Log In

Ukraine de bandits ou Bhoutan train ?

Nous ne sommes jamais les meilleurs ou les pires, dans quelque domaine que ce soit, il y a toujours plus heureux et plus malheureux que nous. Les informations qui nous arrivent par l’entremise de notre lanterne magique, je ne parle pas de celle où Valérie s’est réfugiée mais bien de ces magnifiques écrans plats qui rendent les courbes de notre activité cérébrale aussi plates qu’eux-mêmes, nous le prouvent en permanence pour qui sait les décrypter. Entre l’Ukraine où les gens veulent de l’Europe comme les enfants du ketchup et le Bhoutan où ils ne veulent rien d’autre que vivre « bien », nous avons un excellent exemple de cette relativité.

 

ukraine.gif

 

Nous avons refusé l’Europe, cela n’a pas empêché nos dirigeants de nous la coller tout de même sur les épaules. Mais nous avions déjà une structure sociétale démocratique où, malgré la corruption et le copinage généralisés, tout fonctionne de manière efficace un tant soit peu. Imaginer si tout était clair, net et précis ce que nous gagnerions en pertinence et efficience. Pendant que nous souhaitions refuser une Europe qui ne nous apportait rien de plus que ce que nous avions, les Ukrainiens sont en déficit de démocratie, de protection sociale, de liberté de penser voire d’informer. Nos amis ukrainiens sont en manque de tout ce que nous avons et nous, pauvres hères gavés à en vomir, faisons semblant d’oublier le bonheur que nous partageons dans notre pays de cocagne. Des gens meurent pour pouvoir se rapprocher d’une Europe qui pour eux est le parangon de la démocratie et de la joie de vivre, pendant que nous, qui usons et abusons de nos avantages sans même y prendre garde, nous crachons dans la soupe chaude et riche qui nous est servie quotidiennement. Les Français devraient voyager et ils se rendraient compte de l’immense richesse que représente le mode de vie français, avec nos administrations certes à améliorer, ses impôts à n’en plus finir, ses élus corrompus, ses journalistes vénaux et prévaricateurs comme ceux qu’ils défendent, malgré tout cela, chez nous c’est le bonheur comparativement à l’enfer ukrainien. Si nous regardons dans le détail, ce n’est pas surtout le modèle économique qu’espèrent les Ukrainiens mais bien le modèle sociétal, c’est-à-dire un ensemble de services, une liberté de penser, une liberté de marché, tout un agrégat de choses qui nous paraissent naturelles et qui, pour eux, sont d’immenses privilèges. Le rapprochement du président ukrainien vis-à-vis de son complice Poutine n’est rien d’autre que la preuve d’une association de ces deux malfaiteurs au détriment de leurs pays, la Russie et l’Ukraine. Que ce soit pour des raisons politiques ou économiques, des justifications mafieuses ou culturelles, les deux élus de ces contrées peu démocratiques, ne cherchent pas autre chose qu’à garder leurs prés carrés à leurs seuls profits. Ils ont mis leur nation en coupe réglée, rien ne se passe sans que les intérêts des oligarchies qu’ils ont mises en place ne rackettent, ne jouissent du travail et de l’énergie de leurs concitoyens. Si au moins ils avaient la liberté de penser, de parler et d’agir selon leurs désirs, les Ukrainiens ne seraient pas aussi violents pour défendre un point de vue qui défend à la fois un comportement humain qui refuse la privation de liberté, et une attitude économique qui semble leur refuser le bonheur du « progrès »… Je comprends leur combat et j’ai beaucoup de compassion pour ces martyrs de la liberté. Même si je ne partage pas cette volonté de se jeter à corps perdu dans le libéralisme et la course effrénée à l’argent et au « bien-avoir », je les comprends. Je serai aussi brutal qu’eux si on me retirait ne serait-ce que ma liberté de penser… Vous voyez qu’il y a pire que chez nous…

 

BHOUTAN.gif

 

Savez-vous ce qu’est le Bonheur Intérieur Brut ? Vous allez rire mais c’est exactement ce que cela veut dire… Nous mesurons et comparons nos états par leurs résultats en termes de production de biens et services, alors que le Bhoutan ne cherche à briller que dans le domaine du bonheur de son peuple. Il existe même un ministère chargé du contrôle du BIB. Ce pays, grand pour la Suisse est coincé entre la Chine et l’Inde, c’est vous dire qu’ils n’ont pas intérêt à faire ou dire des bêtises… 700 000 habitants ont préféré la monarchie à la démocratie de peur d’y perdre leur culture et leur histoire, je ne peux vous dire à quel point je les admire pour ce choix anachronique et absolument pas politiquement correct. Le gouvernement en place est opposé à un tourisme de masse tel que nous pouvons le voir dans les pays stupides qui l’ont accepté et ont détruit leurs paysages, leurs cultures, leurs économies en les rendant esclaves des états qui leur vomissent des avions entiers de touristes. Non, je ne suis pas contre le tourisme, mais je ne suis pas pour la destruction qu’il implique pour installer une culture de remplacement qui permettrait de consommer plus au lieu de consommer mieux, dans des pays où les besoins vitaux ne sont même pas assurés. Je n’irai peut-être jamais au Bhoutan et c’est tant mieux pour eux comme pour moi. Ils ont su se contenter de ce qu’ils avaient et s’assurer un bien-être plutôt que le « bien-avoir » dont je parlais plus haut… Vous voyez il y a mieux que chez nous…

 

En fait, mieux ou pire sont des mots tout à fait relatifs et ce qui me plait ne vous plaira pas forcément. Mais, la vérité simple est là, nous avons des exemples sous nos yeux du malheur des uns et du bonheur des autres, quelle que soit la relativité dont nos libertés se protègent. Je compatis aux souffrances des uns et je partage le bonheur des autres sans aller les polluer de mes habitudes. Dans le cadre de l’apprentissage de la satisfaction que je m’impose, je suis tout de même content de vivre là où je vis…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

  1. Pangloss Répondre

    Tout n’est pas rose au Bouthan mais au moins, il ne demande pas à faire partie de l’Europe. Autrement dit, si l’Ukraine veut se rapprocher de l’Europe (comme l’a fait avant nous la Roumanie et
    d’autres pays de l’est, la moindre des choses serait qu’on nous demande si NOUS, nous avons envie de les accueillir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com