Log In

Editôt ou éditard… (260) Nutella ? Est-ce bien raisonnable ?

Tous les politiciens ont l’habitude de régler les problèmes par la législation. Il en va évidemment de même lorsque des gens se battent autour de quelques pots de Nutella en promotion. Est-ce la solution ?

Nutella, le poison qu’on se dispute

Il est toujours plus simple d’interdire ou de proscrire que de raisonner. C’est ce que font tous ces gens qui se disent plein de ce savoir et de cette expérience qui les autorisent, eux et eux-seuls, à gouverner le troupeau imbécile qu’ils croient que nous sommes. Je comprends bien que se battre est parfaitement stupide, mais je n’aurais jamais imaginer possible qu’on le fasse pour une gourmandise, dangereuse de surcroît. Mais encore faut-il tenter de bien appréhender les raisons profondes de cette situation ubuesque. Quels sont les plaisirs disponibles pour pas trop cher ?

Aller au spectacle, je ne parle ici que de cinéma car le théâtre ou l’opéra sont prohibitifs ; aller au restaurant ; aller au ski ou à la plage ; s’adonner à des addictions plus ou moins destructrices comme la drogue, le tabac, l’alcool ; se gaver de produits qui nous semblent moins dangereux et qui nous donnent encore l’impression d’un bonheur, fugace certes mais qui existe néanmoins.

Tous ces plaisirs sont interdits à une majorité de gens, non pas seulement par leur inculture, leur manque d’instruction ou le désintérêt, non avant tout parce qu’ils sont inabordables. Nombreux sont ceux qui, parmi nous, n’ont pas les moyens de trouver des moments de bonheur autrement que par les aliments fabriqués intelligemment par ceux qui connaissent nos manques.

Une loi contre le Nutella ?

Alors la facilité pousse nos ministres à empêcher les promotions trop « sauvages » de nos alors qu’ils ne font que hypermarchés. Cela ne résout rien mais cela fait parler d’eux. Ils semblent faire quelque chose pour nous mais en fait ne font que trop de choses pour eux et leurs carrières magnifiques. La foule est grégaire, ce n’est pas nouveau. Mais il ne s’agit pas d’un mouvement de foule mais bien d’un égoïsme débridé, exacerbé par une société matérialiste où ne sont respectés et respectables que ceux qui « réussissent ». A force de nous obliger à des compétitions stériles qui nous désolidarisent les uns des autres, nous sommes devenus des brutes.

La misère a cela de terrifiant qu’elle cumule chez ses victimes les pires défauts qui les empêchent de changer leur destin. Sans instruction, sans culture, sans réflexion pour laquelle les deux premiers ingrédients sont nécessaires, et sans argent ils n’ont aucune chance ou si peu de passer de la caste des intouchables à celle juste au-dessus. Il y en a tout de même et c’est ce qui sert de support publicitaire pour nous faire continuer dans cette lamentable et triste voie.

Pour trouver le bonheur, il faut d’abord arrêter de consommer… et surtout le Nutella !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com