Log In

Quelle violence ?

La violence est à l’ordre du jour ces temps-ci… Oui, mais la violence contre les policiers surtout à cause des faits de ces jours derniers. Mais cette violence est-elle réservée aux policiers ? Bonne question, non ?

De quelle violence parlons-nous ?

Bien sûr, attaquer des représentants des forces de l’ordre est inadmissible… Mais pas plus que toutes les autres formes de violence dont tous les citoyens sont accablés en permanence. Je vous donne quelques exemples et vous pouvez en trouver beaucoup d’autres dans des journaux libres qui n’appartiennent pas aux magnats de la presse à la solde des multinationales et des politiciens corrompus.

1. Être élu par 25 % des électeurs inscrits est déjà une violence en soi, une violence contre la démocratie.

2. Présenter des projets de loi soi-disant négociés avec des partenaires sociaux mais qui ne reprennent que les directives directes du président-empereur que celui-ci avait énoncé dans son programme libéral de campagne inspiré par le Medef. Voilà une violence contre la démocratie aussi, non ?

3. Envoyer des CRS habillés comme des guerriers contre des gens qui ne font que manifester leur désaccord, n’est-ce pas aussi de la violence ?

4. Réserver les médias à la doxa politiquement correcte qui veut que nous devenions des bœufs consommateurs est aussi une forme de violence.

5. Discréditer tous ceux qui ne pensent pas comme les tenants du pouvoir politique et économique n’est-ce pas de la violence.

6. La façon de traiter les migrants dont nous avions promis de prendre en charge des dizaines de milliers et qui ne rentrent que par de petites centaines, n’est-elle pas aussi une violence ?

Je pourrais en citer des centaines dans toutes les décisions dont nous sommes accablés quotidiennement par des gouvernants qui ne travaillent que pour la caste à laquelle ils appartiennent et qui est constituée de leurs bailleurs de fonds principalement. Une loi sur les « fake news » est une autre manière de contrôler les propos de ceux qui disent ce que Macron 1er ne veut pas entendre. Notre empereur décide de réinventer la censure et cela est aussi une violence inadmissible.

Ne pas penser comme le « patron de la start-up nation » est une insulte à sa majesté. Je comprends bien que la dictature n’est pas loin mais où sont nos réactions ? Notre silence coupable est une terrible violence aussi… sauf qu’elle est dirigée contre nous-même.

Sans réaction de notre part, nous devons nous apprêter à pleurer des larmes de sang !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

3 Commentaires

  1. Daniel Jagline Répondre

    Une fois de plus je vous rejoins, seules les violences de celles et ceux qui réfutent et se dressent contre l’autoritarisme qui se durci est montée en épingle et utilisée pour décrédibiliser la légitimité des mouvements de défense de certaines opinions. Je ne défends pas plus ces violences, je les condamnent tout autant, parce que je suis convaincu que la violence est la plus mauvaise des attitudes, tant que d’autres solutions sont encore possible, et je pense que d’autres solutions sont encore possible, même si je dois reconnaître que les autres choix se font de moins en moins entendre !
    Il devient de moins en moins possible de se faire entendre, aussi puis-je comprendre que l’exercice de l’opposition devient très complexe, et que certain·e·s revendiquent la violence comme alternative d’auto-défense possible, je réfute aussi pourtant ce choix. La pression se fait de plus en plus forte mais il faut pourtant s’y adapter, ça devient tendu, nos voix sont de plus en plus étouffées, mais il faut pourtant trouver d’autres solutions pour se faire entendre !
    Nous essayons l’un et l’autre ! Quoi d’autre ?

    PS
    (il me semble qu’une boulette s’est glissée dans vos propos, en effet gare aux doubles négations, telle que je comprends, votre paragraphe sur les « fake news », il me semble que vous voulez dire le contraire de ce qui est écrit, en effet : « ceux qui ne disent pas ce que Macron 1er ne veut pas entendre » lui conviennent parfaitement il n’a donc nul besoin de les contrôler, mais les autres, alors oui par le projet de loi, il veux les faire taire, c’est à dire nous, et ça on est bien d’accord, c’est inadmissible, et intolérable.)

    1. Haroun Répondre

      Cher Daniel (si vous me permettez),
      Effectivement j’ai fait une erreur et grâce à vous je vais la corriger immédiatement. Parfois lorsque j’écris j’ai l’impression d’avoir tellement de choses à dire que j’en arrive à penser (si, si, ça m’arrive encore… comme à vous apparemment) plus vite que je ne sais écrire et je fais des bourdes d’enfants de maternelle.
      Merci de votre fidélité, de votre amabilité et… de votre indulgence.
      Et encore tous mes vœux sincères même si nous ne nous connaissons pas autrement que par nos blogs respectifs. Bon week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com