Log In

Sportif à vendre… En tout ou partie…

Saviez-vous que vous pouviez investir sur de la chair humaine ? Oui, vous êtes au courant des possibilités d’investissement sur du jus d’orange, des quartiers de porcs ou de bœuf, sur le café, le sucre ou l’or et les monnaies, ceci se fait quotidiennement sur les marchés financiers et en particulier à la bourse de Chicago. Et bien maintenant, il vous est offert de placer votre argent sur le dos d’un individu, quand je dis sur le dos c’est une image, parce qu’en fait ce n’est pas sur son dos mais sur ses éventuels revenus à venir… Cela vous semble un peu complexe, je vous comprends et je vous explique…

 

Fantex.jpg

 

La société Fantex, établie à San Francisco, fait commerce de sportifs de haut niveau, les premiers de ses morceaux de produits financiers sont des footballeurs. Le Monde en a fait un article mais bien sûr sans évoquer le vrai problème que cela génère ni expliquer que c’est bien de la chair humaine qui est mise au rang de produit d’investissement. Les actionnaires du Monde ne sont pas opposés à ce type de commerce, ils sont avant tout des clients potentiels de ce nouveau marché aux esclaves. Le principe repose sur le succès d’un sportif et de sa capacité à générer des revenus dus à sa position de star surpayée pour ce qu’il fait, en l’occurrence, batifoler avec ses amis avec une balle sur du gazon. Oui, je me moque, j’ai toujours trouvé que ces pauvres qui paient une fortune des billets, pour aller vociférer leurs encouragements à des gens qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels, était navrant. La sponsorisation des sportifs était la partie émergée de l’iceberg, maintenant on passe vraiment aux affaires, au commerce de grande envergure, avec un marché organisé et structuré, avec ses règles et ses us et coutumes. Donc, on prend un sportif qui gagne des millions de dollars et on le divise en actions, sur le papier seulement parce que si on le découpe réellement il en est fini de l’investissement, suivez s’il vous plait. Par exemple, on émet un million d’actions que l’on met sur le marché boursier au prix de dix dollars. Cela permet au sportif en question d’encaisser immédiatement la coquette somme de dix millions de dollars. Le problème est ensuite de partager une partie des revenus engendrés par les signatures de contrat de ce quidam, soit avec son club, soit avec ses sponsors, ses annonceurs, et autres compagnies intéressées à mettre leur nom sur l’image que représente cet homme sandwich aux yeux des lobotomisés que nous sommes. Donc il faut que ce sportif soit en mesure de procurer des revenus que les actionnaires partageront selon un procédé et une répartition prévue par l’intermédiaire financier qui émettra ces nouveaux produits financiers sur le marché.

 

Où se situe, pour moi, le problème ? Il est réparti sur différents points dont nous évoquerons, faute de temps et d’espace, qu’un petit nombre qui compte parmi les plus forts arguments. Le premier me semble en lui-même rédhibitoire, la mise en vente d’un être humain. Oui, j’étais déjà opposé au sponsoring, à la publicité, mais là on mélange les genres, on fait du sponsoring une source de jeu, car la bourse est un jeu et uniquement un jeu. Les économistes qui vous diront que c’est une façon moderne de financer les entreprises et leur développement sont des menteurs et des falsificateurs. Non seulement on change l’humain en produit, en marchandise, cotable sur les marchés et sur lesquels on pourrait espérer jouer de l’argent pour tenter d’en gagner. Cette marchandisation de l’humain est dans la droite ligne de l’évolution actuelle qui fait de l’homme l’avant-garde du robot nano-technologique qu’il risque de devenir. On pourra acheter des pièces détachées de synthèse pour vivre plus, on vend le succès de tel ou tel sportif comme mode d’utilisation de ces futures pièces détachées qui lui donneront un avenir encore plus radieux. Cependant, sommes-nous encore humains si nous devenons nous-mêmes des machines ? Je veux rester humain, je sais je suis vieux jeu mais je préfère vivre mieux à vivre plus, c’est mon choix. Et ce que je ne souhaite pas c’est devenir un produit pour faire de l’argent… Vous me direz que j’ai peu de chances d’y parvenir vu les limites, très basses, de mes compétences et qualités (fausse modestie ou humilité réelle, à vous de deviner). Le second point que j’aborderai ici est la manipulation des foules de gogos que nous sommes. Les gens, qui ont de moins en moins de joie de vivre, se complaisent à regarder leurs sports favoris à la télé, faute de pouvoir s’offrir l’entrée, onéreuse, des stades. Gavés des publicités qui parsèment leurs programmes, ils vont être tentés de jouer, eux-aussi, sur la tête du sportif qu’ils adulent. Ceci est d’autant plus vrai que les mises sont, comme vous le verrez sur le site de ces apprentis sorciers, ridicules au regard de ce qu’il est nécessaire de posséder pour jouer en bourse sur des actions ou obligations ou encore tout autre produit financier disponible sur le marché. On va prendre l’argent des pauvres pour enrichir encore un peu plus les riches… Etrange que personne n’y trouve à redire, non ?

 

Les gouvernements comme les sociétés privées se gavent de l’argent du jeu, que ce soit le loto, les casinos, les courses de chevaux ou de chiens ou de chameaux ou de crétins, tout est source de pari parce que notre société est bâtie sur l’avoir, sur l’argent, sur le paraître. Triste société que la nôtre, surtout pour les « sans grade », les pauvres, qui espèrent en ces jeux et ces idoles tout en étant chaque fois déçus. Un jeu existe où nous serions tous gagnants si nous y jouions, c’est de devenir ce que nous sommes, vraiment ce que nous sommes afin d’être au lieu d’avoir.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

  1. djefbernier Répondre

    Hein ? kesstudi ? Tout à fait d’accord, tant qu’il y aura de l’argent et des gens qui en veulent bien un peu (plus) il s’insinuera…

    Perso, sportif amateur de longue date j’ai toujours trouvé con d’aller au stade, il est évident qu’on voit mieux à la téloche, ralentis et tout et tout, bon faut couper le son mais là encore au
    stade y’a pas moyen …

    L’important est plus que jamais que tout le monde participe. Au plaisir de te lire

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com