Log In

Les morts se ramassent à la pelle

Pendant que les Syriens meurent à la pelle, tout comme les Irakiens, les Afghans, les Africains (sans distinction, il en meurt dans tous les pays de ce continent et pas de vieillesse), les victimes d’un terrorisme aveugle, nos politologues s’excitent comme des malades sur les poignées de main de notre président lors de ses réunions mondaines…

La pelle du 18 juin

Ce serait comme ça que nous devrions l’écrire en lieu et place de la célèbre intervention de feu le général. Tous ces morts pour rien ne comptent pas. Seule compte la manière dont notre roturier président serre les mains de ses hôtes. La mort est ce qui effraie le plus le commun des mortels. La sienne surtout ! Mais qu’il s’agit de celle des autres, c’est beaucoup moins effrayant, n’est-ce pas ? Une mort cependant m’a ravivé des tas de souvenirs. Celle de Noriega, l’ex ami devenu ensuite ennemi des Américains. Voilà l’exemple type du cynisme de nos gouvernants, je dis bien de tous les gouvernants de notre petite planète.

Pourquoi ?

Parce qu’il en va des caresses dans le dos comme de la mayonnaise mal battue. Elle ne prend pas. Sivous êtes l’ami des puissants, sachez que si vous ne les tenez fermement serrés contre vous, il vous en cuira un jour ou l’autre. La versatilité, les intérêts changeant en fonction du temps, feront que des gestes d’affection évolueront vite vers des abandons violents. Noriega, à qui la CIA doit ses chiffres d’affaires volumineux dans le trafic de drogue, était devenu un sombre dictateur, alors qu’il l’avait toujours été, après une amourette sans lendemain avec le gendarme du monde. Cette officine maudite tire plus que le budget de l’état qu’elle parasite de ses commerces douteux.

Indifférence générale

Churchill disait : « le Royaume Uni n’a pas d’amis ni d’ennemis, il n’a que des intérêts ». C’est ainsi que les amis d’hier deviennent les exclus de demain. Il en est ainsi de tous les pays de notre minuscule terre. Hier, Poutine était invité et recevait sans rien dire les réprimandes du petit jeune de l’Élysée. Pourquoi ? Pour défendre ses intérêts, uniquement pour cela. Il se moque éperdument de ce que l’autre lui disait, il fallait qu’il en fasse un futur partenaire. Que la presse soit muselée, que les homosexuels soient martyrisés, peu me chaut pensait-il. Il fallait qu’il donne l’impression de subir pour se jouer de l’ego de ces occidentaux. Il continuera à faire comme il le souhaite chez lui, mais en attendant il lui faut charmer ses ennemis putatifs.

Tout est comme ça. Une sombre tragédie que les poignées de mains dissimulent avec l’aide des aboyeurs professionnels des chaînes d’information continue. Ne voyez-vous pas que nous ne sommes que des jouets entre leurs mains ? Et vous continuez d’espérer au lieu de réagir… Pauvres de nous !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com