Log In

Vive la reprise !

Je suis heureux de pouvoir enfin vous annoncer que Le Petit Journal du Caire a repris du service. Ayant été coupé de l’Internet jusqu’au jeudi 3 février, nous vous prions de bien vouloir nous excuser de cette interruption…

 

Comme le monde entier le sait, les évènements qui touchent actuellement notre pays d’accueil ne sont pas encore terminés mais les infrastructures semblent vouloir reprendre un fonctionnement sinon normal, tout au moins permettant de ne pas plonger le pays dans une situation encore plus difficile ; rendant par la même occasion les situations des plus démunis encore plus précaires.

 

Sans parler d’une politique qui ne nous regarde en rien car égyptienne, cette période troublée nous a apporté un nouvel éclairage sur nos hôtes. Et c’est là l’enrichissement dont nous, étrangers, avons bénéficié et devrons prendre en compte pour l’avenir dans nos relations avec eux.

 

Qui sont ces gens et que veulent-ils ?

Même nous, vivant ici et parmi eux, nous n’avions pas imaginé une telle réaction, après l’avertissement tunisien, de la part du peuple égyptien. Nous étions les premiers à dire que l’amour de la paix des Egyptiens les mettaient à l’abri de tels débordements. C’était oublier l’amour qu’ils ont aussi de leur liberté et le désir irrépressible de retrouver leur dignité.

Ces jeunes, générateurs des premières velléités de « combat », sont instruits et font partie d’une classe que nous pouvons décrire comme moyenne. Ce ne sont pas des pauvres qui manquent de tout qui voudraient leur part du gâteau égyptien, non. Ils veulent pouvoir penser, parler, donner leur avis, être écoutés. C’est ensuite que ce sont greffés d’autres groupes d’insatisfaits mais qui les rejoignaient dans leurs récriminations.

 

Dignité

Ce mot cristallise à lui seul tout ce que nous pouvons dire de ce qui s’est passé devant nos yeux ébahis. Malgré une attaque de leurs adversaires, d’une violence inouïe et accomplie par des gens à la provenance on ne peut plus étrange, ils ne se sont pas plongés dans une escalade de brutalité, ont fait face et ont tenu leur position en dépit de nombreux blessés et tués. Les seuls actes de barbarie que nous pouvons leur reprocher ne sont que des dommages causés à des immeubles appartenant à l’administration ou au parti qu’ils vilipendent. C’est d’un tout autre niveau, à la fois plus sain et plus respectueux de leur fratrie égyptienne. Cette dignité, ce respect ne fait qu’embellir ces personnes à nos yeux qui ne voient la misère qu’au travers des écrans de télévision, nantis que nous sommes.

 

Que je sois pour ou contre n’a aucun intérêt mais je respectais mes hôtes jusqu’au 25 janvier dernier, comme je le fais de tout être humain, dorénavant, après plus d’une douzaine de jours, ils seront parés, en plus, de cette dignité qui donne de la noblesse à certaines de nos actions. Gagné, perdu, cela est une question de point de vue, mais cette dignité là leur est définitivement acquise et ils méritent notre respect ne serait-ce que pour ça.

 

Haroun (www.lepetitjournal.com – Le Caire – Alexandrie) lundi 7 février 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com