Log In

Rance 2… Comme le vieux beurre…

Je ne fais généralement pas de publicité pour quiconque, hors les amis qui essaient d’utiliser leurs cerveaux pour en faire autre chose qu’une machine à acquiescer ou à acheter et ceci même s’ils ne partagent pas mes opinions.

 

vous-trouvez-ca-normal-bruce.toussaint02.jpg

 

Tous les êtres humains sont respectables mais encore plus si, et seulement si, ils utilisent tous les outils à leur disposition pour penser par eux-mêmes, pour être eux-mêmes et pas les marionnettes que les gens de pouvoir souhaitent qu’ils soient. Aujourd’hui je fais de la pub… sans que cela ne rapporte quoi que ce soit, juste parce que je vous aime et que cela m’enchante.

Je viens de lire un petit opuscule où j’ai retrouvé un homme dont je prône les idées sans les avoir connues et sans avoir lu aucune de ses œuvres littéraires. Je dois cette lecture à un auteur très connu dans son immeuble et peut-être même qu’à son étage mais qui vaut le détour. Bien sur il n’apparait pas trop sur les médias nationaux et pour tout dire je ne connaissais pas même son existence jusqu’à ce que je lise un compte-rendu de lecture d’une de ses œuvres dans « Le Canard Enchainé ». Il s’agit d’un livret dont le titre est « Le courage de la non-violence » écrit par Jean-Pierre Barou aux éditions « Indigène ». Ce très petit ouvrage d’une trentaine de pages est d’une importance vitale, en tout cas pour moi. Il est simple et clair, il donne en peu de mots ce que nos pseudo philosophes n’arriveraient jamais à dire en moins de milliers de pages et encore sans être compréhensibles pour autant. Une fois de plus, la preuve est faite que la qualité prime et primera toujours sur la quantité, ce qui va exactement à l’inverse de nos habitudes de consommation tant culturelles que matérielles. Je ne déflorerai pas le sujet traité par ce livre mais un titre si évocateur ne peut rien vous cacher des intentions de son auteur. Je vous laisse le lire en toute quiétude et vous faire votre propre opinion, vous me direz, n’est-ce pas ?

 

Après cette séquence publicitaire, je voudrais vous dire que j’ai réussi à acheter Charlie Hebdo après qu’ils aient réalisé une seconde édition. Par ailleurs, j’ai vu hier soir sur France 2 pour la première fois l’émission « Vous trouvez ça normal » qui avait pour sujet… les caricatures de Charlie Hebdo… Quel ramassis de politiquement correct, c’en était écœurant et en particulier l’affligeant Jean-Marie Bigard. C’était à vomir. Une des protagonistes considérait que le fait, dont je suis coupable je l’avoue, d’acheter Charlie Hebdo par solidarité sur le thème de la liberté d’expression est une motivation à deux balles. Bien évidemment je ne suis pas d’accord et ce n’est pas cette personne, ô combien bénéficiaire de la rente de situation de ses positions politique et sociale, qui m’en empêchera.

Ma motivation est pure et sans intérêt induit. Charlie Hebdo a peut-être fait un coup marketing mais rien n’est moins sur, et, par ailleurs, un coup marketing qui peut vous priver de vos bureaux ou de la vie n’est plus un coup marketing mais une preuve de courage professionnel dont elle-même ne peut faire preuve. Tout est toujours facile à dire mais lorsqu’il s’agit de faire… Il y a subitement moins de monde. Charlie Hebdo est un journal satirique qui donne systématiquement dans l’invective, l’insulte et la caricature. C’est son droit, et, comme je le disais déjà cette semaine, si quelqu’un n’est pas d’accord il peut toujours s’adresser à la justice.

 

Avant-hier je parlais de lâcheté dans mon article sur le consensus, hier la démonstration fut faite par les invités de cette émission que cette même lâcheté est présente partout sur les plateaux de télévision et dans les têtes des gens qui les manipulent et les dirigent. Ce respect soumis que les journalistes et autres vedettes en tout genre vouent au monde auquel ils ont donné leurs âmes est d’une tristesse à mourir. Ces gens, qui ne veulent rien perdre des avantages incommensurables d’avoir une notoriété et des prébendes y afférentes, sont prêts à toutes les compromissions, c’en est suffoquant de honte pour eux. Seul Bruno Solo, dont je ne partage pas toutes les opinions sortaient du lot et osait dire des choses ayant du relief, le relief des choses pensées par soi-même. A l’opposé du Bigard, Tartuffe s’il en est, qui, après avoir dit en politique des bêtises plus grosses que lui, s’essaie maintenant au lissé-poli de la lèche du système qui le nourrit grâce aux moqueries dont il l’affuble.

 

La télévision est vraiment faite par des nuls pour nous faire devenir aussi nuls qu’eux.

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com