Log In

Vivent la Grèce et l’Espagne !

Hier, grand jour, les deux pays les plus en danger économiquement de la zone euro se sont, une fois de plus, mis en colère. Qu’ils soient Grecs ou Espagnols les manifestants réclament tous les mêmes choses, de ne pas payer pour la gabegie créée par leurs hommes politiques corrompus et liberticides. Tout cela va finir très mal et très vite, vous verrez…

 

manifestations-en-Grece-violences_scalewidth_630.jpg

 

Il me semble que l’Europe a rempli toutes les conditions pour être dissoute dans les prochains mois, je rigole mais ce serait ce qui peut nous arriver de mieux. Pour en être sur, il ne suffit que d’une chose, demander leur avis à nos hommes politiques de tous les partis, seul point sur lequel ils sont d’accord sauf le Front National mais de celui-là on se moque comme de notre première brosse à dents. Or, tous nos hommes politiques sont en parfait accord entre eux sur notre obligation à rester dans la Communauté Européenne, par ailleurs, pour nous dissuader de vouloir nous en extraire, ils nous présagent toutes les ignominies possibles en guise de tristes conséquences de notre abandon de cette association de malfaiteurs. Et bien voilà, nous cherchions une bonne raison de quitter l’Europe et nos dirigeants voyous nous conseillent ouvertement. Comme ils font systématiquement le contraire de ce qu’ils disent et qu’ils n’arrêtent pas de nous vanter les mérites de notre participation à celle-ci. Nous pouvons en déduire que nos intérêts réels seraient de la quitter le plus vite possible. Quand un menteur vous conseille quelque chose, faites l’opposé et vous serez mieux servi. Donc, CQFD, partons de ce cirque monté à l’envers pour des technocrates, des multinationales et leurs commensaux ainsi que pour l’orgueil démesuré de nos présidents et ministres.

 

Vous allez me dire que c’est un peu mince comme raison ? Peut-être, mais les raisons de perdurer dans ce cloaque ne sont-elles pas encore plus minces ? Donnez-moi au moins une bonne raison de rester et je serai prêt à y réfléchir une autre fois mais j’ai fait le tour de tout ce qu’a fait la CE pour la France. Ne me citez pas, comme le font nos politichiens, les subventions agricoles, pas la peine… Avec tout ce qu’on paie par ailleurs ces encaissements ne sont qu’une toute petite partie de nos débours. Ce qu’il faut faire c’est réellement poser dans deux colonnes, les gains dans l’une et les pertes dans l’autre, de cette organisation ô combien lourde et ingérable. Vous allez me dire que l’Europe n’est pas là seulement pour y développer nos intérêts financiers et qu’elle nous donne une plus grande surface d’exposition, une plus grande visibilité comme disent nos marketeurs. Même pas, personne ne prend l’Europe au sérieux, notre monnaie encore moins et notre écoute internationale est à la même hauteur que celle de nos propres dirigeants, à peine au-dessus du niveau de l’amer… oups… la mer.

 

Manifestation-en-Espagne-contre-les-banques.jpg

 

Elle aurait pu être quelque chose de merveilleux pour tous les membres de cette union, mais, quand les patrons de nos pays ont l’esprit étroit et que leur petitesse n’a d’égale que leurs intérêts personnels, vous imaginez bien que le résultat ne peut être que décevant. Comme je le disais déjà hier, une Europe unie politiquement devait être organisée tout d’abord et seulement ensuite mettre en place tout le reste. Ne trouvez pas stupide de réglementer la teneur en cacao du chocolat et ne pas être capable de défendre les Grecs après les avoir introduit dans une machine infernale alors même que leur candidature était truquée, falsifiée par ceux-là mêmes qui maintenant leur mettent le couteau sous la gorge. Comment un voyou, sorti fraichement d’une banque mafieuse qui participe à la curée soumise aux pays pauvres ou en voie d’appauvrissement, peut-il gouverner l’Espagne ?

 

Je ne crois pas qu’une association de pays peut survivre à de telles différences entre ses membres, surtout lorsque leur monnaie est commune et n’a fait qu’augmenter les prix et tuer la compétitivité internationale des plus pauvres.

 

Alors, non, je ne prône pas la violence qui me semble aussi inutile que barbare. Mais, quand il ne reste plus que la violence pour faire entendre les voix de ceux qui se meurent, même Gandhi le conseillait, il faut la mettre en branle. La violence de la non violence peut être plus dure que nous ne pouvons l’imaginer, si vous avez lu le petit opuscule que je vous conseillais la semaine passée, vous comprendrez ce que je veux dire. Mais quand la non-violence ne suffit plus et que ceux qui nous manipulent nous regardent mourir de leurs yeux concupiscents, peut-être que la souffrance, infligée par la violence, les éveillera-t-elle à de meilleures manières.

 

Conclusion : je comprends les violentes altercations que les Grecs et les Espagnols ont avec leurs polices respectives, je n’adhère pas mais je comprends. Cependant, comme je l’ai déjà fait, je ne dis qu’une chose, si nous arrêtions tous de fonctionner socialement, c’est à dire pas de travail, pas de déplacement, rien, sortir et s’assoir sur le trottoir d’à côté et attendre. Après une quinzaine de jours n’importe lequel des gouvernements soumis à une telle pression tomberait sans nul doute. Pour cela il faut que nous soyons solidaires et que nous soyons prêts à nous sacrifier, voire à sacrifier nos enfants. Ce n’est pas gagné. Bonjour l’utopiste…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com