Log In

La démission de trop ?

La démission en bloc de la présidente de la commission du numérique et de 25 personnes, sur 30, de son équipe est une nouvelle preuve de la force tranquille d’un certain « ordre nouveau ». Cette organisation semble parfaitement assurer la conjonction du politiquement correct avec l’autorité divine qui repose sur les épaules de Jupiter. Le mariage réussi de la démocratie et de la dictature…

La démission… en cascade

Rappel : Mounir Mahjoubi, après avoir entériné l’entièreté du Conseil National du Numérique, demande à sa présidente, Marie Ekeland, d’exclure de son équipe Rokhaya Diallo. Cette militante féministe et antiraciste, à qui la droite reproche son attitude et des propos peu conformes aux siens, a été la cible de plusieurs membres de l’équipe du nouveau patron des LR, le triste Wauquiez. Dans le pays des droits de l’homme et de la liberté d’expression, je trouve cela amusant et quand je dis amusant ce n’est que pour rester poli car mon opinion est certainement plus tranchée que ce mot ne le montre. Dans le pays de Charlie, c’est quelque chose d’impensable me dire-vous ? Eh bien non, on peut être pour Charlie et être facho… je ne sais pas comment c’est possible mais la droite Wauquiez vient de l’inventer. Je ne suis définitivement plus Charlie si tant est que je le fus un jour. Tout cela est comme le reste : du cinéma et de la communication.

La démission fort à propos

En revanche je sis étonné de voir qu’il y a encore sous les ors de la République des gens qui ont un sens de l’honneur et une certaine intégrité qui ne se négocie pas. Je félicite donc Madame Marie Ekeland qui se moque éperdument de mes compliments, pour ce comportement plein de la noblesse de ceux qu’on n’achète pas. Elle a préféré donner sa démission, plutôt que de faire comme bon nombre de ses confères et consœurs, « bouffer à tous les râteliers ». Non contente de ce départ imprévu, l’immense majorité de son Conseil l’a suivie dans son intention de refuser toute complicité dans un nouveau simulacre de démocratie. Comment se peut-il qu’un secrétaire d’état, sur les allégations et les injonctions de petits politiciens professionnels puisse se laisser aller à baisser sa culotte aussi ouvertement. Ce manque de courage en dit long sur l’équipe en place depuis le départ du « dormeur » et l’arrivée du « Dieu vivant ». Cette lâcheté, partagée avec le premier ministre, voire le président, est une bavure dont le secrétaire d’état va faire faire les frais et ce sera bien fait, car la première démission aurait dû être la sienne au lieu de demander l’impossible à la seule personne intègre qui ne s’en laisse pas compter.

Voilà comment nous sommes gouvernés… Et vous trouvez ça drôle ? Aurait dit Coluche…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com