Log In

« LA » Chronique… (261) Salon de l’agriculture

Notre pays est étrange, ou plutôt ses habitants. Plein de rituels, dont certains sont parfaitement incongrus, ornent nos journées intellectuellement et spirituellement lascives. Cette visite au salon de l’agriculture en est un, aussi stupide qu’inutile, il est un outil de communication entre de mauvaises mains.

L’agriculture prise en otage

Chaque année nos politiciens professionnels rendent visite, en file indienne, à nos paysans. A ce titre avez-vous remarqué que le mot même de paysan a été proscrit des vocabulaires, limités, de nos journalistes et de leurs donneurs d’ordre des partis politiques et du monde des affaires. Comme si c’était une honte d’appartenir à la paysannerie. Voilà comment nous dévalorisons ce qui a de la valeur pour donner des apparences modernes et technocratiques à nos creux propos. Chirac, comme le disent et le répètent sans fin nos journaleux en mal de marronnier tant ils ne savent pas dissimuler leur incompétence et leur manque de liberté de jugement, était le meilleur « caresseur de culs de vaches ». Cette communication à outrance que Macron 1er mit en place dès son couronnement passe aussi par le salon de la paysannerie sacrifiée sur l’autel de l’industrie agrochimique et de ses profits au détriment de nos santés. Notre empereur, prisonnier de ses ambitions personnelles qui passent par son allégeance au CAC40 et au Medef, est très bon en communication, meilleur qu’en esprit de justice ou de respect de la République et de sa devise, inscrite, faut-il le rappeler, dans notre Constitution.

Agriculture et commémorations : les deux mamelles de la communication politique

Mais est-ce que la communication suffit à manipuler les masses à la mentalité grégaire, à la fainéantise intellectuelle illimitée et vouées avec entrain à la servitude volontaire ? Eh bien oui ! Inutile de monter des stratégies fumeuses, des montages aussi acrobatiques que machiavéliques pour obliger les foules informes de moutons qui n’ont de cesse que lorsqu’elles ont trouvé leur maître. Quel qu’il soit, il est bon de se remettre à lui pour tout ce qui touche à notre avenir, cela nous permet de consommer sans réfléchir et de nous adonner au culte de la communication pour les pauvres et les décérébrés, Facebook, Twitter, etc, où nous étalons nos vies sans autre intérêt que le culte de nos personnalités qui n’en ont pas. C’est ainsi que de voyage en voyage, de visite de salon en participation à des réunions de hauts digitaires, de commémoration en commémoration, la communication se fait à laide de messages plus ou moins subliminaux. Et le peuple amorphe et apathique, baignant dans un flux continu de publicités et de propos sans sens commun, se laisse berner dans le silence coupable de sa résignation et dans un abandon qu’il croit inéluctable par manque de réflexion.

Voilà pourquoi j’écris de moins en moins, je prêche dans un désert où mes frères humains m’ont banni, heureux qu’ils sont de leurs propres turpitudes.

Est-il déjà trop tard ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

2 Comments

  1. Daniel Jagline Répondre

    Trop tard ?
    La question est en effet pertinente, quelques minorités sortent du lot !
    Quelques minorités est-ce que ça va suffire ?
    Ce sont toujours des minorités qui font changer les choses, alors ….!
    Que cette question est effectivement prégnante !

    1. Haroun Répondre

      Bonjour, c’est la question qui me hante encore plus depuis l’élection de notre empereur Macron 1er… et l’apathie générale devant son mode de fonctionnement.
      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com