Log In

« LA » Chronique… (264) La consommation ?

Un lecteur me demande pourquoi à des problèmes internationaux l’arrêt de notre consommation pourrait changer quoi que ce soit ? Dans mon article d’hier, c’est effectivement ce que je préconisais en guise de solution…

La consommation mère de tous les vices ?

Je pars du principe que nous ne devons pas soigner les symptômes, comme le font les médecins qui prônent l’allopathie en particulier, mais bien les causes de nos maladies, comme le font maintes médecines douces tant critiquées par les chimistes et l’ordre des médecins. Il est facile de faire le constat que ce qui pourrit la planète est basé sur un principe de production illimitée pour satisfaire des besoins qui ne pourront jamais être réellement satisfaits puisqu’ils augmentent avec la production sans cesse renouvelée, modernisée et croissante. Cela ne pourrit pas seulement la planète mais bien aussi nos mentalités, nos comportements, nos attitudes sociales, familiales, relationnelles. Tout est devenu intérêt afin de faire croître sa capacité de consommer puisque c’est à cela que nous jugeons la réussite de chacun.

La consommation, pas la surconsommation ?

Produire de façon illimitée dans un monde forcément limité nous mène à la destruction de notre environnement planétaire et certainement si nous n’arrêtons pas, à la fin de notre espèce. La terre continuera de vivre, tant bien que mal, mais pour le monde animal et nous, nous risquons réellement de disparaître. Si nous arrêtons de consommer, la machine va se gripper et finir par se bloquer. Bien entendu, il y aura une période de crainte, des troubles, mais comme nous le voyons en Grèce par exemple, les gens trouvent toujours des solutions en retournant à leurs fondamentaux. Quels sont-ils ces fondamentaux ? C’est simple, nous sommes tous, dans le monde entier, interdépendants, c’est encore plus vrai dans les petites communes ou nos grandes villes. Savoir que nous pouvons compter les uns sur les autres, que c’est notre seule manière de survivre redonne assez rapidement conscience des vrais besoins que nous devons satisfaire et de façon communautaire, dans le sens le plus positif du terme.

Puisque notre univers est entre les mains des argentiers, retirons-leur jouet et ils n’auront plus aucune influence sur nous. Notre liberté passe par là et seulement par là. Regardez comme les gens ont aidé les victimes de l’assassin d’hier soir, avant même qu’il fut tué par la police et pendant qu’il continuait à nuire. Nous sommes capables du meilleur comme du pire. Et si nous essayions tous ensemble le meilleur pour une fois ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com