Log In

Seule certitude, le doute

Plus je vieillis, moins j’ai de certitudes et plus j’ai de doutes. Est-ce normal ? Que veut dire normal ? L’âge aurait dû m’apporter patience et sagesse et je ne vois toujours rien venir… Suis-je une exception ou comme tout le monde ? Est-ce mieux d’être comme tout le monde… ou pas ?

Le doute, une force

Cela semble incroyable mais c’est pourtant ainsi. C’est l’absence de certitude qui pousse à se poser des questions, à réfléchir. Les convictions affirmées et solides vous en empêchent. Qu’est-ce qui pourrait vous garantir que votre opinion est la bonne ? Comment peut-on être sûr de celle-ci au point de ne pouvoir accepter que d’autres pensent autrement ? La certitude est la base de l’intolérance, pas le doute. C’est notre remise en question permanente qui génère notre putative évolution positive. L’inverse n’est pas vrai, je crois. D’ailleurs, nous le voyons dans notre société politiquement correct. Le consensus mou et terne dans lequel nous baignons ne nous permet pas de comprendre que ce sont la confrontation, l’opposition, pacifiques et raisonnées, qui nous pousseraient vers des solutions qui conviendraient à tous ou à la majorité.

Le doute et la politique

Quand nous entendons les dirigeants des partis traditionnels, leurs certitudes ne sont que les affirmations de la domination de leurs ego sur tout le reste. Leur ton péremptoire et intolérant, leurs certitudes sans cesse affirmées sans l’ombre d’une preuve. Ou plutôt les preuves de leurs erreurs. Quand nous les entendons parler de leur gigantesque expérience, support de toutes leurs réussites… à venir. Alors même que leur expérience est une longue liste d’échecs dont ils ne sont jamais responsables.Vous le savez, je n’aime pas Macron et sa volonté productiviste digne du monde bancaire d’où il tire son expérience personnelle. Cependant, même si je pense que ce sera un échec de plus que de vouloir une croissance infinie dans un monde fini, nous devrions au moins réfléchir sur les opportunités qu’il met en œuvre de sortir de l’ornière où nous sommes.

Ma conviction de son erreur ne m’empêche pas de me remettre en question et de me demander s’il ne mérite pas sa chance, quitte à ce qu’elle entraîne ensuite une prise de conscience qui ferait de la solution que j’espère un recours évident. Penser par soi-même au maximum, si c’est possible, est la base de la démocratie. Celle-ci demande plus le doute que la certitude, pour se protéger et se voir progresser dans l’intérêt de tous.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

xyz_lnap:
1
Tagged under

2 Comments

    1. Haroun Répondre

      Oui le doute est une force parce qu’il nous impose la remise en question de nos opinions, de nos réflexions, de tout ce que nous sommes. C’est ce qui fait de nous des êtres humains, à mon humble avis. Ceux qui sont sûrs de tout, qui savent tout, ne peuvent plus rien découvrir, plus rien apprendre, plus rien échanger sans imposer leurs convictions. Ils ne sont humains que de forme, mais ils sont devenus les robots d’une société qui ne souffre aucune contestation, celle de nos politiciens et donc de Macron. Bon courage. Malgré notre faiblesse apparente, notre humanité et sa préservation par notre autonomie sont nos plus belles récompenses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com