Log In

Les gaspillages honteux

Deux nombres me donnent la migraine aujourd’hui : 6000 milliards et 450 millions. Ces sommes correspondent à des gaspillages monumentaux qui sont en apparence différents mais qui finalement sont les fruits d’un même arbre.

Les gaspillages militaires

Le Congrès américain a reçu un document financier qui établit la dépense engendrée par les guerres menées par les USA depuis le 11 septembre 2001. Ce montant est colossal et représente des centaines de fois les PIB des pays où la famine règne, où la guerre enrichit les corrompus locaux financés par les corrupteurs industrialisés étrangers, où la plus simple des maladies est un fléau mortel faute de médicaments, etc. 6000 milliards de dollars ont été dépensés dans des guerres aussi inutiles que honteuses. Des guerres où les États-Unis ont brillé par leur incompétence militaire comme diplomatique puisqu’ils les ont toutes, sans exception, perdues. Afghanistan, Irak, Syrie, j’en passe et des dizaines entre celles que nous connaissons et ces guerres secrètes que seuls les VIP savent ce qui se passe, toutes ces guerres sont perdues. Il est beau le gendarme du monde, qui se fait damer le pion par des Afghans sous-armés, qui ne parvient pas à faire régner la paix partout où il est décidé à faire des affaires… Ou alors… Peut-être le font-ils volontairement ? Peut-être que la guerre leur permet de récupérer beaucoup plus d’argent pour eux en le soutirant à leurs administrés et fiscalisés. Parce que ne croyez pas que ces 6000 milliards sont perdus pour tout le monde… Ne soyons pas plus naïfs que nous le paraissons. Il y aura la paix quand celle-ci rapportera plus que la guerre. C’est clair ?

Les gaspillages artistiques

Une œuvre de Leonardo Da Vinci a été vendue à un consortium financier pour 450 millions de dollars et devient la « croûte » la plus chère du monde. Sachez que l’art n’est pas autre chose que le support nouveau de tout un agrégat de produits financiers. Cette fois-ci les acquéreurs rêvent de « louer » l’œuvre en question à des musées qui payeront entre 50 et 60 millions de dollars par an pour organiser des expositions qui leur permettront de réaliser des ventes de tickets d’entrée mirifiques. Nous passons donc du milliardaire fou qui rêve de regarder tous les jours au réveil une peinture de valeur inestimable au banquier qui spécule et gère cette même peinture comme un vulgaire studio loué à un étudiant. Et le pire c’est que tout le monde est content. Nous avons battu un nouveau record d’enchères, nous sommes les plus beaux, les plus forts, les plus intelligents, les plus riches… J’avais déjà du mal avec l’art privatisé qui fait d’un riche le seul spectateur du génie d’un artiste mais là j’en vomis de répugnance. Quelle honte ! Quand vous voyez le prix d’entrée au musée du Louvre inutile de vous dire que ce n’est pas un smicard qui va y emmener sa famille. L’art est fait pour les riches et ils l’avilissent en en faisant un produit financier aussi pourri que ceux qui m’ont imaginé. Les musées vont payer et faire payer leurs visiteurs. Mais seuls les pauvres seront exclus de ce magnifique spectacle. Je rêve d’un jour où ils se réveilleront.

Alors oui, ces deux sources de gaspillage sortent des mêmes cerveaux, ils sont réalisés par ceux qui en tirent les bénéfices au détriment de ceux qui les financent. « Jusqu’où s’arrêteront-ils » (Coluche).

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com