Log In

UDI ! Unanimement Disposés à l’Ignominie !

Un nouveau parti politique est né, alléluia !!! Il est né le divin parti, sonnez hautbois, résonnez musette, il est né le divin parti, chantons tous sa vilénie… Jean-Louis Borloo, fidèle adepte des AA (non pas pour Alcooliques Anonymes, quoique… mais plutôt pour Avocats Avides) vient de porter sur les fonds baptismaux le rassemblement des ringards en mal de ventre… oups… en mal de centre.

 

2012-10-22udi-borloo.jpg

 

Bien sur le ringard en chef, notre Bayrou national, n’était pas de la fête mais regardait par le trou de la serrure et écoutait avec son cornet le brouhaha des réjouissances. Même Jouannot, ex ministre du défait, est venue se joindre à la troupe des centristes en mal de maroquin, en mal d’avenir, en mal de tout depuis la mort politique du petit Sarkozy et l’échec retentissant de leur figure de proue, le même Bayrou cité ci-dessus. Borloo, l’homme qui définit à lui seul l’opportunisme politique mieux que tous les dictionnaires et Wikipédia réunis, se veut le catalyseur de tous les centres, l’unificateur de tous les traîtres qu’a connu la Vème République. Après son ralliement à la candidature du vaincu de la présidentielle, il a dû se les prendre et se les mordre, je veux parler bien entendu des bonnes intentions qui l’animaient pour ce faire, je pensais qu’il allait se calmer mais non, à l’ambition point de limite. Imaginez-vous que ce monsieur, champion de vitesse sur autoroute pour son ami Tapie, veut monter son nouveau parti si haut que l’UMP en tremble déjà. Copé lui a quand même dit qu’il ne fallait pas qu’il se fasse plus gros que le bœuf, d’abord pour nous prouver sa culture classique en citant La Fontaine et ensuite parce qu’il n’a « même pas peur », le grand ami du Front National.

 

Que va faire cette nouvelle association de malfaiteurs ? Eh bien, je vous le donne en cent mille et gratuitement, il veut se bagarrer et en découdre avec les barons de la droite néolibérale, façon Copé/Fillon, pour leur prendre la première place au rang des opposants à la gauche caviar défendue par Culbuto 1er et son orchestre. Ses armées sont fortes d’au moins trois mille combattants, les présents à cette grande sauterie de la Mutualité, parmi lesquelles nous retrouvons des perdreaux de l’année en les personnes de Valéry Giscard d’Estaing et Simonne Weil. Si j’ai du respect pour la dame, j’en ai moins pour le vieux noble d’opérette qui ferait mieux de vendre son appui au même titre que ses meubles et bibelots. De plus, l’Auvergnat ne s’était pas donné la peine de se déplacer mais avait filmé ses vœux d’encouragement pour stimuler, voire exciter, les foules en liesse. C’est vraiment un combat fratricide qui s’annonce entre la droite, droite, et la droite du marais. N’est-ce pas ainsi que le centre était qualifié du temps de nos premières assemblées républicaines ?

 

Comme à l’accoutumée, les ambitions personnelles prennent le pas sur le sort, ô combien compromis, de notre République chérie. C’est vraiment une guerre déclarée à l’UMP qu’annonce le député du Nord. Au lieu de réfléchir à de nouvelles idées, la facilité s’impose en reprenant les mêmes pour recommencer la gabegie habituelle. Je n’aime pas beaucoup les stratégies employées jusqu’à ce jour par Bayrou mais je dois reconnaître qu’au moins, lui, a cogité avant de se fourvoyer. Borloo ne prend même pas ce temps, la réflexion ce n’est pas maintenant, c’est pour plus tard ou pour jamais. Ce qu’il veut c’est régner, un point et c’est tout. 2017 s’annonce encore plus médiocre que 2012, à l’inverse du vin, la bonification de la politique ne vient pas avec le temps, elle ne viendra même jamais si on ne change pas les clowns qui l’animent. Au mépris de la Nation, il préfère, notre Borloo de mer, commencer une bataille inutile et coûteuse plutôt que d’apporter son soutien à une nouvelle équipe, qui ne vaut pas grand chose c’est vrai, mais qui essaie de faire plus juste et moins destructeur de notre système social. Si le centre existait, c’est dans cette voie qu’il aurait un avenir, en essayant de calmer les ardeurs de la droite néolibérale quand elle est au pouvoir et les envolées lyriques de la gauche trop généreuse quand c’est elle qui tient les rênes. Mais d’être un second couteau demande de l’abnégation, qualité rare chez nos hommes politiques et encore en gestation pour le Borloo.

 

Je suppose que son futur ralliement à la droite qu’il veut détruire lui vaudra au moins un maroquin à défaut d’un soutien pour sa candidature à la présidentielle de 2017.

 

Vanitas vanitatum, et omnia vanitas…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com