Log In

Valls le derviche…

Valls tourne en derviche, les yeux dans le vague, la robe qui se soulève pour aérer ce qui reste de son émasculation réalisée par son président qui, après avoir usé un z’Ayrault, va nous jouer une Valls à 5 temps. Eh oui, cela en fait deux de trop avant qu’une Valls devienne dansable. Ce n’est pas gagné pour les pauvres qui n’auront à se soucier que d’un rétrécissement des prélèvements dont ils étaient épargnés avant Ayrault et vont donc se réduire s’ils ont la « chance » d’avoir un emploi payé au SMIC. Si ça ce n’est pas se moquer du monde, alors que les charges patronales vont disparaître purement et simplement sur les salariés au même SMIC.

 

Valls-copie-1.jpg

 

Les amitiés des membres du gouvernement avec les entreprises multinationales comme les membres de celles-ci qui font partie des conseils et autres comités, ce bel ensemble a encore frappé. Les entreprises vont encore bénéficié d’aides financières qu’ils n’investiront pas dans le système économique français. Ils ne le peuvent pas car la garantie de plus de profits ne provient que de la recherche d’une meilleure rentabilité sur chaque euro investi. Il n’est pas difficile de comprendre que notre compétitivité au niveau des salaires, puisque apparemment c’est le seul moyen de l’améliorer, ce qui est faux, ne pourra jamais égalé celle des pays où le SMIC est moitié du nôtre, comme en Allemagne, et pire encore dans bon nombre de zones réservées à l’esclavage. Ce qui est choquant n’est pas cet amour irrépressible de l’argent et des gros faiseurs de celui-ci à la fois multinationaux et cupides, non, c’est l’impossibilité des gens de pouvoir qui, jadis, étaient opposés à cet état de fait et se faisaient les défenseurs du peuple, d’imaginer d’autres façons, d’autres outils pour arriver à tenir les engagements passés et les promesses faites par l’actuel président, Culbuto 1er. Quand on dit vouloir lutter contre la finance et qu’on a dans son cabinet, comme proche conseiller, un associé gérant de la banque Rothschild, il y a comme une confusion des genres, non ? Et le Jouyet, banquier dans l’âme et fonctionnaire de la finance professionnel en est un autre exemple. Les autres mesures présentées par le Valls deviennent des gadgets au regard du piège à pauvres que ces esclavagistes en herbe ont inventé, les refontes des régions et la disparition des conseils généraux par exemple… Cela ne se fera jamais tant que ces messieurs et mesdames qui siègent au parlement français auront à se prononcer sur la perte de leurs propres avantages et prébendes. Si vous me demandez de décider la baisse de mon salaire, vous risquez d’attendre longtemps, pour eux il en est de même, sauf que c’est nous qui payons leurs salaires et qu’ils ne font rien pour les mériter, c’est ce qui est le pire.

 

La Valls qu’ils nous ont joué hier n’est qu’une resucée, plus médiatique, plus forte, plus musclée, mais le contenu reste le même, il n’est pas social-démocrate, il est néolibéral mais ne l’avoue pas. Les princes qui nous gouvernent, aidés par les technocrates de Bruxelles dont je vous parlais hier, ne sont là que pour défendre un seul type de société, celle du commerce et de l’argent rois, celle de la liberté de circulation des biens, de la monnaie et des outils financiers qui la multiplie sans coup férir aux dépens du travail et pour le profit des spéculateurs. Que font nos beaux socialistes, ces tribuns qui, au Bourget, voulaient démolir le monde de la finance, ils sont gras et bien nourris, si nous les revendions au poids, avec ce qu’ils ont engraissé on gagnerait de l’argent et c’est bien la seule manière dont ils pourraient user pour nous en rapporter. Donc je vais vous faire un résumé de ce qui a été transmis hier mais pas prononcé, je vous fais en quelque sorte la traduction du discours de la Valls à l’envers qui nous a été dansée avec tant de succès auprès des députés qui sont gâtés par ceux contre qui ils devraient se battre.

« Mes amis pauvres, vous allez connaître une période de sang et de larmes, ça ne durera pas longtemps, juste le temps nécessaire pour que vous oubliiez comment on vous a roulé dans la farine, de blé transgénique si possible. Ensuite ça ira mieux, demain nous raserons donc gratis mais pour l’instant, il va falloir payer double.

Mes amis riches, le temps est venu de vous faire ajouter des poches à vos vestes et pantalon, d’agrandir vos coffres dans vos banques préférées, de prévoir de plus belles vacances pour vous permettre de toujours avoir le teint hâlé qui vous sied si bien, car aujourd’hui commence l’ère Valls, à ne pas confondre avec l’ersatz, l’ère qui va vous autoriser à vous gaver encore plus et à vous mener un pas de plus vers la société de lobotomisés que vous désirez tant et qui vous fait rêver. Le profit, c’est maintenant ! »

 

Encore une fois, il ne s’agit pas de défendre la gauche, la droite, les entreprises ou les salariés, il s’agit simplement de justice et j’ai beau me tourner en tous sens, je ne la vois nulle part, on continuera de ne pas payer les Chinois pour fabriquer des produits qui ne reviendront jamais se faire fabriquer en France. Ces salariés chinois qui servent de base de calcul à notre compétitivité ne sortiront pas de leurs geôles mais nous allons les y rejoindre pour la plus grande satisfaction des actionnaires. C’est cela qui m’insupporte. Pourquoi donner encore plus à ceux qui ont et prendre toujours plus à ceux qui manquent de tout ? Nous avons aussi le droit de profiter de la vie, de bénéficier d’un peu de satisfaction aussi, non ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com