons d’un côté des politiciens professionnels et leurs progénitures et de l’autre une masse de gens qui sont incapables de s’exprimer de façon claire et intelligible, devinez qui va avoir le pouvoir sur les autres ! Le rêve de tout politicien, qui veut garder jalousement ses prérogatives et ses prébendes pour lui et sa meute, est de n’avoir comme électeurs que des imbéciles qui ne comprennent rien et qui ne répondent qu’à des stimuli qui les réduisent à des états pavloviens.

 

Mais toutefois, il arrive qu’un grain de sable vienne bloquer ces machines bien huilées que sont nos menteurs de gouvernants. Si l’on en croit ce qui arriva à Henri Guaino samedi dernier sur France 3, même un politicien, conseiller personnel du locataire, à titre précaire, de l’Elysée, peut péter les boulons et se retrouver dans la peau et à la place de ses victimes habituelles. Peut-être Riton manque-t-il de vocabulaire pour se mettre dans tous ses états devant les caméras de télévision qui le lèchent du soir au matin ? Alors que ce conseiller hors cadre se retrouvait face à un contradicteur audacieux et tenace, qui avait décidé de lui faire mordre la poussière par ses provocations appuyées, il se mit à crier, taper sur la table, après avoir insulté de façon indirecte Jérôme Guedj, président du Conseil Général de l’Essonne et PS. Bien entendu, ils sont tous deux stupides mais c’est un fait, Riton s’est énervé et a craqué le premier.

 

D’aucun pourrait penser que lorsque on chasse le naturel il revient au galop… En fait qui se Slip.jpgressemble s’assemble, non ? Riton traite son interlocuteur indirectement de « sale con »… Comme son président et complice…

 

Voilà ce qu’on appelle une éminence grise… Ce qu’il ne sait pas Riton, c’est que « Eminence » est aussi une marque de slips… Qui soutiennent, comme le soutien-gorge, la gauche et la droite et évitent le ballotage… Sacrés hommes politiques…

 

Haroun.

2 Comments

  1. Emmanuel Renahy Répondre

    Abindidon ! C’est terrible donc l’hérédité ! Et visiblement vous l’avez en
    travers parce que vous, personne n’est venu vous tendre la main ! Mais c’est le cas de l’immense majorité et ce dont vous parlez qui existe effectivement n’est que l’infime minorité. Vous
    taillez à grands coups de serpettes sans même faire un chemin pour passer ! Or l’important c’est de faire des chemins dans la jungle que vous décrivez pour pouvoir respirer. Vous ne semblez
    pas respirer, c’est dommage car la vie est moins fadasse que vous le dites. J’espère au moins que vos caricaturales attaques contre le gouvernement vous procurent de la paix ! Vous êtes
    blasé, cela peut se concevoir en fonction d’un parcours difficiles peut-être mais vous n’engendrez que de la rage à la limite de la haine et en rien cela n’amènera un paysage serein dans votre
    propre environnement : s’aimer soit à ce point ne permet pas d’aimer les autres (je ne suis pas curé) et donc ne permet pas le bonheur. Pourquoi jalouser sans arrêt les autres ? Mis à
    part vous rabattre vers des extrêmes ou, et c’est pas mieux vers l’Hoglandie vous ne trouverez pas le repos mon ami blogueur !

    1. point-de-vue-incorrect Répondre

      Bonsoir Cher Monsieur,

      Merci de votre charmant commentaire.

      Peut-être me permettrez-vous de vous insulter ?

      Sarkoziste va !

      Que Dieu me pardonne, mais si ce n’est lui ce sera son frère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com