Log In

Un décroissant chez Taddéï… Waouhhhh !

Comme nous sommes en weekend, il y a de fortes chances que nos hommes politiques fassent et disent moins de sottises qu’à l’accoutumée. Il est vrai qu’en semaine ils s’en donnent à cœur joie et chacun y va de son petit ou gros égo pour dézinguer surtout ses amis et parfois ses ennemis. La loyauté n’est pas le fort des carriéristes, des ambitieux, de tous ceux qui acceptent la corruption comme moyen de progresser socialement ou financièrement.

 

taddei.jpg

 

J’ai regardé hier soir l’émission de Frédéric Taddéï, « Ce soir (ou jamais) » sur notre réseau national, France 2 plus exactement. Le sujet était brûlant : Bretagne et écologie. Je l’ai surtout regardée parce qu’un invité Paul Ariès, rédacteur en chef du support de presse « Les Z’indignés », décroissant parmi les décroissants, est rarement invité à la télé comme tous les gens, plus ou moins connus, ayant des comportements jugés étranges par les politiquement corrects car ils sont justement décroissants. Comme toutes les émissions de télé, tout n’est pas bon et tout n’est pas mauvais et au moins, ce réalisateur a eu le courage d’inviter un personnage qui dérange, ce que beaucoup, pour ne pas dire tous, ne font pas. Même si Ariès est taxé d’une décroissance gentille par certains autres adhérents à ce point de vue, il est toujours intéressant de venir contrarier les bien-pensants ne serait-ce que pour faire réfléchir les téléspectateurs. Bien évidemment la majorité était tout de même réservée à la bien-pensance et aux lèche-bottes du capitalisme délirant qui nous entoure et nous administre avec la complicité et la duplicité de nos gouvernants, de gauche comme de droite, et de leurs sbires. Cependant Ariès a tout de même pu s’exprimer et sa verve, même minoritaire, a pu remplir son rôle de détonateur dans l’esprit de certains qui voient bien que cela ne va plus mais ne comprennent pas pourquoi en se posant tout de même des questions.

 

Lorsque vous écoutez tous ces scientifiques, dont les crédits de recherche sont financés par les sociétés agroalimentaires, il est difficile de trouver dans leurs propos le moindre reproche concernant leurs bailleurs de fonds. Que le productivisme aigu, qui est de mise dans notre société, soit omniprésent n’est pas à prouver, mais de dire que c’est grâce à lui que le monde ne connait plus la famine, c’est une simplification un peu facile et fausse. Il reste plus d’un milliard et demi de personnes qui ne mangent pas à leur faim, qui ne trouvent pas l’eau nécessaire à leur survie et le productivisme n’est pas près de les satisfaire, tout simplement parce qu’ils les ignorent du fait de leur piètre niveau économique qui les élimine de notre monde fait pour la consommation excessive. Et si une partie des gens qui criaient famine a diminué ce n’est que parce que nous écoulons chez eux des marchandises financées par des ONG et autres institutions internationales, marchandises qui ne sont que le fruit des recherches faites par ces mêmes scientifiques qui fabriquent des produits nouveaux qui ne trouveraient pas de débouchés chez nous, les riches, pour tout un tas de raisons. La principale de ces raisons est la non satisfaction de ces matières alimentaires « spéciales » n’ont pas encore d’agrément pour leur commercialisation afin de les faire venir dans nos assiettes, une deuxième raison repose sur leurs lieux de culture, la plupart du temps ces cultures sont faites chez les pauvres eux-mêmes, avec des semences trafiquées génétiquement, des engrais et des pesticides qui, eux-aussi, ne seraient peut-être pas facilement acceptés par nos bouches avides. Nous nous servons de ces territoires misérables, avec l’assentiment de leurs édiles et dirigeants corrompus, pour tester nos inventions et nos poisons, nous les nourrissons mais en les utilisant pour nos recherches maudites qui ne seraient pas autorisées sur nos propres territoires. Alors oui, une partie de la famine a été réglée mais pas par altruisme, seulement par intérêt et surtout par intérêt maudit.

 

Alors me direz-vous, pourquoi ne pas se réjouir d’avoir sauvé des millions de gens même si c’est avec des arrière-pensées chargées de profits et sans aucune intention de les sauver vraiment ? Oui, réjouissons-nous des mauvaises raisons qui sauvent le monde, c’est un peu comme si nous greffons un nouveau cœur à un condamné pour l’exécuter ensuite de manière officielle. Ce sont des sursis que nous attribuons à ces miséreux dont on se moque éperdument en oubliant qu’ils sont des humains tels que nous, qu’ils ont des femmes et des enfants, qu’ils ont du cœur et qu’ils nous le montrent à chaque fois que nous nous rendons chez eux, ils n’ont rien mais sont prêts à le partager le peu qu’ils ont avec leurs hôtes sans même y réfléchir. Oui, bien sûr, la science n’a pas fait et ne fait toujours pas que du mal, mais c’est son utilisation par les hommes, ces traîtres à leur propre nature et à la terre qui les fait vivre. Je me réjouis donc avec tous, de voir des gens qui ne mourront pas de faim mais qui sont voués de toutes les manières à d’autres gémonies. On les fera se battre entre eux, on les manipulera pour qu’ils se désolidarisent de leurs voisins et frères de sang, on les payera une peccadille pour faire des travaux que personne ne voudrait faire tant ils sont dangereux et pénibles. On pillera leurs pays pour notre seule satisfaction et nos gigantesques profits avec la duplicité, la lâcheté et la traitrise de leurs gouvernements de corrompus.

 

Bien évidemment, les scientifiques comme tous ces génies qui nous gouvernent ont créé un monde complexe dont ils veulent nous faire croire qu’eux seuls possèdent les clefs et donc les solutions de nos problèmes, mais c’est faux, ne le voyez-vous pas ? Nous nous enfonçons de jour en jour dans des soucis inextricables de complications réalisées par nos meneurs. Non, le monde n’est pas complexe, nous l’avons fait complexe pour faire croire que nous étions intelligents. Mais l’intelligence est simple, elle est même simplicité, le monde est simple et notre appropriation sauvage de celui-ci avait besoin de dissimuler ses mauvaises intentions et c’est pour les cacher que nous avons tout compliqué et falsifié.

 

Non, je ne peux accepter que ces gens nous trompent avec tant de jubilation et se moquent de nous qui seront les combattants motivés qu’ils mèneront sur leurs champs de bataille où aucun d’eux n’ira jamais.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

1 Comment

  1. Pangloss Répondre

    On veut nous faire croire que cette agriculture productiviste sauvera le monde alors qu’elle ne fait que l’épuiser. Ce qu’on refuse de s’avouer c’est que la surpopulation mondiale et les
    standards de vie occidentaux mènent l’humanité à sa perte. On a déjà des exemples en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com