Log In

Rêvez mes frères, c’est tout ce qui nous reste…

C’est à mon tour de rire sur  le compte de tous mes détracteurs, ceux qui m’accusent d’être un adepte forcené de la théorie du complot. Lorsque je dis ou j’écris que tout est manipulé, que la CIA et les autres organes américains contrôlent tout et tout le monde, je le fais sur la base de recoupement d’informations, bien évidemment. Mais lorsque ce sont des anciens membres de l’armée américaine ou de leurs services de renseignements qui se mettent à table, nous avons intérêt à avoir de l’appétit…

 

reves.jpg

 

Obama est le plus grand manipulateur que les USA ont connu dans bon nombre de domaines, ceci le met à l’abri de ses compétiteurs, même de ce jeune Bush qui goba les âneries racontées par ses espions au sujet des armes de destruction massive détenues par Saddam Hussein. Bien sûr tous les présidents américains sont de grands marionnettistes et peu d’écart se situe entre le « plus pire » et le « moins pire ». C’est la fonction première d’un empire que de tout faire pour le rester et c’est la façon la plus économique de le rester que de contrôler tout ce que font les éventuels candidats à la succession, les califes qui veulent prendre la place du calife. Edward Snowden, ex agent de la CIA, après Bradley Banning de l’armée américaine, se met à raconter ce que Big Brother fait de la toile qu’il a créée il y a maintenant fort longtemps. N’oublions pas que Internet existe depuis la fin de la seconde guerre mondiale et que les américains l’avaient utilisé au demeurant pour des besoins militaires et de renseignement. Comme les étasuniens ne sont pas des imbéciles lorsqu’il s’agit de gagner de l’argent, ils n’ont pas hésité à mettre à la disposition de tous un réseau qu’ils avaient eux-mêmes architecturé. Fort de la complicité des multinationales de l’informatique et des supports techniques qui détiennent les outils utilisés par les Google, Facebook, et les autres, la prédominance américaine en matière de réseaux sociaux aidant, il est facile de collationner toutes sortes d’information sur des quidams de tous pays et de tous continents pour peu qu’ils soient connectés. Leurs satellites peuvent déjà compter les cheveux que nous avons sur nos têtes lobotomisées, maintenant il ne s’agit plus que de contrôler ce que nous faisons de notre temps, à la maison, au bureau, dans les transports, dans les magasins, de surveiller avec attention nos paroles, nos écrits, nos actes ; je vous le confirme, tout autant que ces dissidents de l’administration étasunienne, quand vous embrassez votre conjoint, coupez l’électricité si vous souhaitez vraiment que vos échanges soient limités à vous deux exclusivement. Si vous êtes connectés et que votre ordinateur est dans votre domicile, il est désormais possible de voir et d’entendre, pour des experts, ce qui s’y passe sans que vous en soyez informés. Vos mails et vos appels téléphoniques sont écoutés et ce sont des milliards de conversations et de courriers qui sont écoutés et lus par la NSA, la CIA et tous ces supers gadgets liberticides inventés soi-disant pour nous protéger des terroristes islamistes et autres.

 

Pour ma part, je préfère mourir dans un avion qui explose plutôt que de retirer mes chaussures, ma ceinture, ma veste, mon ordinateur lors des contrôles qui permettent surtout de savoir qui va où et pourquoi à des gens qui ne sont là que pour nous empêcher de penser et d’agir librement. Vous vous souvenez certainement de mon argumentation du montage qui devrait aboutir à ce que j’appelle la dernière croisade. Vous vous souvenez aussi du fait de mon absence totale de croyance en un quelconque hasard, mon refus total de l’existence de la chance, tout ceci aboutit, à mes yeux, à trouver une forme d’ordre au chaos. Cet aboutissement inattendu donne du sens au chaos qui n’est pas, contrairement à l’opinion du vulgum pecus, un désordre hasardeux mais bien une apparence de désordre au regard d’une autre forme d’ordre. Oui, je crois que la montée de l’Islam radical est organisée depuis longtemps, même avant l’abandon du Shah d’Iran par les occidentaux. Nos états, supposément démocratiques se rapprochent chaque jour un peu plus des dictatures que nous critiquons depuis l’avènement de nos Républiques. Mais sous le prétexte fallacieux de notre sécurité, nos gouvernants, rompus au mensonge et à l’avidité de pouvoir, financés par des multinationales qui n’ont d’autre intérêt que la pérennité d’un système qui les enrichit et les rend indépendants de toute forme de contrôle, y compris étatiques, nous nous faisons spolier de ce qui nous reste de liberté. Seule nous restera la liberté de consommer, bien qu’elle-même soit déjà une privation de choix grâce aux publicités intrusives, aux informations sur nos goûts et nos habitudes qui sont répertoriées, classées, gérées et vendues au plus offrant de ces marchands de faux bonheur et ces destructeurs de familles, de société et avant toute chose d’êtres humains.

 

Messieurs les politichiens, je ne veux pas de cette sécurité-là, et je préfère la franchise d’un intégriste fidèle à son idéal que les mensonges que vous nous proférez pour arriver au même résultat. C’est une question de choix, n’est-ce pas ? Vous avez détruit notre morale, nos définitions philosophiques de la liberté et de la démocratie pour les remplacer par le pouvoir d’achat et nos habitudes de consommation. Vous avez distillé la peur dont vous aviez besoin pour nous asservir et assouvir votre désir insatiable de puissance et de pouvoir. Cela suffit, laissez-nous en paix, votre temps est terminé et les hommes vont se réveiller du cauchemar que vous leur avez introduit dans leurs cerveaux inutilisés. Votre fin est proche et la liberté des hommes, tel le phénix, renaîtra de ses cendres…

 

Excusez-moi, je viens de me réveiller, que s’est-il passé, qu’ai-je écrit en dormant ? Sacré rêveur quant à la fin vous ne trouvez pas ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com