Log In

Publicité ou duplicité ?

Imaginez-vous un monde sans publicité… Des rues sans affiches multicolores vous vantant les produits dont vous n’avez pas besoin mais qui feront de vous une personne branchée ou qui vit avec son temps. Des entrées de ville où on ne sait plus où regarder pour trouver les informations nécessaires à notre guidage perdues au milieu des enseignes de plus ou moins bon goût… Je sais que je vous demande un gros effort mais essayez tout de même…

 

Pubs.jpg

 

Vous souvenez-vous de ce sketch des inconnus où un adolescent appelait un de ses copains qui apparaissait à sa fenêtre en disant qu’il pouvait parler avec son interlocuteur car la séquence de publicité était terminée. Eh bien oui, les pubs sont devenues autant ou plus intéressantes que les programmes qu’elles coupent trop souvent et qu’elles garnissent comme une farce trop abondante dans une dinde trop petite. La publicité est partout, sur nos vêtements qui nous transforment en hommes sandwiches au profit de marques qui ne nous paient pas pour ce faire contrairement aux stars sportives ou du spectacle, sur nos moyens de transport, sur tout ce qui nous entoure sans aucune discrimination. Le pire est que les porteurs de pub que nous sommes sont fiers d’arborer les sigles des marques de leurs outils ou de leurs habits car ils servent à évaluer et à juger, pour nos frères humains que nous rencontrons à longueur de journée et de vie, de notre position sociale, hiérarchique, financière et même de nos opinions sociétales. Les produits ont cette fâcheuse tendance à vous classer, en fonction de leur image dans l’esprit des lobotomisés que nous sommes, dans une caste ou une autre. Ils vous rangent parmi les nantis ou les pauvres, les bobos ou les rebelles, les victimes de la mode ou les rétrogrades. Je n’aime pas la publicité et je la trouve dégradante par sa volonté à justifier, valider, et pérenniser la société du mensonge et entrainer sa déliquescence.

 

Je vous donne un exemple. Nous avons actuellement une campagne organisée par Peugeot sur le thème des « jours trop courts ». Nous voyons apparaître une famille, composée du couple de parents et de leur fille, en train de décorer un sapin de Noël. La séquence, bien faite, représente ce foyer avant et pendant la période de la promotion baptisée justement « jours trop courts ». Avant, le père est sur un petit escabeau et pose des décorations sur l’arbre en question. Pendant, le père vide brutalement tout le carton de décorations sur le sapin et s’en va sans mot dire. Notre première réaction est de rire et c’est cela qui est recherché par les réalisateurs de ce film. Le second est de nous laisser pénétrer par le message contenu qui est d’aller au plus vite participer à cette promotion qui sera bien évidemment trop courte. Mais quel est le secret subliminal qui est induit dans cette publicité mensongère ? Il est simple, nos cerveaux enregistrent que la visite chez son concessionnaire est plus importante que les relations familiales engendrées par une période festive. Cet homme qui laisse choir sa fille et sa compagne, sans aucune gêne, sans scrupule et sans honte, pour aller regarder des voitures devrait nous répugner car il va à l’encontre des principes vivants de toute société humaine bâtie sur le respect des autres et en particulier de ceux que nous aimons. Or les jours ne sont jamais trop courts pour voir des automobiles, en revanche ils le sont dans les moments partagés avec nos êtres chers, sinon pourquoi serait-il là, avec eux, pour accomplir ce riche instant de plaisir et d’échange avec sa femme et sa progéniture.

 

1024publicite-ultime

 

Certains souhaiteraient l’interdiction de la publicité, d’autres voudraient la réguler afin qu’elle n’abuse pas dans ses messages visibles comme subliminaux. Je ne crois pas que l’interdiction ou la régulation soient les solutions. Je crois, comme à mon habitude, que la solution est entre nos mains. La meilleure façon de montrer notre désaccord est justement de faire l’opposé de ce que les spots souhaiteraient que nous fassions. Si personne n’allait voir les garagistes de la marque concernée, le message mourrait de sa belle mort et très rapidement. C’est nous qui fixons le niveau auquel la barre, le seuil de notre éthique se trouve. Nous sommes responsables de ce qui nous arrive si nous ne faisons rien pour éviter le malheur qui nous attend, tout en en connaissant les tristes conséquences. Ne pas allumer nos téléviseurs est le début de la vraie révolution. Pacifique et respectueuse mais diablement efficace et efficiente.

 

Les temps de Noël sont les plus riches en publicité, car il ne s’agit en aucune manière de l’anniversaire de la naissance du Christ, idole et support religieux de plus d’un milliard d’êtres humains, mais bien de la fête mondiale du commerce. Donc, on va en « bouffer » de la pub jusqu’à la fin des fêtes. Nous en avons d’ailleurs beaucoup pour les produits de parfumerie de luxe. Vous avez vu toutes ces affiches, tous ces spots sur les parfums, mettant en scène des beautés tout à fait irréelles pour la plupart d’entre nous, qu’elles soient féminines ou masculines. C’est à croire que les Français sont aussi sales qu’on le dit et que leurs odeurs doivent être plus que nauséabondes pour consommer autant d’artefacts qui les camouflent.

 

C’est d’ailleurs parce que Copé et Fillon puent de la plus horrible manière qu’ils ne peuvent pas se sentir. CQFD…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com