Log In

« LA » Chronique… (255) Ferrand blanchi…ment

Le fait le plus marquant de la semaine n’est certes pas ceux que vous avez en tête ! Il est, à mon avis, l’abandon de toute charge contre le maréchal Ferrand. Oui, l’aide de camp de l’empereur Macron 1er lui-même en personne… Le pouvoir servirait-il… les gens à l’éthique limitée ?

Le cas Ferrand

Ce maréchal (d’an pire) a été blanchi par ce que nous appelons la justice. Bien entendu, il va y avoir des macronnistes distingués pour dire qu’il n’avait pas transgressé la loi, que l’illégalité de ses actes ne peut être prouvée. Je le sais bien et c’est bien là le problème. Tout ce qu’il a fait est parfaitement légal, nous sommes tous d’accord. Mais cela ne retire en rien l’aspect négatif que cela génère dans l’esprit des gens qui, du coup, accusent la justice de ne pas faire son travail à cause de leur confusion entre légalité et morale. Or les textes sont clairs, et ce qui n’est pas interdit est donc autorisé. Ferrand est innocent, immoral mais innocent. C’est cette méprise sur le sens des mots qui fonde les différentes interprétations que nous pouvons faire d’une action. Très longtemps la morale était la base de la justice, ainsi les 10 commandements ont-ils suffi un temps pour faire régner l’ordre parmi le peuple de ses croyants. La majorité des gens en sont restés là, à la morale qui était la pierre angulaire de la justice.

Ferrand joue le droit contre la morale

La religion est morte. Je devrais dire les religions car la naissance des intégrismes est la preuve de leur dégénérescence. Ainsi l’inquisition fût le début de la fin du catholicisme et le commencement des schismes. Heureusement il reste encore des pauvres et des victimes pour sauver ce qui reste de l’église devenue un outil politico-économique où les scandales ne manquent pas. Mais au-delà de la morale, les barbaries du capitalisme triomphant, du libéralisme débridé, et jadis le collectivisme, veulent détruire une valeur supérieure à la morale : l’éthique. La religiosité de la morale l’empêche de condamner mais l’éthique le peut. Ceci est d’autant plus vrai que ses condamnations ne sont pas matérielles, pas d’amende, pas de prison, pas inéligibilité, non. L’éthique condamne plus en profondeur, elle détruit l’image de la personne coupable et de tout ce qui l’entoure dans l’inconscient des publics concernés par ces faits justement non éthiques. C’est insidieux, c’est subreptice, c’est surtout subversif.

La preuve de ce que j’avance est donnée par l’opinion des peuples sur leurs politiciens, leurs journalistes, leurs capitaines d’industrie. Dire qu’elle n’est pas bonne est un doux euphémisme…

Ferrand, vous êtes libre de continuer à nous prendre pour les imbéciles que vous croyez que nous sommes. Quand déciderons-nous de nous montrer sous notre vrai jour ? Là est la question…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com