Log In

Naïveté et syndicalisme

Ma naïveté me fait parfois peur. Malgré des faits souvent négatifs, je voulais continuer de croire que les syndicats avaient une utilité dans la défense des intérêts des salariés face à des employeurs qui trouvent dans les multinationales des modèles de gestion de leur personnel. Mais, la descente aux enfers de la syndicalisation dans notre pays provient de la médiocratie qui meuble les syndicats au plus haut niveau de leurs structures souvent antidémocratiques. Les intérêts personnels, les corruptions, la défense des castes de cadres syndicaux, tout cela nuit au syndicalisme et détruit toute représentation sérieuse des salariés.

Qui défend qui ?

Nous sommes tous d’accord pour un équilibre entre les forces du patronat et des salariés. Sans cette égalité dans les négociations entre les partenaires sociaux, il ne peut y avoir de justice dans leurs rapports. Mais la déliquescence des milieux de la politique ne se limite pas à ce domaine et touche tous les supports des idéologies politiciennes. Le syndicalisme est un outil de la gauche pour mener des combats d’arrière-garde contre une droite qui prend de plus en plus de force et d’assurance dans le monde entier et en particulier en Europe. Mais le syndicalisme est aujourd’hui aussi pourri que la politique, peut-être en est-ce une conséquence ou au contraire une source d’énergie négative et destructrice. Quand les représentants des syndicats dans des petites et moyennes entreprises confondent leurs intérêts personnels et ceux des gens qu’ils sont supposés défendre, ils détruisent le tissus à la fois social mais aussi industriel et entrepreneurial. Pour la défense de leurs avantages ils sont prêts à démolir l’entreprise qui les nourrit souvent avec un paternalisme d’un autre âge mais qui convient à ses salariés. Je vis un exemple en ce moment même où des voyous qui ont pillé leur comité d’entreprise tentent de mobiliser leur syndicat pour ne pas perdre leurs représentation et ses prébendes. Est-ce cela le syndicalisme ?

Mauvaise foi

Mon idéalisme est tel que je ne peux accepter l’idée de voir des gens qui mentent ou de mauvaise foi essayer de trouver de fausses solutions à de vrais problèmes. Dès que nous donnons un petit pouvoir à un être humain, son premier désir est de l’utiliser d’abord pour lui et les siens et ensuite, subsidiairement à ceux qui le lui ont donné. Il en est ainsi dans tous les domaines et rien n’y peut depuis que les êtres humains existent je suppose. Ce n’était pas mieux avant, c’était pareil mais avec d’autres moyens et d’autres outils. Donc la seule solution que je vois est le même traitement que j’avais imaginé dans mon livre sur l’absence de renouvellement de mandats ad vitam æternam qu’ils soient politiques ou syndicaux. Il paraît insupportable de voir des gens s’accaparer tantôt la politique tantôt le syndicalisme pour en faire des territoires qui leur appartiennent et où règnent le népotisme, la triche et la corruption parce qu’ils pensent être les propriétaires de leurs mandats. C’est donc encore une fois entre les mains des citoyens et des salariés que se trouvent les outils qui leur permettront de se débarrasser de ceux qui détruisent leurs vies privées, sociales, et professionnelles. Chassons ces vampires du peuple, ces parasites qui ne sont plus ce qu’ils ont été au début de leur engagement au profit de leurs carrières personnelles.

Nous voyons ici que la politique, en se gangrenant elle-même sans se soucier de se soigner, amène tous les petits bourgeois qui garnissent les allées des pouvoirs politiques, syndicaux ou autres, à devenir aussi avides et cupides que les politiciens eux-mêmes. Tous pourris ? Pourquoi pas ? Il n’y a pas de honte à le dire si cela correspond à la réalité. C’est peut-être à ceux qui en sont accusés de nous montrer leur probité, non ? Nous le faisons bien puisque la présomption d’innocence ne joue que pour les nantis et que nous devons prouver notre bonne foi tous les jours…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Remercions la Cour de Justice de la République, à laquelle j’accorde des majuscules, qu’elle ne mérite pas, pour avoir jugée Christine Lagarde coupable de négligence sans lui infliger de sanction… en guise de récompense de bons et loyaux services au bénéfice de l’oligarchie.

Remercions la Cour de Cassation d’avoir confirmé le jugement qui touche Sylvie ANDRIEUX, débarquée du PS et de l’assemblée nationale suite à sa condamnation, du 9 novembre 2016, à 4 ans de prison, dont 3 avec sursis, et 5 ans d’inéligibilité.

Mais… « L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Denis BAUPIN, Patrick BALKANY, Thomas THÉVENOUD qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

snap_MYURL:
snapEdIT:
1
snapFB:
s:219:"a:1:{i:0;a:7:{s:2:"do";s:1:"1";s:9:"msgFormat";s:47:"Nouvel article (%TITLE%) publié sur %SITENAME%";s:8:"postType";s:1:"A";s:9:"isAutoImg";s:1:"A";s:8:"imgToUse";s:0:"";s:9:"isAutoURL";s:1:"A";s:8:"urlToUse";s:0:"";}}";
snapTW:
s:227:"a:1:{i:0;a:7:{s:2:"do";s:1:"1";s:9:"msgFormat";s:55:"Nouvel article (%TITLE%) publié sur %SITENAME% - %URL%";s:8:"attchImg";s:1:"1";s:9:"isAutoImg";s:1:"A";s:8:"imgToUse";s:0:"";s:9:"isAutoURL";s:1:"A";s:8:"urlToUse";s:0:"";}}";

1 Comment

  1. Daniel Jagline Répondre

    On peut malheureusement élargir ce constat à certains type d’associations qui ont à l’origine pourtant des buts forts louables et positifs, mais qui finissent par oublier le sens de leur mission et de leur but premier, en fait il m’arrive régulièrement de penser et d’affirmer que dans quelque domaine que ce soit aucun type d’organisation ou aucun système n’est bon ou mauvais, mais qu’il se trouve toujours des humains pour le pervertir à plus ou moins long terme.
    Je vous rejoins donc totalement et défend donc aussi le renouvellement obligatoire des mandats, le non cumul, la non professionnalisation, pour se prémunir de ces emprises et de ces accaparements de pouvoirs.
    Il me semble que ce serait la seule solution pour contrer au moins une partie des effets dangereux de la représentation, je pense d’ailleurs qu’à cela il faudrait ajouter un système de contrôle en capacité de démettre de ses fonction quiconque ne remplirait pas sa mission dans le sens de l’intérêts général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com