Log In

Sarkozy est à l’écoute ce qu’elle est à la NSA…

Il est étonnant, mais, me direz-vous, c’est tous les jours que je m’étonne et vous auriez raison, il est étonnant disais-je de voir nos commentateurs et nos journalistes s’époumoner à parler de choses qui n’ont aucun intérêt. Evidemment les sujets sont plus nombreux et même lorsqu’ils trouvent des thèmes qui pourraient être passionnants, ils s’échinent à en faire de la pâté pour chiens qui n’en voudraient pas. Prenons par exemple les écoutes de Paul Bismuth…

 

1544535 10151908925101977 1433388711 n

 

Vous vous souvenez, c’est le nom qu’a donné notre ex-hyper-président pour pouvoir posséder un téléphone qui fut tout de même écouté… Il prend vraiment les policiers pour des imbéciles, le problème est qu’il le leur dit, alors, vous comprenez que ces braves gens peuvent se fâcher, tout comme les juges qui furent traînés dans la fange durant les cinq longues années de son mandat. Et maintenant, ce gnome revenant qui n’en revient pas, s’étonne que tous veuillent lui régler son compte et fixer la date de son retour une éternité plus tard que lui le souhaiterait. On a tout entendu de la part des escrocs comme des menteurs, comme des naïfs qui ne le sont pas. Il fut question de vie privée, de sa défense, d’un scandale d’état, d’une infamie coordonnée par des politiciens qui en veulent personnellement à l’ancien titulaire d’un bail précaire à l’Elysée. Il est à noter que le nouveau locataire a aussi un bail précaire qui ne sera pas reconduit, je l’espère, en 2017. Mais le vrai problème fut soigneusement évité par tous. Le vrai problème ne repose que sur le fait que nous avons un ancien président qui a toute une batterie de cuisine aux basques et que ses casseroles sont ni nombreuses et si imbriquées que nous n’en verrons jamais sur le feu… Au diable les bons petits plats que nous ferait ce maestro de la gastronomie à l’italienne, façon mafia mais en Français dans le texte. Pas étonnant qu’il fut, ou est encore, l’ami de Berlusconi… Plus on est de fous, plus on rit, n’est-ce pas ? Il ne manque plus maintenant que quelques affaires salaces et le bouquet final sera prêt avant l’explosion qui sera majestueuse. Oh il y a bien eu quelques escarmouches avec une journaliste qui porte le nom d’une marque de voiture de sport italienne aussi d’ailleurs et certainement d’autres mais ce n’est pas le scandale fessier que je recherche, c’est tout simplement un président qui soit honnête, un président dont la probité puisse servir d’exemple à une population en attente de bien et pas d’opprobre. La saleté amène la saleté, seuls les cochons savent de quoi je parle, pas ceux en costume rose qu’on engraisse à coups d’antibiotiques et de poisons pour les consommateurs lobotomisés que nous sommes, non, je parle de ceux qui portent des costumes sur mesure, des chemises brodées à leurs initiales et des cravates de soie, le tout payé avec nos impôts.

 

Or, à mes yeux, le plus important est là, s’il n’y avait pas eu de mauvais coups, il n’y aurait pas eu d’écoutes qui, d’ailleurs, ont été institutionnalisées par leur victime d’aujourd’hui. L’arroseur arrosé, vous connaissez, l’énurétique qui se fait dessus mais en plein jour et devant un parterre de joyeux drilles qui se moquent de lui. Même dans son propre camp, où on veut éliminer ce fantôme du passé qui veut reprendre vie et redevenir ce qu’il fut jadis, dans une autre vie, celle d’un président qui ne sait pas tenir son rang ni sa place et qui veut tout et tout de suite. Non, le souci n’est pas les écoutes qui se jouent de la vie privée des gens, d’ailleurs je n’ai pas entendu grand monde hurler et punir Obama 1er  pour ses grandes oreilles qui espionnent même des présidents et des diplomates. Non, les écoutes sont maintenant entrées dans nos mœurs, comme les caméras qui garnissent nos rues de plus en plus. Nous n’aurons, nous n’avons déjà plus de vie privée, tout est entre les mains de Big Brother, ce monstre qui sait tout et manipule tout, qui détruit nos langues structurées pour nous donner en échange une novlangue lobotomisatrice. Non, le problème est bien plus profond, comment un président peut-il tomber aussi bas et être soupçonné comme un quelconque malfaiteur usant de chantage, du vol, de l’abus de confiance pour s’enrichir personnellement et gaver son gang ?

 

Mais ce problème en crée un autre aussi grave et monstrueux. Comment peut-on tolérer cela, nous, les citoyens d’une république qui tombe en lambeaux et dont les édiles se moquent en permanence ? Que sommes-nous devenus pour ne même plus reconnaître le mal parmi le bien, lorsqu’il y en a ? Qui sommes-nous pour continuer de croire en des mensonges que nous feignons de ne pas comprendre ? Lâches serait le premier mot qui me viendrait mais peut-être seulement résignés, remarquez que l’un n’empêche pas l’autre.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com