Log In

PSA et le pape…

Saviez-vous que nos « amis » industriels sont de petits filous ? Sûrement que oui, depuis le temps que je vous le dis et surtout depuis l’éternité que dure leur captation de nos portemonnaies via nos cerveaux lobotomisés. Ce sont non seulement des filous mais aussi de dangereux  manipulateurs. PSA, société dirigée par des gangsters, affirme haut et fort qu’elle va perdre pour l’année 2012 près de cinq milliards d’euros… Est-ce vrai ? Est-ce possible ? Ou nous prendrait-on une fois de plus pour des simples d’esprit ?

 

index-copie-1.jpg

 

Mes Chers frères humains, je ne voudrai pas vous fâcher mais j’ai bien peur qu’il s’agit bien, une fois de plus, d’un triste exemple du peu de considération et d’estime que nos entrepreneurs du CAC 40 ont pour les fiscalisés que nous sommes. Oui, ils se moquent de nous et c’en est repoussant. En fait, les pertes de PSA sont importantes mais très largement surestimées du fait d’une « dépréciation d’actifs » massive. Pour être précis cette dépréciation est de 4.7 milliards d’euros sur les 5 milliards annoncés, ce qui réduit les pertes réelles à quelques 300 millions d’euros. C’est beaucoup mais rien près de la somme annoncée à grands renforts d’articles de presse et de commentateurs beuglants à la fois sur les écrans comme sur les ondes radio. Ils se moquent de nous, vous disais-je, pourquoi me direz-vous ? Ils savent bien mieux que le vulgum pecus quelle sont les différences entre perte et dépréciation d’actifs, ils le savent tellement bien qu’ils en jouent pour nous abreuver de mensonges via la presse corrompue qui leur sert de porte-voix.

 

Pour nous, communs mortels, qu’est-ce que la dépréciation d’actifs ? Il faut savoir qu’en comptabilité les actifs représentent les biens possédés par une entreprise, qu’ils soient immobiliers, matériels, intellectuels comme les brevets, ils sont dans la colonne des avoirs qui enrichissent la société commerciale qui les possède et servent d’éventuelles garanties à ses fournisseurs… Ces biens sont valorisés et mis dans les comptes sociaux des entreprises pour la valeur à laquelle ils ont été estimés par… l’entreprise. Sans contrôle fiscal, l’administration ne fait que prendre en compte cette valorisation et l’entérine. Ce n’est que dans le cadre d’une vérification de la comptabilité de la part des services fiscaux que cette évaluation peut être mise en doute et réévaluée soit pour l’augmenter, soit pour la diminuer. Mais chez PSA, vous imaginez bien que les contrôles fiscaux ne font pas pléthore et que donc, leurs chiffres sont acceptés comme argent comptant. La peur d’un avenir sombre fait que les administrateurs de PSA préfèrent annihiler complètement l’année 2012 et l’enfoncer dans des abysses infernales pour, tout d’abord ne pas payer d’impôts, éventuellement reporter les pertes de cet exercice sur les suivants pour amortir d’éventuels profits qui se feraient jour (mais ça j’en doute). Ensuite pour argumenter la fermeture de leur usine d’Aulnay pour laquelle ils se font un sang d’encre. Mais en réalité ces biens n’ont pas changé de valeur ailleurs que sur le papier, et si, par exemple, PSA se mettait en tête de vendre ses matériels voire même ses terrains pour y construire de beaux appartements pour loger les chômeurs qu’il aura mis sur le bitume, ces évaluations ne changeraient en rien les prix de vente réels payés par les acquéreurs.

Tout ça pour vous dire que parce que nous ne sommes pas tous des comptables, ces gens-là se permettent de nous prendre pour des crétins, que nous sommes puisque nous les croyons.

 

Il est fait grand cas du départ à la retraite de notre pape, vous savez le gars qui se déguise le dimanche pour aller parler à son balcon à Rome. Ce type qui se déguise en femme, qui cache les secrets d’alcôve de ses prêtres pédophiles, qui a garni les rangs de la jeunesse hitlérienne, et qui se permet de parler de l’avortement, des préservatifs et se montre agressif contre le mariage pour tous, ce type disais-je, ose nous donner des leçons de vie… Quand je vous dis que la terre tourne à l’envers.

Alors qu’il y aille à la retraite, mais qu’il le fasse en silence parce que, nous, le tiers état, nous ne saurons jamais ce que c’est que l’abolition des privilèges du fait même que nous n’en avons jamais eus et que nous n’en aurons jamais. Si sa retraite revient à le priver des siens, de privilèges, pour en nourrir des pauvres, alors là, peut-être deviendra-t-il un bon chrétien et ce n’est même pas certain tellement son âme est sombre et polluée des actions néfastes qui remplirent sa longue et morne vie.

 

En fait, qu’il aille au diable, en espérant que celui-ci le gardera pour lui… et pour l’éternité plus un jour…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com