Log In

Tant de vilénies et toujours aucune réaction…

La dépouille de « Madiba » a été transférée dans son village natal aujourd’hui. L’avion, malgré un retard, somme toute prévisible à la vue triste mais ô combien humaine du traitement réservé aux intérêts personnels des membres da sa famille toujours bien en vie, a bien décollé pour donner lieu à la dernière cérémonie officielle de la fin d’un homme qui aurait certainement traité par le mépris toutes les avanies qui lui ont été réservées. Il ne suffit pas d’être un homme, un vrai, pour être traité comme tel…

 

Coeur.jpg

 

Eh oui, nous sommes bien peu de chose face à l’attrait des profits et des honneurs des avides et des cupides, mais c’est comme cela, n’est-ce pas ? Après des palabres inutiles et joyeuses, qui ponctuèrent les cérémonies où tout le ban et l’arrière ban de la pourriture politicienne de notre petit monde s’est réunie pour discuter de bien autre chose, il n’est pas inutile de prier tous les Dieux disponibles pour que notre dernier Homme qui en valait la peine ait enfin le repos qu’il mérite. J’ai honte de voir comment, même après son décès, une personnalité, on ne peut plus éloignée des manigances et arrangements politiciens, s’est vue insultée par l’arrogance et la corruption des grands de notre univers microscopique. Honte à eux pour ce qu’ils ont fait et ce qu’ils font quotidiennement, honte à nous qui les mandatons pour se moquer de nous. Nous avons là aussi ce que nous méritons. Seul Mandela ne méritait rien de cela.

 

Une autre fusillade a fait des victimes dans la jeunesse américaine. Heureusement, les marchands d’armes et de munitions n’ont pas de larmes disponibles pour montrer un tant soit peu de compassion vis-à-vis des familles touchées par de pareils malheurs, cela leur aurait abimé les yeux. Voilà comment un pays, qui se dit démocratique, préfère enrichir des assassins par procuration plutôt que de s’intéresser à la détresse de son peuple. Comme je l’écris souvent, les USA sont le pire exemple de ce qu’il ne faut pas faire, mais, gardent néanmoins une image de terre d’accueil et de défense des droits de l’homme et de sa liberté contre toute attente. L’association des fabricants d’armes ne comptent pas les millions de dollars distribués aux élus de ce territoire voué à la corruption rampante, les démocrates comme les républicains sont tous touchés par les largesses de ces faiseurs de tueries. Si constitutionnellement les Américains ont le droit de posséder des armes, y compris de guerre, il n’en demeure pas moins que leur usage déborde largement de ce qui parait, déjà par essence, intolérable. Vive l’Amérique, vivent les criminels armés jusqu’aux dents, pourvu que l’argent coule à flots incessants dans les caisses des marchands de mort qui garnissent le parterre de ces élus qui ne voient que leurs intérêts particuliers.

 

Si, par bonheur pour les Monégasques, les impôts s’arrêtent à la frontière de leurs voisins français, il n’en va pas de même pour la garantie qu’offre la France à cette principauté, riche du blanchiment de l’argent sale international, tant dans les domaines du civil que de la protection militaire. Mais malgré cela, et pour défendre des intérêts encore une fois très particuliers, dans la nuit et subrepticement, nos élus ont voté l’exonération du club de Monaco de la très célèbre taxe sur les clubs sportifs qui fournissent de très gros salaires à leurs joueurs. C’est comme cela que la taxe de 75 % ne sera donc pas appliquée au club monégasque. Alors que ce club profite du championnat de France comme vitrine de leurs exactions sportives et financières, il se voit gracié des mêmes charges des autres clubs qui participent à la même compétition. Peut-être que l’étude, de très près, des abris financiers offerts par cette principauté d’opérette à nos politiciens de tous poils pourrait nous donner les vraies raisons de cette générosité sans limite dont le club bénéficie au détriment d’une justice ou même d’une équité minimale où le sport aurait dû les contenir.

 

Il y aurait tellement à écrire et à dire sur les manigances de nos législateurs et de leurs amis infiltrés partout où quelque chose est à prendre, que ma vie n’y suffirait pas. Je vais de vomissement en vomissement sans que notre bon peuple ne daigne ouvrir les yeux sur tout ce qui l’entoure et lui empêche de voir la vérité en face.

 

Je suis triste de voir que « Le Canard Enchaîné », un des rares supports de presse qui décrit par le menu les turpitudes de ceux qui nous gouvernent, n’a aucune conséquence sur une population qui souffre de résignation chronique et évolutive. Je ne comprends pas comment cet hebdomadaire salutaire n’ait pas plus d’écho… Mais là aussi, cela demande d’avoir un cerveau et je crains fort que nous n’en ayons plus.

 

Lobotomisés de tout le pays unissez-vous pour geindre sur votre triste sort en un chœur de pleureuses, décoratif dans le paysage mais ô combien inutile.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

1 Comment

  1. Pangloss Répondre

    Lecteur du Canard depuis ma petite enfance et ça fait un bail! (mon père l’achetait toutes les semaines), je n’ai pas renouvelé mon abonnement pour les raisons que tu exposes. Je suis dégoûté de
    constater que les articles du Canard glissent sur les politiques comme l’eau sur les plumes d’un … canard.

    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com