Log In

Vous étiez prévenus…

Comme beaucoup vous l’avaient dit et moi en particulier, nous allons en baver des ronds de chapeaux… Entre la rigueur qui n’est pas une rigueur mais qui va amputer les revenus de tous les franchouillats, les entreprises copines du nain de jardin, qui n’a fait que prendre aux pauvres pour donner aux riches, qui se débarrassent de leurs employés pour gagner plus de bénéfices tout en embarrassant notre Hollande national… Cela ne va pas être de la tarte…

 

action-Peugeot-12-juillet-2012.jpg

 

Nathalie Arthaud, dans les quatre vérités de ce matin, comme Montebourg hier soir au 20 heures de France 2 mais avec des accents moins révolutionnaires, nous disent tout le bien qu’ils pensent de ces patrons de multinationales qui ont attendu la fin du règne du petit pour parachever leurs restructurations salariales basées sur le licenciement principalement. Bien sur ils nous disent que seulement 1500 des 8000 emplois seront des licenciements secs, mais cela ne retire en rien du fait que ce sont des postes qui disparaissent pour ne plus jamais réapparaître chez nous dans tous les cas. Bien entendu, il ne s’agit pas de licencier pour le plaisir mais juste à la hauteur des profits souhaités par ces cadres qui n’ont pas de toile malgré la présence de parachute et hauts revenus.

 

Il est vraiment dommage que la gauche française ne se soit pas remise de l’échec du communisme d’Union Soviétique comme ailleurs. L’auto flagellation, dont ils sont les adeptes, les empêche de voir que la solution n’est pas d’adopter une social-démocratie néolibérale en oubliant que l’Etat a ses responsabilités dans la vie de ses citoyens. Sous prétexte que les dévoiements des communistes ont rendu disgracieuses les idées généreuses d’une société qui aurait dû savoir peser les avantages et les inconvénients d’une gestion partagée entre le privé et le public, ils s’embourbent dans des méthodes de gestion contraires à leurs idéaux pour ceux qui en ont encore, et, ils sont peu nombreux.

 

Quand Peugeot met 8000 personnes à la porte, donc leurs familles plus les sous-traitants locaux et leurs propres familles, après avoir dépensé près de 500 millions d’euros entre les dividendes et le rachat de leurs propres titres en bourse en 2011 et ceci après avoir quémandé et obtenu quatre milliards d’euros de notre argent à nous, nos impôts et ceux des gens qu’ils sont en train de licencier, ces gens ne se moquent-ils pas du monde ?

Une société bâtie sur le consumérisme et l’argent ne peut vivre longtemps sauf si on lobotomise les peuples, ce qui est en cours depuis au moins un siècle et demi. Comment peut-on imaginer que des êtres humains ne sont que des outils ? Que l’on achète quand c’est nécessaire et que l’on jette dans le cas inverse. Ce sont des hommes et des femmes qui ont des vies, des enfants, ces gens font que l’économie existe, cette économie tant défendue par la droite et la gauche non révolutionnaire.

 

Il est étrange comme le mot « nationalisation » et d’autres du vocabulaire marxiste léniniste sont devenus sacrilèges, c’est un blasphème de les prononcer et si vous voulez faire rire des politiciens dites seulement ce mot et ils périront par « étouffement rigolard », cela me fait penser que nous devrions le faire tout de suite… Oui, il est honteux de parler de ces choses d’un autre temps, qui n’ont plus cours et ne doivent plus jamais s’entendre dans un monde civilisé, ultra protégé et complètement asservi à la consommation qui reste sa seule source de plaisir mais non de bonheur.

 

Sans être de gauche, est-il possible de penser à l’intérêt commun et général, vous savez cet intérêt mesuré au niveau de l’intégralité de la société et non pas des communautés dans lesquelles nos dirigeants veulent nous enfermer ? Oui et il n’est pas nécessaire de faire la révolution ou d’être socio quelque chose pour penser à ses frères humains. C’est ainsi que comme le disait un banquier fort réputé « qui tient la monnaie tient l’Etat, quelle que soit sa politique », n’est-il pas raisonnable de penser que la finance étant au service de tous et pas l’opposé, il serait peut-être juste sinon normal qu’elle appartienne à tous donc à l’Etat qui nous représente. C’est ainsi aussi qu’on peut imaginer qu’une entreprise qui s’accorde des profits depuis plusieurs années puissent rappeler ces profits des poches des investisseurs pour combler les trous éventuels creusés par les manquements de ses directeurs.

Est-ce être révolutionnaire que de dire cela, pour ma part non et je vais même encore plus loin dans le raisonnement.

Il faut que la finance privée disparaisse au profit d’une banque nationale qui s’occupe de ses clients, personnes physiques et morales en faisant son vrai métier, prêter à ceux qui investissent sur leur travail, sur leur patrimoine mais certainement pas en bourse, casino géant où seuls les riches gagnent à tous les coups. Une banque qui ne pense pas à faire des profits mais à en générer pour ses clients.

Le transport est aussi un des piliers fondamentaux de l’économie. Il apparait aussi très judicieux que la SNCF ou Air France soit au service de ses clients sans penser à créer des profits directs mais indirects via les gains que feront nos concitoyens et entreprises en se déplaçant.

 

Il existe comme cela des domaines qui ne peuvent être complètement livrés à la hardiesse et à l’avidité des faiseurs de profits à tout prix, au détriment de l’intérêt voire de la sécurité de leurs utilisateurs.

 

Quand les gauchistes s’apercevront-ils qu’il ne faut pas avoir honte de ses erreurs mais d’en tirer les leçons ? Jamais ?

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com