Log In

Sarko 1er, le retour ?

Nous allons pouvoir recommencer à jouer au nain jaune, vous êtes jeune, vous ne connaissez pas ce jeu ? Pas grave, Sarko 1er, l’ancien roi déchu vous expliquera les règles, maintenant qu’il est de retour sur le terrain. Comme il était beau, comme il était bronzé, emballé, parfumé, on se serait cru au mieux de sa gloire, le lendemain de son dîner au Fouquet’s, parce qu’elle n’a pas duré longtemps sa gloire, c’était une gloire filante… Un peu comme celle de Culbuto 1er

 

Houdini

 

Les journalistes étaient interdits dans la salle où la messe devait être dite, mais… Comme par le fait du plus grand des hasards, quelqu’un a filmé et enregistré ses propos qui se sont retrouvés, comme par hasard aussi, sur toutes les chaînes de télévision. Ils nous prennent vraiment pour des cons, c’en serait humiliant si nous n’y étions pas habitués et nous ne le méritions point. Comme à l’accoutumée, demain il rasera gratis, notre nain de jardin parkinsonien. C’est étrange, il m’avait semblé entendre qu’après sa déconfiture présidentielle, il voulait « faire de l’argent ». Serait-ce de son retour en politique qu’il parlait, parce que jusqu’à maintenant, tous ceux qui en font, s’en sortent plutôt bien et ne paient pas beaucoup d’impôts pour autant. Quelle arrogance, quelle suffisance dans ses propos rassembleurs de débris de l’UMP mourante, et quel mépris pour ses « collaborateurs » passés, sa bassesse est inversement proportionnelle à sa taille, même avec des talonnettes et des rehausseurs. Du haut de son piédestal d’ami des puissants, il nous toise et nous montre la voie, sa voie, royale pour ceux qui le financent car ils en seront encore plus riches, et, ombrageuse et triste pour tous les autres, les petits, les pauvres, les sans-abris, les crève la faim qui peuplent de plus en plus les rues ensoleillées de France et les halls des pôles emplois. Comme ile dit lui-même en forme de mea culpa, mea maxima culpa, il n’a pas assez songé, du temps où il en avait le devoir, à la compétitivité. C’est étrange de voir que la compétition est le leitmotiv de nos gouvernants, quel que soit leur bord politique, leur eau de toilette ou, surtout, la source de leurs revenus. Il est vrai qu’en ce qui concerne leurs manières de gagner leurs vies, beaucoup sont fonctionnaires, l’immense majorité. Des gens qui ne connaissent du travail que la fonction publique ne savent pas ce que chômage signifie, ce que précarité entraîne, ce qui est le plus humiliant entre la honte de vivre au crochet d’une société qui nous rejette ou celle de ne pouvoir nourrir décemment sa propre famille et encore moins la loger. Il est facile de parler du sacrifice des autres en évitant le sien mais comment en pourrait-il être autrement, dans cette société où l’égoïsme est le moteur de la réussite et où la reconnaissance due aux apparences a pris le pas sur celle qui s’établit sur les qualités humaines. Bling-bling est de retour, avec sa chanteuse sans voix et ses amis sans conscience.

Beaucoup de journalistes se prennent au jeu auquel ce Houdini de la politique veut les faire jouer. Qui comptabilise les voix de ceux qui ne veulent plus de lui, d’autres, au contraire, de ceux qui ne rêvent que de le voir aux commandes, d’un avion qui ne pourra que s’écraser. Pourquoi Houdini me direz-vous ? Tout simplement parce qu’il a fait disparaître avec rapidité et brio, tout regret, remord ou mauvaise conscience à ceux qui ne vivent que pour l’argent au détriment de ceux qui ne peuvent se le permettre. Et, en vérité, je vous le dis, comme s’exprimerait Jésus lui-même, quel talent, quel magicien, et, de plus, par magie aussi, Tapie va pouvoir encore dire, dans le cas malheureux de sa réélection, « je vais me faire plein d’oseille »…

 

Pendant ce temps, on se massacre joyeusement dans tous les pays où nous avons semé le désordre et la corruption. Hier matin, j’annonçais des tueries en Egypte et je pleurais hier soir d’avoir eu raison, cinquante morts, des centaines de blessés. Qu’ils soient islamistes ou non, où est le problème, des Egyptiens tuent leurs frères, juste pour une question de point de vue. Quand cesserons-nous d’être si stupides ? Quand pourrons-nous enfin accepter que chacun puisse penser comme il l’entend, sans avoir forcément envie de le forcer à adopter notre façon de penser ? Quelle tristesse, quel malheur de voir ces luttes intestines devenir les seules préoccupations de gens qui ne défendent que leurs prébendes et leurs avantages, à l’encontre des plus simples principes de l’éthique voire seulement de l’instinct de survie de notre espèce. Nous sommes au bord d’un vrai massacre, les gens qui n’ont plus rien à perdre sont faces à des choix simples. Qui va leur donner le plus d’espoir et une chance réelle de vivre, ceux qui les maintiennent dans l’été minable où ils les ont mis ou ceux qui leur parlent d’un avenir meilleur, même s’ils ne peuvent leur en donner des preuves si ce n’est des images merveilleuses de paradis à gagner au travers de son propre sacrifice ? Leur choix est vraiment simple, de toute façon ils n’ont plus rien à perdre, et, seul Dieu, le leur, quel qu’il soit, peut leur venir en aide, croient-ils. Mais, force est de constater que Dieu, quel qu’il soit toujours, préfère vaquer à d’autres occupations, pendant que ses églises, mosquées, temples et synagogues se disputent des ouailles qui ne savent ni qui ils sont, ni ce qu’ils doivent faire pour assurer une vie décente à leurs familles.

 

Les hommes sont terribles, ils sont vraiment capables du meilleur comme du pire, mais, comme disaient les inconnus, c’est dans le pire qu’ils sont les meilleurs.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com