Log In

Attentats et autres massacres

Les assassins « islamistes », que je ne qualifie pas de terroristes ce qui leur donnerait une connotation politique qu’ils ne méritent pas, ont encore commis des massacres hier. Malgré la honte qu’ils m’inspirent d’appartenir à la même espèce qu’eux, ce ne sont pas les plus dangereux des assassins. Dans le pire l’être humain n’a pas de limite…

Massacres… Pourquoi ?

Encore des morts, des blessés, des familles endeuillées et souffrant de pertes qui n’ont absolument rien de naturel et qui sont la définition même de l’odieux. Ces gens ne sont pas des musulmans, ce sont des assassins qui ne connaissent pas plus l’Islam que l’intelligence, et qui sont encore plus lobotomisés que le reste des humains. Quand les Maures envahissaient le monde et détenaient un des plus grands empires que notre planète ait connus, ils protégeaient les femmes, les enfants et les vieux. Ils ne tuaient que les soldats ou les hommes faisant action de rébellion contre leur autorité. Il n’en est plus de même avec ces tueurs sanguinaires qui choisissent des prétextes honorables pour cacher leur vilenie. Pourquoi font-ils cela ? Voilà une bonne question à laquelle les réponses sont nombreuses mais toujours évitées par les politiciens qui nous ont menés dans cette triste situation. Quelle que soient ces raisons, elles ne sont pas bonnes, personne n’est obligé de faire ce qu’il ne veut pas, quitte à donner sa vie pour l’éviter… C’est une question d’éthique, de courage et d’amour de soi et des autres.

Mais y a-t-il d’autres massacres ?

Mais dites-moi les morts de l’amiante, du Médiator, du talc Morange, des œufs embrouillés, tous ces gens qui sont décédés et ceux qui vont les rejoindre bientôt pour les mêmes mauvaises raisons reposant sur un empoisonnement, ne sont-ils pas aussi massacrés ? Et nous pouvons poser la même question que ci-dessus : pourquoi leurs assassins font-ils cela ? Les réponses ici sont beaucoup moins nombreuses, je dirais même qu’il n’y en a qu’une, l’argent. Les assassins qui tiennent la chimie, l’agroalimentaire, les armes, etc, chez nous comme ailleurs, se dissimulent derrière leurs cravates. Ils ne sont ni barbus, ni sales, ni arabes, ni noirs, ce sont de bons blancs, de bonnes familles la plupart du temps… Mais ce sont des assassins aussi ! Et pour eux, pas de perquisition à toute heure, pas de fichier S, pas de doigts tendus pour les dénoncer. Ils sont la « gloire » et les plus beaux fleurons de nos industries… Mais ce sont des assassins aussi. Comment peut-on voir une différence entre des bandits qui tuent pour des idées et des bandits qui tuent pour de l’argent ? Pour ma part, il n’y en a pas. Mais je dois avouer que je comprends mieux le sacrifice de nos ancêtres pour nos libertés ou nos droits sociaux que le sacrifice d’innocents sur l’autel du profit… Et au moins c’était eux qui risquaient leurs vies, pas leurs clients…

Nous sommes dans un monde où nous marchons tous sur la tête, où les mots n’ont plus de sens, et où la pensée est limitée à de faux intellectuels qui nous manipulent… Et puis il y a les résistants… qui seront bientôt qualifiés de terroristes, vous verrez. L’inquisition arrive à grands pas, la pensée unique a plus de défenseurs que d’opposants, par facilité, par confort et surtout par lâcheté.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

2 Comments

  1. Daniel Jagline Répondre

    Vous lire me bouscule toujours, et j’apprécie cela car cela m’oblige à réfléchir généralement, et ça c’est essentiel, il m’arrive de commenter vos « cris de la pensée libre », souvent pour vous encourager, parfois pour vous faire part d’une incompréhension, ce sera le cas aujourd’hui car grand est l’étonnement qui m’a envahi à vous lire, j’y viendrais dans un second temps.
    Tout d’abord je partage votre accusation « d’assassinat » envers nombres de dirigeants et décideurs, bien que je la qualifierais autrement pour ma part pour ne pas permettre à ceux qu’on accuse de se retrancher derrière de la rhétorique pour trouver un premier et seul argument de contestation face à cette mise en cause.
    Je les accuserais « d’homicide volontaire éclairé et prémédité en bande organisée » (allez me voilà classé comme complotiste) et j’ajouterais à cette liste déjà longue, le nucléaire, les nanoparticules, OGM et manipulation génétiques (dernières constatations de l’utilisation de la technique « CRISP9 » par exemple), pollutions de l’air par l’utilisation des produits fossiles, pollutions des eaux par ces mêmes éléments déjà cités, plus les métaux lourds liés à l’exploitation minière, l’industrie pharmaceutique, et pourquoi pas aussi à une autre forme d’accusation envers en particulier « les chauffards », impunément excusés si on regarde bien de nombreux cas de mise en danger volontaire par excès d’égocentrisme aveuglé, bref, je pourrais m’étendre et cela n’amènerais rien de constructif!
    Une petite chose aussi les résistants sont déjà qualifiés de « terroristes », « extrémistes », « illuminés », « kmers colorés », etc etc, par certains, de plus en plus nombreux, le futur n’a donc pas lieu d’être à mon sens, tout cela est déjà bien présent.
    Mais j’en viens à ce qui m’a vraiment bousculé, cette fois, si, les mots ont un sens, souvent galvaudé ou dévoyé certes, ils en garde toujours un dans le sens commun auquel il faut (malheureusement) s’adapter, il y a un mot notamment qui m’a heurté, et vous connaissant (un peu!) je me demande s’il n’a pas dépassé votre pensée, j’en suis même à l’espérer pour dire vrai, car sinon, j’ai bien du mal à comprendre. Que pourrait-il bien y avoir « d’honorable » dans les prétextes choisis par les tueurs sanguinaires pour justifier leurs actes assassins, que vous qualifiez de « vilenies » (quand on en est encore là, il n’y a pas mort d’homme soit dit en passant)?
    Je ne suis, pour ma part en tout cas, pas d’accord pour considérer qu’il puisse y avoir quoi que ce soit d’honorable à espérer, fomenter, organiser, perpétrer, semer la mort par quelque moyen que ce soit, et pour quelque cause que ce soit.
    A moins que quelque chose m’ait échappé totalement il me semble que quelque chose à dérapé là!
    Je pense que je n’ai pas besoin de vous dire que cette intervention à pour but de comprendre et est faite avec une volonté constructive, sans animosité aucune.

    1. Haroun Répondre

      Bonjour,
      Je suis toujours heureux de répondre à vos commentaires car ils me permettent aussi de réfléchir, de me rendre compte de mes limites et tous les Dieux savent que j’en ai. Il est vrai que je suis méditerranéen et un peu excessif comme le sont beaucoup de gens des pays du soleil. Mais en l’occurrence, ici ce n’est pas vraiment le cas. Dans un premier temps le terme vilenie que j’emploie caractérise une action basse, mesquine car il s’agit bien de cela. Tuer de sang froid des innocents qui ne s’y attendent pas n’est rien d’autre que l’acte le plus bas que je connaisse. Après avoir écrit ce que cet attentat avait d’odieux je me suis porté sur la définition même de la lâcheté et de la bassesse de ces assassins pauvres d’esprit et d’intelligence.
      En ce qui concerne « l’honorabilité » dont je parle, il est évident et vous l’avez très bien vu qu’il ne s’agit pas de compliments faits à ces voyous. Mourir pour des idées est quelque chose que nos aïeux ont souvent fait pour notre plus grand plaisir aujourd’hui. Mais il ne s’agissait pas de tuer des innocents mais des envahisseurs ou des ennemis déclarés. Leur combat était d’autant plus honorable qu’ils l’envisageaient avec le risque de donner leurs vies pour atteindre l’objectif qu’ils s’étaient fixés. Les assassins dont nous sommes tous victimes se parent de prétextes religieux ou politiques pour justifier leurs assassinats lâches. Là est à la fois la force et l’ambiguïté des assassins dont il est question. Ils utilisent des idées qui pourraient, dans certaines circonstances comme la guerre, donner des « raisons » d’agir ainsi mais c’est en choisissant des victimes innocentes que ces tueurs montrent leurs vrais viles visages.
      Mais fondamentalement, personne n’a le droit de tuer qui que ce soit. Accepter l’idée même de la guerre est donner une justification au meurtre, à l’assassinat de masse, dans une « honorabilité » vaine et fausse que nous attribuons à la guerre ou aux guerriers. Alors si les prétextes sont ou peuvent être honorables, s’ils ne sont que des prétextes à des actes odieux, ceux qui perdent leur honneur sont ceux qui les commettent mais pas les idées qu’ils employaient pour créer leurs actions abominables. C’est sur cette ambiguïté que les pseudos terroristes jouent et souvent gagnent. Une idée reste une idée, elle est un sujet de réflexion, ce sont les conséquences de sa mise à exécution par ceux qui la pratiquent qui déterminent sa valeur vis-à-vis d’une éthique naturelle et humaine. Pour l’exemple, être pour la suprématie blanche aux USA est une idée, adhérer au KKK et tuer des noirs est la preuve que les gens qui le font ne sont pas dignes d’être humains et ne sont que de viles barbares. Nous ne pouvons pas empêcher les gens de penser autrement que nous et nous ne sommes mêmes pas certains, au fond, d’avoir raison de penser comme nous le faisons. Ceux d’en face sont aussi convaincus que nous d’avoir justement raison. Qui a raison ou tort ? Nous ne le saurons jamais de manière catégorique parce rien n’est ni blanc ni noir mais gris avec des milliards de nuances. La liberté de penser est valable pour tous mais pas celle d’agir au détriment de qui que ce soit. C’est là où le bât blesse.
      Bon dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com