Log In

Devenons des tyrans, c’est la mode

« La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples », disait Machiavel. C’est ce que je ne cesse de vous répéter à longueur d’articles. Soyez inquiets, je ne cesserai pas ! « Devenez ce que vous êtes », disait Nietzsche. Je ne fais rien d’autre, avec moins de génie, que dire les mêmes choses et… Rien !

Tyrans qui s’ignorent

Nous sommes des « riens » et nous tentons de le prouver sans arrêt via nos actions et nos absences de réflexion et de volonté. En revanche, dès que nous avons ce petit pouvoir qui nous permet de prendre le pas sur nos congénères, nous devenons des brutes épaisses. C’est ce qui a fait le succès des uniformes. Entre être « rien » et être un tyran y a-t-il finalement une différence voire même plusieurs ? Finalement les tyrans ne sont-ils pas des « riens » aussi car n’existent-ils pas que dans la triste mesure où nous ne nous opposons pas à eux ? Là est notre problème majeur, notre servitude volontaire pour laquelle nous trouvons toujours de bonnes justifications, toujours matérielles, jamais spirituelles ni intellectuelles. Nous ne savons plus penser donc nous ne savons plus résister, nous opposer, ne pas nous soumettre.

Le choix de son tyran

La soumission, la servitude se passent allègrement de l’acte de penser. Elles répondent à des besoins, à des nécessités matérielles qui, pour certains, sont devenues des priorités absolues au détriment du reste de leur être. Seul vrai problème : les gens qui ont fait ce choix deviennent de jour en jour plus nombreux voire majoritaires. Mais cela ne les rend pas heureux car la résolution du manque matériel subit son corollaire, l’insatisfaction permanente. J’irai jusqu’à dire que seuls sont heureux ceux qui savent se satisfaire de ce qu’ils ONT pour mieux profiter de ce qu’ils SONT. Lorsque nous votons nous choisissons le tyran qui nous promet le plus d’avoir, le plus de sécurité, et nous permet par le truchement de ces promesses jamais tenues, de ne pas avoir à réfléchir. En effet, le tyran se charge de tout… à l’entendre. Dans les faits, c’est souvent différent, presque toujours, à dire vrai.

L’être humain n’existe que s’il le désire mais cela demande des efforts continus et ardus. Qui souhaite aujourd’hui de faire des efforts ? Avoir est finalement beaucoup plus facile qu’être !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

1 Comment

  1. Enger Répondre

    Être rien c’est être trop

    De plus en plus, dans tout ce que je perçois, j’ai la pensée que pour les riches et les puissants, ceux qui se sont élevés au rang de tyrans invisibles (Macron n’est qu’une marionnette, un clown insupportable), nous sommes devenus intolérables.
    Je pense qu’à la première occasion (la fin du pétrole en est une), ils feront en sorte de se débarrasser de toute cette masse inutile qui grignote par trop la planète à leurs dépends. S’il étaient seuls, avec quelques esclaves parmi les meilleurs, ils seraient mieux.
    L’inertie des peuples a bien des défauts, mais elle protège un peu le faible. Jusqu’à ce que survienne le cataclysme, le chaos et la liberté du tyran, enfin.
    Ils ont l’extermination dans l’esprit. Sinon, pourquoi toute cette propagande envahissante, cette désinformation omniprésente, ce matraquage odieux et tous ces mensonges rampants. Quelle menace sommes-nous pour qu’ils se donnent tout ce mal ? Érigent toutes ces palissades quand la partie paraît gagnée cent fois.

    Je me demande s’il y a un moyen de retourner l’échiquier. Leurs positions semblent imparables, nous sommes incapable de penser, d’échanger, d’arriver tous à une compréhension commune de l’adversaire impitoyable, pas même l’idée de nous unir. Qu’espérer ?
    J’ai écrit plusieurs livres gênants, ils n’ont jamais été publiés. J’écris des articles blogs, ils sont étouffés et perdus dans la multitude. Il semble que pour le petit seule la courte jouissance conduisant à plus de jouissance soit possible. Notre vie et notre pensée sont réduites à s’égarer de façon fort triste. Les jeux seraient fais ? Crénom ! Mon orgueil est touché au flanc.

    Alors je réfléchis, je tourne en rond et ils doivent bien rire.

    Tout cela est bien malheureux, mais tout n’est pas dit. Je trouverai !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com