Log In

Sans-abri ou SDF ?

Il est de bon ton, lorsque nous voulons respecter le politiquement correct ambiant, de s’émouvoir de l’augmentation des sans-abris, émotion oui, mais action non ou si peu. En essayant de ne pas donner dans un misérabilisme stérile qui fait perdre toute dignité aux gens dans le besoin, ne pouvait-on pas espérer d’un gouvernement socialiste qu’il fasse quelque chose de grand pour empêcher cette recrudescence de pauvres sans toit, comme pour atténuer les conséquences néfastes d’une crise qu’ils ont participé à créer et font perdurer ?

 

SDF.Paris_.jpg

 

L’un des rares avantages des régimes collectivistes est d’avoir cultivé un idéal généreux et qui était censé protéger tous les citoyens de la misère et de la souffrance. Cela permettait au peuple de ne pas craindre l’adversité, sachant que l’état se chargerait de régler le problème qui lui tombait sur la tête, le peuple en question pouvait espérer vivre dans une quiétude relative. Bien évidemment et comme chacun le sait, les hommes ont perverti l’idéal et ces régimes qui étaient la seconde solution de l’alternative maudite, capitalisme ou socialisme, sont morts de la façon la moins originale possible, en capitulant devant leur ennemi juré, le capitalisme qu’ils adoptèrent ensuite pour connaître leur renaissance. Mais donc, d’idéal il n’y a plus, de générosité gouvernementale non plus, du cœur encore moins, tous les Dieux merci, il nous reste les statistiques pour pleurer, à heure dite, tous ensembles. Du coup, puisque nous parlons de chiffres, sachez que les sans-abris ont augmenté en volume de 50 % en 3 ans selon le journal Le Monde, et comme ce support de publicité appartient aux tenants de l’économie de marché complices des gouvernements qui se suivent et se ressemblent, on peut se douter que ce nombre est non seulement atteint mais sûrement dépassé. Au fait, vous avez noté que je dis sans-abri et non sans domicile fixe. Cela provient de ma résistance aux nouvelles expressions dissimulatrices de la vérité. Avoir un domicile fixe, on peut comprendre, un domicile qui ne l’est pas… j’ai du mal. C’est une caravane, une tente de camping, un abri de jardin sur roues, une brouette qu’on retourne, qu’est-ce qu’un domicile non fixe ? Voilà comment on vous empêche de penser, je ne reviens pas sur l’article écrit cette semaine à ce sujet mais vous voyez ici un nouvel exemple de manipulation insidieuse et subversive de la part de nos énarques et politichiens de tous bords politiques confondus. Un sans-abri, comme l’abbé Pierre le disait, on sait que c’est une personne qui vit dans la rue, sans toit.

 

Nous avons, selon Le Monde : « En France, 3,6 millions de personnes sont soit privées de domicile personnel, soit vivent dans des conditions très difficiles (privation de confort ou surpeuplement), soit sont en situation d’occupation précaire (hôtel, caravanes…). Le nombre de sans-abri a ainsi augmenté de 50 % depuis 2011 pour atteindre le chiffre de 141 500 personnes, dont 30 000 enfants début 2012. Le numéro d’urgence, le 115, qui gère les places d’hébergement d’urgence, est saturé ». Encore une fois, ce sont les habitants de notre beau pays qui vont se substituer à la gabegie gouvernementale permanente depuis la dernière guerre au moins. La charité remplace la solidarité, oui elle la remplace car cette solidarité dont on parle sans cesse est bel et bien morte. Elle a été changée en une multitudes de petites gesticulations économiques et financières qui permettent à leurs bénéficiaires de survivre dans la honte, sous les regards accusateurs des gens qui ont encore les moyens de se faire ponctionner et de ceux qui les gouvernent, car ces distributions sont des dépenses qu’ils rêvent de supprimer et qui ternissent leurs statistiques. Il est indécent, de la part d’un gouvernement socialiste, de prévoir des économies dans les soutiens sociaux alors que ce sont ceux qui ont besoin de ces services qui les ont portés au pouvoir mais ce n’est pas le pire. Nous touchons le fond lorsque nous voyons des gens de gauche faire fi de la solidarité, renier leurs idéaux de base, ceux qui soutenaient leurs idées et volontés politiques. Comment peut-on à ce point passer d’une générosité extrême à une rigueur inflexible ?

 

Vous allez bientôt voir que le train d’économies, 50 milliards d’euros tout de même, que Culbuto 1er va faire avec l’aide des bras cassés qu’il a choisi, sera exclusivement réservé aux aides sociales, à l’éducation, à la santé, aux retraites… Vous verrez que la croissance ne sera jamais assez forte, si elle existe en dehors des statistiques truquées de ces voyous, pour combler le trou que feront ces économies et que les sans-abris seront encore plus nombreux dans un an.

 

Priez tous les Dieux qui existent et qui n’existent pas pour que vos enfants et vous-mêmes soyez épargnés, les temps les plus durs sont à venir, aujourd’hui nous en sommes seulement à l’apéritif… Je ne dis pas cela pour faire pleurer dans les chaumières, un regard objectif sur l’état du monde vous en dira plus que moi…

 

Nous devons réagir !

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com