Log In

Petits délits entre amis…

Un étudiant m’expliquait que trouver un travail, pour lui, ne serait pas difficile, car il avait accompli ses études dans la même école que bon nombre des cadres d’une multinationale de son pays. Il était au courant de la préférence que donnaient ces anciens élèves à des collègues ayant suivi le même parcours… Les trois questions que je lui ai posées étaient simples… Est-ce légal ? Est-ce honnête ? Est-ce moral ?

 

justice_libertythumb.gifIl est vrai que la sélection d’un nouvel employé ne relève pas d’un chapitre quelconque du Code Civil. Il est aussi vrai que donner la préférence à quelqu’un pour des raisons qui n’en sont pas n’est pas un crime en tant que tel, mais… On sent bien cependant que quelque chose ne va pas. L’étudiant en question me fît une réponse qui colle au démantèlement psychologique dont nos jeunes sont victimes. Coincés qu’ils sont dans une société matérialiste qui les oblige à devenir des compétiteurs permanents et toujours prêts à fonctionner s’ils veulent en tirer le maximum de profits matériels.

« C’est légal donc c’est honnête, c’est aussi moral puisqu’il va pouvoir nourrir sa famille et faire tourner l’économie par son pouvoir d’achat ». Ici, nous avons l’exemple type de la distorsion entre la réalité et l’image que les gens s’en font à partir d’un vocabulaire limité et d’une pratique de la langue stable au niveau minimum.

 

La légalité : c’est l’art de ne pas transgresser les lois.

L’honnêteté : c’est l’art de pratiquer de façon habituelle la vertu et la probité.

La moralité : c’est l’art de pratiquer l’ensemble des règles ou préceptes relatifs à la conduite en faisant la distinction entre des valeurs fondamentales : le juste et l’injuste, ou plus simplement le bien et le mal.

 

Or, il y a des lois iniques, injustes, qui n’ont été établies que pour satisfaire les volontés ou les caprices d’une certaine catégorie de personnes. Ne pas respecter ces lois rend l’action en question illégale. Il se peut donc accomplir une action légale qui soit injuste ou mauvaise. La légalité ne garantit donc pas l’honnêteté de l’action et ne peut être considérée comme une condition nécessaire et suffisante pour être honnête ou faire une action honnête. Pour finir, la morale, touchant à la philosophie, reliée à la différenciation entre bien et mal, est fortement remise en question si les critères de choix qui devraient être ceux de la compétence professionnelle, de la richesse du curriculum vitae, se transforment en un ramassis de gens ayant des amis communs. C’est à la fois immoral et malhonnête puisque c’est l’opposé de la pratique de la vertu.

Ma réponse était aussi claire que la question : c’est légal par défaut, en revanche ce n’est ni honnête ni moral. Or, si une action ne respecte pas au moins deux de ces critères on peut être sur que le monde tournerait mieux si elle n’était pas commise.

 

Maintenant, pourquoi vous dis-je cela ? En fait, je vais vous conter un rêve… Imaginez que vous vouliez vous protéger de vos actes néfastes et que vous avez le pouvoir suprême. Que faites-vous en premier ? Vous choisissez vos juges… Cela veut dire que vous choisissez un courroye.jpgpersonnage dont l’utilité pour notre société n’est plus à prouver afin de ne point la faire disparaître. Mais votre choix va vers celui qui vous évitera toute réprimande ou punition… Cela n’est pas moral ni honnête mais c’est donc légal par défaut. Quand le procureur Philippe Courroyé est nommé à Nanterre, il y a des raisons, vous les trouverez dans tous les bons livres qui ne sont pas écrits par les brosses à chaussures de la république, aujourd’hui ce brave bénéficiaire de l’aide du Très Haut, mais aussi très bas, est mis en examen. Sa nomination n’était pas morale ni honnête… Que son adjoint soit aussi mis en examen dans la même affaire dans le cadre d’une enquête sur le financement de la campagne du locataire à titre plus que précaire de l’Elysée… on se doute de la façon dont il a été choisi aussi…

Si le futur locataire sans titre ni droit de l’Elysée perd les élections… Il va peut-être attendre moins longtemps que Chirac pour être entendu par la Justice… Peut-être… Peut-être…

 

Il est en fait facile de faire croire ce que l’on veut à nos enfants, à nos élèves, à nos étudiants… Nous pouvons leur dire qu’il suffit de respecter la loi, même à l’extrême limite de son contenu, pour ne pas avoir à rendre de comptes sur sa conduite, sur ses choix, sur leurs conséquences pour les gens qui dépendent de nous et qui peuvent aller jusqu’à 65 millions lorsqu’on est Président de la République Française. Facile, facile mais pas beau, pas juste, pas bien…

 

Ne pas être répréhensible de par la loi vous garantit une vie légale, pas honnête, ni morale, mais légale et donc sans conséquence néfaste sur votre devenir.

A l’opposé Robin des Bois serait passible de prison pour vol, même si ses larcins permettaient à des centaines de personnes de survivre, malgré la vertu et la probité de ce généreux bandit, et, malgré la justice de ses actions pour le bien des misérables qu’il nourrissait.

 

Et tout est à peu près comme ça… Dès que nous avons un pouvoir nous l’utilisons afin de nous protéger des conséquences de nos mauvaises actions que nous pouvons donc continuer de faire… Bon, ben je vais me présenter aussi moi…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com