Log In

Question

Gilets jaunes, attentat, délires politiciens des chefs de partis d’opposition et de la majorité, recul de l’empereur Macron 1er, complotisme ou pas, tout cela ne m’a pas motivé à écrire. Que voulez-vous dire sur des sujets de si peu d’intérêt ? Ne vous énervez pas, je sais que cela paraît très important mais faut-il se limiter aux apparences ? Là est la question !

Où est la question ?

Ma réponse est simple : dans nos têtes et dans nos cœurs. Je fais partie de ces gens qui pensent qu’une éthique naturelle existe. Inconsciemment nous savons ce que nous devons faire pour le bien de tous, même si nous ne le faisons que très rarement puisque nous n’écoutons pas notre intuition. Elle-même s’inspirant de l’éthique dont je parle. Ce sentiment de mauvaise conscience qui s’empare de nous, mais qui n’est pas assez fort pour nous empêcher d’agir à l’inverse de nos intérêts communs, vient de là. Le bien, le mal sont des sujets subjectifs. L’éthique naturelle dont je parle s’apparente au cerveau reptilien et vise à la survie de notre espèce en particulier. La subjectivité de notre conscience a pris le pas sur la Connaissance intuitive que nous possédons tous via cette éthique, raison de nos malheurs, si petits ou si grands soient-ils. Nous avons cessé de respecter la nature, y compris la nôtre. Nous sommes certains d’avoir des pouvoirs illimités et pensons réduire à néant tout ce qui nous barre la voie que nous avons choisie.

Quelle est la question ?

La seule que je connaisse et qui ait quelque valeur à mes yeux est : pourquoi ? Nous ne réfléchissons plus, nous ne pensons pas, ou du moins pas comme nous le devrions me semble-t-il. Nous agissons tels des chiens de Pavlof, répondant à des ordres subliminaux donnés par d’autres auxquels nous accordons une autorité sur nous qu’ils ne méritent pas. Nous avons cédé notre liberté contre du confort. Le confort de ne plus avoir à penser, à réfléchir. Le confort de se contenter d’une vie matérielle qui voulait nous donner le bonheur et qui nous a accordé seulement l’insatisfaction permanente. Si à chaque fois que vous souhaitez faire quelque chose, quoi que ce soit, si vous vous posez la question du pourquoi vous voulez la faire, à condition d’y répondre avec honnêteté et sincérité, vous supprimerez 80 % de vos souhaits. Beaucoup de nos vœux reposent sur le culte de nos ego, sur des sentiments mélangés d’envie, de jalousie, de reconnaissance qui ne sont en rien enrichissant pour nous mais très enrichissant pour la société mercantile que nous avons créée et qui n’est pas capable de tenir les promesses que ses défenseurs nous content en permanence.

Gilets jaunes, attentat, délires politiciens des chefs de partis d’opposition et de la majorité, recul de l’empereur Macron 1er, complotisme ou pas, non, tout cela ne m’intéresse pas vraiment. Nous sommes responsables de ce que nous vivons et de ce que nous sommes. Socrate l’a dit jadis : « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux. »

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com