Log In

Qui est otage et qui est vraiment libre ?

Je ne vous cacherai pas que je me suis mélangé les pinceaux hier, je vous ai présenté ma chronique avec un jour d’avance… C’est mon manque d’habitude des vacances qui m’a perturbé ou je ne sais quoi de mélancolie après le décès cette semaine de Gabriel Garcia Marquez, je ne vois pas, mais est-ce grave ? Non, le principal est… d’être en vacances, n’est-ce pas ? En revanche aujourd’hui, tous nos journaleux, qui n’ont rien à dire, vont nous bassiner de la libération des otages, évidemment, le traitement est de faveur puisque nous avons à faire avec des journalistes, des vrais, des qui vont sur le terrain… qui rentrent chez eux après l’enfer.

 

Le-baiser-de-Judas.jpg

 

Je suis pris entre deux sentiments, l’un fait de compassion pour ces personnes retenues contre leur gré par des gens qui n’ont de cesse qu’à mener un combat qu’ils estiment juste alors qu’il n’est que le leur. Et à l’opposé, je me dis que la misère vécue de ces hommes n’est que le fruit des mauvaises habitudes prises par les gouvernants de tous les pays occidentaux, en particulier les USA qui se croient les gendarmes du monde et les garants de leur mode de vie qu’ils veulent implantés partout, même par la force, malgré sa stupidité. Et à voir ce que nos Culbuto, gros roi des franchouillats, et notre fafa l’antiquaire vont nous montrer de miel et de recherche de meilleurs taux de satisfaction, tout ceci n’est qu’un prétexte pour paraître devant nos yeux larmoyants de fiscalisés lobotomisés émus de tant d’effusions entre les victimes et ceux qui les aiment et les ont attendus dans l’espoir et la crainte. Hollande et ses sicaires se moquent bien de tout cela, ce ne sont pas de vrais sentiments dont ils nous comblent les oreilles mais bien d’un intérêt ô combien personnel, qui leur permet de passer d’un scandale à quelque chose de moins négatif devant le jugement dur et sévère de leurs électeurs tel qu’ils l’ont montré lors de la dernière consultation électorale. Rien n’est gratuit dans notre société mercantile et majoritairement motivée par le profit personnel, l’égocentrisme et le culte de la personnalité, on n’embrasse pas des otages barbus par plaisir lorsque c’est nous qui les avons envoyés indirectement dans le bourbier où ils ont souffert. Mon approche est un peu sévère mais nous sommes tous complices, nous sommes tous coupables, nous avons aussi été les gardiens de ces prisonniers de la politique violente et dictatoriale de pays qui se croient les détenteurs de la Vérité, de la seule Vérité possible et qui veulent la faire régner par tous les moyens. J’entends en ce moment même d’autres journalistes insister sur la barbarie de Bachar Al Assaad et de son « régime » sanguinaire, mais, pourquoi ne pas demander aux syriens ce qu’ils en pensent, pas ceux financés par la CIA pour changer l’itinéraire d’un gazoduc qui doit relier le Qatar à l’Europe, non, ceux qui étaient libres, dans un régime dictatorial certes, mais ils étaient plus libres alors que maintenant. Il en est de même en Egypte et en Libye… Nous nous jouons des peuples du tiers monde comme nous nous jouons de nous-mêmes et nous savons, intuitivement, que tout cela est factice, organisé, planifié, mais nous refusons d’ouvrir nos paupières pour laisser entrer la lumière de la réalité des faits comme des volontés des gens de pouvoir.

 

Nous armons les gens, les formons, les payons pour accomplir les basses besognes nécessaires à l’augmentation de nos profits et la sécurité de nos approvisionnements. Regarder ce qui se passe en Centre Afrique, ce qui s’est passé, avec notre complicité passive ou active, au Ruanda, au Mali, nous n’hésitons pas à massacrer par délégation des centaines de milliers, voire des millions, de personnes qui ne sont que de chiffres, des tristes statistiques qui ne font qu’attester, pour les assassins qui nous gouvernent, que les pauvres ne sont rien, qu’ils ne sont pas des humains. La misère vous met dans la classe des exclus et des sans grades, des gens sans importance dont le monde peut se passer aisément à condition de préserver notre petit confort de petits bourgeois égoïstes. Je vois à cet instant Culbuto 1er embrasser et prendre dans ses bras les quatre otages libérés, n’oubliez pas comment Jésus fut trahi par Judas, rien n’a changé, on n’est jamais trahi que par les chiens. Une minute… je vais vomir et je reviens…

Je pleure sur le vrai bonheur des familles et sur les raisons qui les ont privées de ceux qu’elles aiment, pour le seul plaisir des faiseurs de grosses affaires. Notre monde tourne à l’envers, j’ai été apostrophé par un lecteur me traitant de gauchiste et de révolutionnaire alors que je ne suis qu’un amoureux de la Justice avec un J majuscule. Je ne souhaite pas que le grand soir revienne, si tant est qu’il soit déjà venu, ce dont je ne suis pas sûr, je rêve simplement d’un monde où chacun est libre et heureux de vivre la vie qu’il a choisie. Utopie ? Peut-être, mais la réalité n’est qu’un rêve concrétisé. Je n’ai pas d’ambition politique, je ne désire qu’un monde de paix et de joie à mes enfants et petits-enfants qui le méritent comme nous le méritions lorsque nous avions leur âge. Notre devoir était de leur transmettre un univers propre à la vie, nous leur laissons une planète en ruine où cette vie, leurs vies, seront bien plus difficiles que les nôtres, mais nous leur laissons aussi l’espoir car leur avenir est entre leurs mains, leurs seules mains et pas celles de ceux qui croient nous posséder comme les choses qui garnissent leurs intérieurs magnifiques et dorés.

 

Nous devons lutter pour remettre les esprits en marche, pour leur faire prendre conscience qu’ils sont responsables de ce qui fait leur existence, ces esprits sont les nôtres, réveillons-nous !

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

  1. djefbernier Répondre

    Bon ben il me faut ricaner là. Haroun tu es un agent double en mission, c’est évident à la lecture de ce que la réalité est un rêve concrétisé… passons sur ce que nous avons et sur ce que nous
    méritons m’enfin : leur avenir est entre leurs mains?, leurs seules mains?, et pas celles de ceux qui croient nous posséder?… je te corrige comme DeS choses. AAAAAAArgh, c’est vrai qu’après
    vomir il faut du temps pour le goût dans la bouche disparaisse, ceci peut expliquer cela, post littérature et immédiateté accouchent de nouveaux usages, peut-être aussi j’en termine là :
    relis-toi un peu plus et par pitié coupe la rhétorique vénimeuse sinon creuse. Hâte que tu fasses pareil pour moi

    1. Point de Vue Incorrect Répondre

      Courage, n’abandonnons pas à la facilité comme nous le reprochons à ceux qui y adhèrent, creuse ou pas le silence est pire que ma conversation même si elle parait, aujourd’hui, inutile, encore
      a-t-elle le mérite d’exister tout comme la tienne.

      A plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com